20 Minutes France n°3395 15 mar 2019
20 Minutes France n°3395 15 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3395 de 15 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 12,9 Mo

  • Dans ce numéro : Koh-Lanta, une barque bien menée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Actualité La cible a-t-elle été atteinte ? Grand débat national « 20 Minutes » dresse le profil des participants à la concertation lancée pour répondre à la crise des « gilets jaunes » Clap de fin pour le grand débat national. La concertation lancée mi-janvier par Emmanuel Macron pour répondre à la crise des « gilets jaunes » s’achève ce vendredi après deux mois d’échanges un peu partout en France. Le gouvernement a déjà salué la « réussite » de l’opération, mettant en avant 10 300 réunions locales inscrites sur la plateforme consacrée et 1,4 million de contributions numériques. Le chef de l’Etat disait en décembre vouloir « prendre le pouls vivant de notre pays ». Mais les Français se sont-ils tous emparés du grand débat ? Les chiffres montrent que 42,60% des réunions publiques ont été mises en place par des élus ou des institutions, 26,61% par des citoyens et 15,54% par des organisations à but non lucratif. Les élus locaux, sur qui Emmanuel Macron disait vouloir s’appuyer, ont donc joué un rôle important. Ils « ont L’Etat se prépare à une marée noire. Alors qu’une deuxième nappe de pollution a été repérée jeudi à la suite du naufrage du navire italien Grande America mardi au large de La Rochelle (Charente-Maritime), l’Etat a dit « déployer » par anticipation « des moyens » pour « réduire l’impact d’une pollution » sur les côtes françaises, en Gironde, notamment. *Sous réserve d’éligibilité Centre de formation spécialisé dans l’Hôtellerie-Restauration, nous vous proposons des formations professionnelles certifiées, gratuites et rémunérées à 100% * Vous êtes salarié en CDI, CDD, fin de CDD, Extra, Intérim ou vous êtes demandeur d’emploi Venez suivre une formation de GOUVERNANTE OU RÉCEPTIONNISTE Venez nous rencontrer facilité le débat, en mettant à disposition des salles, du matériel pour l’organisation des échanges », confirme Philippe Laurent, maire UDI de Sceaux et secrétaire général de l’Association des maires de France. Plutôt âgés et citadins Entre 400 000 et 500 000 personnes ont participé aux réunions locales, selon l’AFP. Mais les garants du débat, comme Guy Canivet, ont pointé le manque de diversité du public  : « On a vu beaucoup de retraités et des plus de 40 ans. Peu de jeunes ont participé. » Les territoires habitués à l’abstention, comme la Seine- Saint-Denis ou l’outre-mer, ont très peu participé. « Les déceptions du passé, comme l’abandon du plan Borloo, ou le manque d’engagement clair du gouvernement sur la prise en compte des débats, ont créé des résistances dans les Les députés britanniques votent pour un report du Brexit. Une bouffée d’oxygène pour la Première ministre, Theresa May. Les députés britanniques ont voté jeudi pour un report d’au moins trois mois de la date du Brexit ainsi que pour un nouveau vote sur l’accord de retrait de l’Union européenne. Le report doit toutefois être approuvé par les 27 à l’unanimité. F.A.C. Hôtel, 8 rue Lincoln 75008 Paris - M° George V Contact/Recrutement au 01 53 63 01 78 ou recrutement@fac-hotel.fr V. Loison/Sipa milieux qui ont déjà le moins confiance dans les institutions », explique Jean- Michel Fourniau, copilote de l’Observatoire des débats. Autre élément  : « La cartographie des débats montre une participation plutôt urbaine, en décalage de la France périphérique, d’où étaient parties les premières revendications », ajoute-t-il. Et qu’en est-il des contributeurs en ligne ? « C’est un angle mort, car nous n’avons que très peu de données sur eux, regrette David Prothais, autre pilote de l’Observatoire des débats. C’est dommage, l’outil n’est pas neutre. S’exprimer sur Internet ou dans une mairie pendant trois heures, ça n’amène 8 Vendredi 15 mars 2019 Le grand débat prend fin ce vendredi après plus de deux mois d’échanges. pas les mêmes gens. » Selon Le Parisien, il existe également une corrélation entre contribution en ligne et abstention. « Les habitants de Paris, des Yvelines ou des Hauts-de-Seine ont participé trois, voire quatre fois plus que ceux de Seine-Saint- Denis, des îles (Corse et DOM-TOM) ou des départements situés dans le Nord- Est (Ardennes, Aisne, Somme, etc.) », écrit le quotidien. La masse des données devra ainsi être étudiée avec précaution, rappelle le garant Guy Canivet  : « Il ne s’agit pas d’un sondage représentatif de l’opinion des Français, mais seulement de l’avis des gens qui ont participé au débat. » Thibaut Le Gal La privatisation d’ADP critiquée à droite comme à gauche Economie Les débats sur la loi Pacte vont-ils se terminer un jour ? Voté en première lecture par l’Assemblée en octobre, puis retoqué par le Sénat en février, le projet de loi gigantesque sur les entreprises (plus de 200 articles) est reparti pour un nouveau tour législatif cette semaine. Jeudi, les députés l’ont à nouveau adopté (47 voix pour, 24 contre), avant de le renvoyer au Sénat, qui risque de le rejeter une nouvelle fois… Au cœur du désaccord, il y a le devenir d’Aéroports de Paris (ADP). De beaux dividendes ADP gère les deux plus gros aéroports français, Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly, et affiche une capitalisation boursière de presque 17 milliards d’euros. L’Etat y est majoritaire, car la loi lui interdit pour l’instant de descendre en dessous de 50% du capital. La nouvelle loi Pacte ferait sauter cette contrainte, ce qui ouvrirait de facto la voie à une possible privatisation. Le gouvernement veut utiliser l’argent qui en serait dégagé pour alimenter un « fonds pour l’innovation » de 10 milliards d’euros. L’autre intérêt immédiat de la privatisation, pour l’exécutif, c’est de pouvoir faire baisser la dette publique sans tailler dans les dépenses. Fait assez rare, la droite comme la gauche critiquent la volonté du gouvernement de vendre ADP. Les socialistes s’interrogent, par exemple, sur la justification financière de l’opération. Ils notent qu’ADP permet de générer pour l’Etat « 175 millions d’euros de dividendes, en constante progression », qui « pourraient être consacrés au financement de l’innovation mais qui iront dans la poche des investisseurs privés ». Les opposants rappellent aussi la privatisation ratée de l’aéroport de Toulouse. Le groupe chinois qui en est devenu l’actionnaire principal en 2014 manquait d’expérience aéroportuaire, notamment. Lundi, le rapporteur public de la cour administrative d’appel de Paris a recommandé l’annulation de la privatisation partielle. Se voulant rassurant, le gouvernement a promis, par exemple, que l’Etat garderait la main sur les tarifs aéroportuaires, « contrairement à ce que l’on voit pour les autoroutes ». Il ne parle plus non plus d’une privatisation, mais d’une concession d’ADP pour une durée de soixante-dix ans. Nicolas Raffin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :