20 Minutes France n°3404ES2 3 avr 2019
20 Minutes France n°3404ES2 3 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3404ES2 de 3 avr 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : à court de confiance.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité La ministre garantit des réponses Santé Agnès Buzyn s’engage en faveur de la transparence dans l’enquête sur l’intoxication alimentaire Après le décès de cinq résidents d’une maison de retraite, et l’hospitalisation de quinze autres, liées à une intoxication alimentaire dans la nuit de dimanche à lundi, la ministre de la Santé s’est rendue à Lherm(Haute- Garonne) mardi. Venue apporter son soutien au personnel de l’établissement et aux proches des victimes, Agnès Buzyn était aussi là pour leur dire que « la lumière doit être faite. J’ai pris l’engagement auprès des familles que la transparence sera complète, les réponses seront données à leur inquiétude et leur douleur. » Les familles portent plainte Si des analyses toxicologiques ont été menées, pour l’heure la cause de cette intoxication alimentaire n’est pas connue. « Il est très important que cette enquête ait lieu et que nous sachions s’il y a eu des défauts de procédure ou une faute et que nous puissions en tirer les conséquences », a-t-elle expliqué à la sortie d’une rencontre avec les parents et les professionnels de l’établissement, qui accueille 80 résidents. Alors qu’une enquête a été ouverte par le parquet de Toulouse dès lundi pour « homicides involontaires et blessures involontaires », des familles de victimes B. Colin/20 Minutes ##JEV#144-83-https://bit.ly/2Vawbhr##JEV# ont indiqué qu’elles avaient déposé plainte mardi pour homicides involontaires auprès de la gendarmerie. C’est le cas d’Emmanuel et ses sœurs, qui ont perdu leur mère, Suzette, âgée de 75 ans. « J’attends des réponses, savoir comment cela s’est passé. Pour l’instant, c’est flou. Cette plainte a fait l’objet d’une discussion en famille, nous avons décidé de la déposer pour avoir accès au dossier, il y a un devoir de vérité », estime cet homme qui réside en Franche-Comté. De notre envoyée spéciale à Lherm(Haute-Garonne), Béatrice Colin 2 Mercredi 3 avril 2019 la ministre de la Santé est venue mardi à lhermapporter du soutien au personnel et aux proches des victimes. Des informations contradictoires sur le lieu où ont été préparés les plats « On nous a toujours assuré que les repas étaient faits sur place, mais je viens d’apprendre qu’ils auraient été livrés. » Lundi, quelques heures après le décès de sa mère – une des cinq victimes de l’intoxication alimentaire qui a touché la maison de retraite La Chêneraie –, Alain Lapeyre fulminait. Habitant d’une commune de la Haute-Garonne, il juge « inadmissible » ce qui est arrivé dans cet établissement du sud de Toulouse, lui qui déboursait avec ses autres parents 3 000 € par mois pour que sa maman partir de denrées livrées par des fournisseurs locaux », a indiqué dans un communiqué le numéro un des maisons de retraite en Europe. L’enquête, ouverte pour homicides involontaires et blessures involontaires par le parquet de Toulouse, devra confirmer cette information et lever les doutes des familles. En attendant les conclusions, la cuisine a été mise sous scellés par les enquêteurs de la brigade de gendarmerie de Muret dans la nuit de dimanche à lundi. La météo en France puisse être prise en charge. « Aucune préparation Si la question du manque d’effectifs est d’aliment ne sera Les orages se décalent revenue très régulièrement lundi dans plus réalisée sur les témoignages des familles, celle peu à peu vers le sud de la confection des repas est plus place. » Aucune région n’échappe aux averses. Des fortes précipitations directement en jeu dans cette affaire d’intoxication alimentaire. Plusieurs Korian, propriétaire de l’Ehpad orageuses traversent la vallée familles ont en tout cas reçu des informations contradictoires sur le lieu cologiques effectués sur place sont en Les analyses des prélèvements toxi- du Rhône jusqu’au Grand Est. de préparation, en interne ou en externe. Selon les premiers éléments ciété Sodexo qui va approvisionner en cours. A titre exceptionnel, c’est la so- Ces précipitations sont une bonne nouvelle, en raison de l’enquête, ce sont les repas mixés, plats préparés la maison de retraite et de la sécheresse en cours dans de nombreuses régions. pris par les résidents très dépendants, et pour nombre d’entre eux malades d’Alzheimer, qui sont à l’origine de l’intoxication. Des repas confectionnés sur place, a assuré le groupe Korian, qui a racheté en février cet établissement de 80 résidents. « Nous confirmons que tous les plats servis aux résidents de La Chêneraie sont cuisinés sur place par le chef cuisinier et son ils seront réchauffés sur place. « Par mesure de précaution, aucune préparation d’aliments ne sera plus réalisée sur place tant que les résultats des analyses ne seront pas connus », indique le groupe Korian. Pour comprendre l’origine du choc toxique qui a conduit aux décès de cinq pensionnaires et à l’hospitalisation de quinze autres, les autopsies devraient avoir équipe, salariés de l’établissement, à lieu rapidement. B.C.
ActuAlité La désunion parents-profs Education Le suicide de Jean Willot, accusé de violence envers un élève, a ravivé le malaise entre les enseignants et les familles Exercer son métier de prof avec passion, être apprécié, puis se voir cloué au pilori par un parent d’élève. C’est ce qui est arrivé à Jean Willot, 57 ans. Cet enseignant de primaire à Eaubonne (Val-d’Oise) a fait l’objet d’une plainte pour « violences aggravées sur mineur par une personne ayant autorité ». Une mère d’élève estimait qu’il était responsable d’une griffure dans le dos de son fils, alors que Jean Willot affirmait, lui, l’avoir réprimandé, niant tout contact physique. Il n’a pas supporté d’être suspecté de la sorte et s’est pendu mi-mars, laissant des lettres à ses proches. Dans chacune d’entre elles figurait la mention « innocent ». « Les « petits problèmes » sont de plus en plus judiciarisés. » Christophe Tardieux, enseignant Ce drame fait écho aux tensions croissantes entre parents et enseignants. Le baromètre du climat scolaire annuel de la Fédération des autonomes de solidarité laïque (FAS) montre, en mars, que les violences envers les professeurs ont progressé de 7% entre 2017 et 2018. « Dans les faits, 55% des litiges que nous traitons impliquent des parents, constate Vincent Bouba, secrétaire de la scène s’est déroulée dimanche. S. Salom-Gomis/Sipa R. Levine/Newscom/Sipa Entre 2017 et 2018, les violences envers les profs ont progressé de 7%. la FAS. Les deux tiers des dossiers reçus font mention d’insultes, de menaces et de propos diffamatoires. » La confiance réciproque entre l’école et les familles a perdu du terrain. « L’école n’est plus autant valorisée dans les familles et le métier de professeur est moins bien considéré socialement, souligne Béatrice Descamps, députée UDI et coauteure d’un rapport en 2018 sur les relations école-parents. Des parents refusent de parler à l’enseignant ou au chef d’établissement. Parfois parce qu’eux-mêmes ont eu un vécu scolaire difficile. » Et ce non sans conséquence. « En cas de désaccord, ils ont de plus en plus tendance à judiciariser les « petits problèmes » », poursuit Christophe Tardieux, enseignant à Tremblay-en- France (Seine-Saint-Denis). Une agression transphobe dénoncée à Paris Enquête Une séquence violente. Mardi, Lyes Alouane, militant LGBTQI et délégué Ile-de-France de Stop Homophobie, a partagé sur Twitter une vidéo sur laquelle on voit une femme transgenre être prise à partie, insultée et frappée par plusieurs individus, place de la République à Paris. L’agression a eu lieu en marge d’un rassemblement contre un cinquième mandat du président algérien, Abdelaziz Bouteflika. Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris. « La scène a été filmée dimanche soir par un témoin, sur place, qui nous a transmis cette vidéo, explique Progressivement, un sentiment d’insécurité s’est installé. « Les enseignants savent que tout ce qui sera perçu comme un écart de conduite pourra leur être reproché, analyse Philippe Vincent, secrétaire général du syndicat des chefs d’établissement. Même si beaucoup de plaintes sont classées sans suite, la perspective d’avoir à répondre à des policiers est stressante. » De fait, des profs souhaitent être mieux préparés au conflit. « Une formation à la gestion des relations avec les parents, à la responsabilité civile des enseignants, devrait être intégrée au programme des ESPE (écoles supérieures du professorat et de l’éducation) », estime Vincent Bouba. Car la communication reste la meilleure prévention du délitement des relations. Delphine Bancaud Lyes Alouane à 20 Minutes. Une personne a d’abord craché sur la victime puis un groupe s’est formé pour chanter autour d’elle et la sexualiser, se moquer d’elle et la rabaisser. Quand elle s’est rapprochée de l’un d’eux pour avoir des explications, elle a reçu des coups. » Des agents de la RATP sont finalement intervenus. « C’est une illustration des actes et agressions transphobes en France qui augmentent. Cela montre que la transphobie est une réalité », affirme à 20 Minutes Joël Deumier, le président de SOS Homophobie. Romain Lescurieux 3 Mercredi 3 avril 2019 Bouteflika a présenté sa démission Algérie Abdelaziz Bouteflika a informé le Conseil constitutionnel de sa démission « à compter d’aujourd’hui » mardi, ont indiqué les médias officiels algériens. Cette annonce du président de l’Algérie, relayée par la télévision nationale par le biais d’un bandeau déroulant, est intervenue quelques heures seulement après la remise en cause par l’armée algérienne de l’autorité de la présidence. L’armée algérienne considérait alors comme non authentique le communiqué de la présidence ayant annoncé, une première fois, lundi, la démission d’Abdelaziz Bouteflika avant la fin de son mandat, fixée au dimanche 28 avril. Elle estimait notamment que ce communiqué n’émanait pas directement du chef de l’Etat en place, mais plutôt « d’entités non constitutionnelles et non habilitées », non nommément citées. La décision d’Abdelaziz Bouteflika intervient après des manifestations de plus de cinq semaines, inédites en Algérie dans le pays, s’opposant fermement à l’éventualité d’un cinquième mandat. Le tarif de l’électricité sera revu à la hausse au 1er juin. Annoncée par François de Rugy fin mars, l’augmentation du tarif de l’électricité sera bien appliquée à compter du 1er juin. Elle s’élèvera à 5,9% et devrait concerner 25 millions de foyers. Nouvelle mobilisation dans l’éducation, jeudi. Après la manifestation de samedi, une nouvelle mobilisation nationale se prépare, jeudi. Le corps éducatif milite contre « la loi Blanquer » et la réforme du lycée. Ce mouvement devrait conduire à la fermeture de certains établissements. LE CHIFFRE 10 005 C’est, au premier trimestre 2019, le prix en euros du mètre carré à Paris, a révélé Century 21, mardi. Soit une progression de 8% sur un an. Le prix du mètre carré parisien était de 6 200 € il y a dix ans.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :