20 Minutes France n°3396ES 19 mar 2019
20 Minutes France n°3396ES 19 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3396ES de 19 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : exactions, réactions...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ActuAlité « Gilets jaunes » Les mesures de l’exécutif pour mettre fin aux exactions semblent satisfaire policiers et gendarmes ##JEV#151-83-https://bit.ly/2OayMpd##JEV# 4 Mardi 19 mars 2019 Des gages donnés aux forces de l’ordre Deux jours après que les Champs- Elysées ont été saccagés en marge de l’acte 18 des « gilets jaunes », le Premier ministre, Edouard Philippe, a présenté lundi une salve de mesures destinées à mettre fin aux exactions. Premier à faire les frais des « dysfonctionnements » qu’a connus la conduite des opérations, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, a été limogé. « Il était le patron et donc responsable de ces dysfonctionnements », explique Denis Jacob, secrétaire général du syndicat Alternative police. Il sera remplacé par Didier Lallement, actuel préfet de la région Nouvelle-Aquitaine, qui est passé par le secrétariat général du ministère de l’Intérieur entre 2012 et 2014. « Un signe fort », estime l’Unsa police dans un communiqué. « Il y en a certains qui vont se réveiller, avec lui », prédit un officier de la gendarmerie. « Arrêter l’angélisme » Les mesures ont pour objectif de « renforcer la fermeté de notre doctrine de maintien de l’ordre ». Edouard Philippe souhaite que les manifestations des « gilets jaunes » soient interdites dans certains quartiers de Bordeaux, Toulouse et Paris (comme les Champs-Elysées), lorsque des « éléments ultras » auront été identifiés. Mais « il faut faire attention En Allemagne, la police est placée au-devant des manifestants. Chine Nouvelle/Sipa M. Debets/Sipa (archives) le Premier ministre a reconnu des « dysfonctionnements » dans la conduite des opérations samedi à Paris. à ce que les violences ne se déportent pas ailleurs », met en garde Rocco Contento, secrétaire départemental Paris d’Unité SGP Police FO. Edouard Philippe souhaite aussi accorder « une plus grande autonomie aux forces sur le terrain qui doivent être, à Paris, placées sous un commandement unifié et doté d’une large capacité d’initiative ». Jusqu’ici, les CRS et les gendarmes mobiles n’étaient pas associés à la conception du dispositif, qui était organisé à la préfecture de police. La transformation des détachements d’action rapide en « unités anticasseurs », l’utilisation de drones, la présence renforcée d’officiers de police judiciaire au « plus près des unités de terrain » « répondent en grande partie à nos attentes », complète Denis Jacob. « Derrière, il faut aussi une réponse pénale ferme », insiste JohannCavallero, délégué national du syndicat Alliance. Dans un communiqué, le syndicat Synergie Officiers va jusqu’à dénoncer « l’angélisme, parfois même la connivence idéologique de magistrats qui répugnent à sanctionner et à neutraliser des graines d’assassins sous couvert de leur fraîcheur militante contre le capitalisme ». Les policiers et les gendarmes interrogés par 20 Minutes attendent de voir comment ces mesures seront appliquées. Une chose est sûre  : ils sont exténués par dix-huit semaines de mobilisation. Thibaut Chevillard Berlin privilégie la « désescalade » En France, face aux manifestants les plus violents, la répression fait partie intégrante de la stratégie policière. Qu’en est-il en Allemagne ? Non seulement les LBD et grenades explosives sont interdits – seuls les dispositifs permettant de garder la foule à distance sont autorisés (canons à eau, gaz lacrymogènes…) –, mais encore prime la « désescalade » (« Deeskalation »). Inscrite dans le droit allemand depuis 1985, cette technique impose aux forces de police de coopérer et de communiquer avec les manifestants afin de désamorcer les conflits et de garantir le droit à manifester. « La France, c’est une terre de lutte, indique Patrick Bruneteaux, chercheur en sociologie politique au CNRS. En Allemagne, il y a une vraie tradition de la gestion, de la communication, de la médiation. » Et, plutôt que d’intervenir sur le moment, les autorités allemandes préfèrent dissuader  : présence massive des forces de l’ordre sur le terrain, fouilles avant les manifestations, encadrement des cortèges par les policiers. Les manifestants les plus violents sont arrêtés au cas par cas par des équipes « anti-conflit » (« Anti Konflikt Teams ») , qui se glissent dans les cortèges pour extraire les individus ciblés. Afin d’éviter tout mouvement de protestation, des agents de communication sont aussi placés au-devant des cortèges pour expliquer chaque intervention des forces de l’ordre. « En Allemagne, il y a un relatif respect entre les deux parties, lié à un nationalisme plus fort qu’en France », explique le chercheur. Manon Aublanc Les manifestants font profil bas à leurs procès Deux lieux. Deux ambiances. A quelques kilomètres d’une avenue des Champs- Elysées encore dévastée lors de l’acte 18, les premiers « gilets jaunes » interpellés ont été jugés presque sereinement, lundi, au tribunal correctionnel de Paris. Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, avait dénoncé la présence dans le cortège de « 1 500 ultraviolents venus pour casser, pour en découdre et pour attaquer ». Lundi, ce sont des gens tout penauds d’avoir été attrapés par la patrouille qui se sont présentés devant la présidente de la chambre 23-4. Comme Clément, un paysagiste qui a lancé une canette de bière contre les CRS, « sans savoir pourquoi ». Ou encore Raphaël, un apiculteur pris avec des vêtements ramassés après les émeutes, mais dont il ne sait même pas s’ils sont à sa taille. Le procureur n’a pas besoin de le savoir pour dénoncer des « exactions ». Il se dit « fier d’être en France, où le droit de manifester est garanti », mais souhaite rappeler que cela ne donne pas le droit « de violenter les forces de l’ordre » et que c’est « un devoir de réfléchir ». Le discours des avocats de la défense est simple  : certes, leurs clients ont commis des délits, mais ils n’ont rien à voir avec les briseurs de vitrine et les incendiaires de banque devenus la cible numéro un du gouvernement. Clément a écopé de six mois de prison avec sursis, Raphaël, de trois mois avec sursis. Vincent Vantighem
Dix News C’est bientôt la fête pour Nénette Les poils de son menton commencent à blanchir, ses gestes sont lents  : l’orang-outan Nénette, star de la ménagerie du Jardin des plantes à Paris, fête ses 50 ans cette année, un âge fort respectable pour son espèce. Héroïne d’un film documentaire de Nicolas Philibert en 2010, artiste peintre à ses heures, Nénette semble apprécier sa célébrité. Elle se plaît ainsi à transporter un fût en plastique, face à la paroi vitrée qui la sépare du public, pour se percher dessus et contempler les visiteurs, 2 En Tasmanie, ils ne manquent pas d’air L’Asie-Pacifique étouffe en cette saison généralement propice à la pollution de l’air. Mais un coin venteux et isolé de la région, sur l’île australienne de Tasmanie, sert de référence internationale pour l’air propre. Depuis 1976, ce bout de terre sauvage balayé par les vents accueille la Station de mesure de la pollution du cap Grim, une infrastructure australienne chargée de la tâche, à première vue improbable, de mettre de l’air en bouteille. « Notre travail, c’est de trouver l’air le plus propre du monde », explique Sam Cleland, l’officier responsable de la station. 9 Nos internautes ont du talent La plage de Bray-Dunes, dans le Nord, W. West/AFP 3 Mesut Ozil n’en fait qu’à sa tête (de Turc) Après avoir posé avec Recep Erdogan, personnage controversé en Allemagne en froid avec le gouvernement depuis plus de deux ans, Mesut Ozil (92 sélections avec la Mannschaft) aurait décidé de proposer au président turc d’être le témoin de son mariage, selon Bild. « Ça nous attriste, a déclaré Helge Braun, le chef de cabinet d’Angela Merkel. (…) Quelqu’un qui a porté si longtemps le maillot de l’équipe d’Allemagne… » 4 L’acheteur de l’oiseau était-il un pigeon ? Dans le monde de la colombophilie, Armando est une vedette. Ce pigeon voyageur dressé en Belgique a été vendu dimanche pour plus de 1,25 million d’euros, lors d’une vente aux enchères, devenant l’oiseau de son espèce le plus cher. Selon l’agence de presse Belga, l’acheteur est un Chinois, qui « utilisera certainement le volatile à des fins reproductives, pour faire naître de nouveaux champions ». n avec C U vous) minutes 5 Un baby-foot mixte pour promouvoir l’égalité Un baby-foot mixte, avec onze joueurs et onze joueuses mélangés dans les deux équipes, pour célébrer la Coupe du monde féminine en France (du 7 juin au 7 juillet) ? C’est l’initiative lancée par l’association Liberté aux joueuses (LAJ), créée par l’ex-internationale Nicole Abar, avec le partenariat du collectif Egal Sport. Un financement participatif, sur le site KissKissBankBank, a été lancé pour l’occasion. 6 Des fans de Captain Marvel parlent sans fard Le maquillage de la discorde. Dans la bande-annonce d’Avengers, Endgame, en salles le 24 avril, un détail a perturbé les fans de la saga. A la fin de la vidéo, on aperçoit le nouveau look de Captain Marvel (interprétée par Brie Larson), qui est beaucoup trop maquillée, selon des fans. Dans les comics, Captain Marvel n’a aucun artifice. 5 Mardi 19 mars 2019 s’attirant les photos. Nénette est née dans la forêt tropicale de Bornéo vers 1969 et avait environ 3 ans à son arrivée à la ménagerie le 16 juin 1972. Elle a été arrachée à sa mère très tôt, alors que les femelles orangs-outans élèvent leurs enfants jusqu’à l’âge de 10 ans. Malgré cela, « ce qui est formidable, c’est qu’elle a eu quatre fils [aujourd’hui décédés] et qu’elle a accepté tout à fait de s’en occuper, ce qui n’est pas toujours le cas », relève Norin Chaï, vétérinaire en chef de la ménagerie. Nénette va fêter ses 50 ans cette année à la ménagerie du Jardin des plantes. F. Lelong Cette photo nous a été envoyée par Fabien Lelong, via Instagram @lelongfabien Vous êtes doué pour la photographie ? Envoyez vos images à contribution@20minutes.fr ou postez-les sur Instagram avec le hashtag #nosinternautesontdutalent Vos photos ne seront destinées qu’à cette rubrique. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données  : https  : //www.20minutes.fr/politique-protection-donneespersonnelles K. Tribouillard/AFP Un cliché d’Emmanuel Macron en train de servir du vin dans un chalet de montagne est devenu viral ce week-end, à l’occasion de son bref passage à la station de La Mongie (Hautes-Pyrénées), alors que de nombreux débordements ont eu lieu à Paris. Mais la photo en question, abondamment reprise sur les réseaux sociaux, date de 2017, à une époque où Emmanuel Macron était encore simple candidat à l’élection présidentielle. Le cliché a en effet été pris par le journaliste Eric Feferberg lors d’une visite très médiatisée déjà à La Mongie, le 12 avril 2017, juste avant un meeting de La République en marche 7 Au Mans, on ne rigole pas avec les rillettes Il a fallu 70 bénévoles pour réaliser l’exploit. Dimanche, des bouchers, charcutiers et boulangers de la Sarthe ont fabriqué le plus grand sandwich aux rillettes du monde  : 72,12m. Au total, 150 baguettes et 40 kg de rillettes ont été nécessaires à la préparation de ce casse-croûte. « Tout a été mangé en une demi-heure », indique Alain Cabannes, bénévole du comité d’organisation du Printemps des rillettes. 8 Pour Nicole Kidman, c’est tiré par les cheveux Les perruques portées par Nicole Kidman dans ses films sont l’objet de bien des discussions, mais elle refuse d’en parler. La coanimatrice de l’émission de radio australienne « The Kylie and Jackie O Show » en a fait les frais, puisque l’actrice lui a raccroché au nez lorsque le sujet a été abordé pendant une interview. Attention aux nombreuses 10 photos de Macron au ski prévu à Pau. Au même titre que d’autres photos prises ce 12 avril 2017, le cliché d’Emmanuel Macron et de la bouteille de vin a connu un regain de visibilité ce week-end. Et pour cause  : différents médias, comme Valeurs actuelles, y ont eu recours pour illustrer leur article sur la visite express du couple présidentiel. Mais en indiquant bien, en légende, que la scène datait d’avril 2017… contrairement aux publications sur les réseaux sociaux, qui ne comportaient pas cette précision. Alexis Orsini 20 Minutes lutte contre les fake news. Un doute ? Ecrivez à fakeoff@20minutes.fr

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :