20 Minutes France n°3394 14 mar 2019
20 Minutes France n°3394 14 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3394 de 14 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : des camemberts dans les boîtes aux lettres des députés.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Actualité Un procès pour porter le message Justice Ce jeudi, quatre ONG mettent leur menace à exécution en attaquant l’Etat français pour son inaction climatique « L’affaire du siècle », acte 2. En décembre, les antennes françaises d’Oxfamet de Greenpeace, ainsi que la Fondation pour la nature et l’homme et Notre affaire à tous lançaient l’acte 1 d’une action en justice contre l’Etat pour son inaction dans la lutte contre le changement climatique. Il consistait en une demande préalable pour que la France agisse véritablement. L’exemple néerlandais Mécontents de la réponse apportée in extremis par François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, et comme la procédure les y autorise, les quatre requérants ont donc décidé d’enclencher l’acte 2 de leur bataille  : déposer un recours devant le tribunal administratif de Paris. Ce qui doit être fait ce jeudi matin. La décision, elle, pourrait prendre Le régulateur aérien américain inquiet Boeing 737 MAX Il a fini par plier. Donald Trump a cédé mercredi à la pression en annonçant que tous les Boeing 737 MAX allaient être cloués au sol. Le président des Etats-Unis s’est rallié au consensus international sur ce nouvel avion du constructeur américain après deux accidents tragiques en moins de cinq mois. Dimanche, un Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines s’est écrasé à l’est d’Addis-Abeba, tuant l’intégralité de l’équipage et des passagers (157 personnes). Cette décision a été justifiée par de nouvelles données, a révélé la FAA, le régulateur aérien américain. Des « parallèles » « dépassant un seuil de ressemblance » avec l’accident meurtrier du MAX 8 de la compagnie indonésienne Lion Air fin octobre (198 morts) ont en effet été mises au jour. Boeing a dit avoir une « confiance totale » en la fiabilité et la sécurité du 737 MAX, mais « soutenir » la décision des Etats-Unis. L’analyse des boîtes noires du vol éthiopien a, elle, a été confiée au Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), à Paris. T. Akmen/AFP plusieurs années avant d’être prononcée. Cela a été le cas pour l’action menée par Urgenda aux Pays-Bas, l’une des principales sources d’inspiration de « l’affaire du siècle ». Elle a été lancée en 2012. Or, l’ONG néerlandaise a attendu six ans avant que le tribunal de La Haye ordonne à l’Etat de réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays d’au moins 25% d’ici à 2020 par rapport à 1990. Pour Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l’environnement, ce n’est pourtant pas tant la décision de justice qui importe que la mobilisation et la communication qui accompagnent ces procédures judiciaires. « L’Etat néerlandais a admis être en retard sur ses objectifs climatiques et a présenté des mesures visant à corriger le tir avant même que la décision de justice soit rendue », rappelle-t-il. L’été dernier, ##JEV#92-251-https://bit.ly/2O1p4W5##JEV# sept partis néerlandais représentant une large majorité au Parlement ont déposé une loi ambitieuse sur le changement climatique, vue comme l’une des conséquences positives de l’affaire Urgenda. Et, chaque quatrième jeudi d’octobre, le gouvernement devra, par exemple, rendre compte du niveau de réduction des émissions de gaz à effet de serre atteint. Fanny Giansetto, docteure en droit spécialisée sur les questions de justice climatique et porte-parole de Notre affaire à tous, n’oublie toutefois pas le but ultime de « l’affaire du siècle »  : obtenir une injonction de l’Etat français à mettre son action climatique en cohérence avec ses Les grandes boîtes sur le départ ? Brexit A quatre voix près. Mercredi soir, les députés britanniques ont rejeté d’extrême justesse l’option d’un Brexit sans accord (312 voix contre, 308 pour). Les députés doivent à présent se prononcer ce jeudi, dans leur troisième vote de la semaine, sur une demande de report « limité » de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. La Première ministre britannique, Theresa May, elle, a proposé Dyson et Barclays ont déjà quitté la City et le Royaume-Uni. J. Demarthon/AFP Le 1er mars à Paris, des étudiants ont appelé l’Etat français à agir. un nouveau vote sur son accord de Brexit d’ici au 20 mars. En attendant, le cœur économique du Royaume- Uni reste sur les charbons ardents. « L’exode » des entreprises britanniques vers le Marché commun, plus rassurant, et ses 517 millions de consommateurs, « a déjà commencé », affirme Pascale Joannin, directrice générale de la Fondation Robert-Schuman. Dyson, Nissan ou encore Barclays ont quitté le pays. Toutefois, selon Catherine Mathieu, économiste à l’OFCE, ces départs s’inscrivent dans un contexte économique plus général. « Le secteur automobile est très bouché depuis l’apparition de nouvelles normes, notamment sur les moteurs diesel et électrique. Le Brexit est un élément de leur décision, mais pas le seul. » Quoi qu’il en soit, certains pays se frottent les mains. Paris, Francfort ou encore Amsterdam rivalisent pour attirer ces activités financières en transit. Un calcul qui a ses limites. « Ce n’est pas qu’une question de fiscalité avantageuse. A Londres, il y a tout le cadre légal et l’anglais, qui est la langue des affaires. Beaucoup de commerces et d’assurance se font sur les bases du droit britannique », avertit Catherine Mathieu. Lucie Bras 10 Jeudi 14 mars 2019 engagements en la matière. Ceux pris en ratifiant l’Accord de Paris, qui engage les pays signataires à contenir le réchauffement mondial sous les 2 °C, voire 1,5 °C, d’ici à 2100 par rapport à l’ère préindustrielle. « Même si la procédure sera longue, obtenir cette décision de justice reste capitale », insiste Fanny Giansetto. Mais « nous savons bien que nous ne pouvons pas seulement attendre cette décision », rappelait mardi Marie Pochon, autre porte-parole de Notre affaire à tous. D’où son appel à rejoindre la Marche du siècle, organisée samedi à Paris et les 170 autres mobilisations qui lui sont liées le même jour en France. Fabrice Pouliquen n n r u secondes La crainte d’une marée noire après le naufrage du « Grande America ». Le navire italien Grande America, qui a sombré mardi au large de La Rochelle (Charente-Maritime), transportait des matières dangereuses ainsi que 2 200 t de fioul lourd, faisant craindre une possible pollution des côtes françaises, a déclaré mercredi le préfet maritime de l’Atlantique. Le soir même, il annonçait la présence d’hydrocarbures en mer. Certains médicaments délivrés sans ordonnance en pharmacie. Les députés ont prévu mercredi en commission d’autoriser les pharmaciens à délivrer dans certaines conditions des médicaments normalement sous ordonnance pour des pathologies bénignes (cystites, angines…). La peine de mort suspendue en Californie. Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a annoncé mercredi un moratoire sur les exécutions qui bénéficiera aux 737 détenus dans le « couloir de la mort » de cet Etat.
LE CLOS DE LA GRILLE DORÉE RAINCY PLAZZA EAUBONNE (95) LE RAINCY (93) UN EMPLACEMENT IDÉAL, RÉSIDENTIEL ET PRATIQUE, AUCŒUR DELAVILLE 3Pièces:320000 € * Espace de vente  : 39, avenue Thiers PROMOGIM L'IMMOBILIER RÉSIDENTIEL À30MINUTES ** DE PARIS, UN CADRE DEVIE PRATIQUE ET ARBORÉ Studio  : 138 000 € * 2Pièces  : 183 000 € * 3Pièces  : 224 000 € * 4Pièces  : 374 000 € * Espace de vente  : 4, avenue Voltaire LE CLOS GALANT VILLEPINTE (93) CRÉATEUR DE BELLES RÉSIDENCES À350 M **** DU RER, DANS UNE RÉSIDENCE CONTEMPORAINE 2Pièces  : 148 000 € * 3Pièces  : 222 000 € * 4Pièces  : 261 000 € * Espace devente  : 34, avenue Edouard Branly Espaces de vente ouverts vendredi etsamedi de 10h30 à12h30 et de 14h à19h. Dimanche, lundi et jeudi de14h à19h. Fermés mardi et mercredi. 01 78 05 45 23 DÉCOUVREZ NOS ADRESSES EN ÎLE-DE-FRANCE PROMOGIM.FR PROMOGIM, SAS au capital de10000 000 € RCS Nanterre 308 077 080. Illustrations àcaractère d’ambiance. *Prix àpartir de-Dans la limite des stocks disponibles -TVA 20% (sauf Villepinte TVA 5,5%) -Hors parking -Valeur 03-2019. **Temps de trajet indicatif entre lagare d’Ermont-Eaubonne et la gare de Paris St-Lazare. Source SNCF. ***TVA 5,5% soumise àconditions. **** Source Google Maps. TVA 5,5% ***



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :