20 Minutes France n°3391ES6 4 mar 2019
20 Minutes France n°3391ES6 4 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3391ES6 de 4 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'effet de l'euro sur la richesse des Français fait débat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuALité La diaspora manifeste son soutien Algérie Ils étaient des milliers à se réunir, dimanche, à Paris, pour s’opposer à un 5 e mandat de Bouteflika Des drapeaux algériens dressés haut sur la statue de Marianne. Dimanche, sur la place de la République à Paris, entre 6 000 (selon la préfecture de police) et 10 000 (selon un organisateur) Algériens, Franco- Algériens et Français d’origine algérienne s’étaient réunis, au son des youyous, des applaudissements et des « Dégage, FLN ! » (le parti au pouvoir en Algérie). Un slogan qui fait écho à la mobilisation de l’autre côté de la Méditerranée, où le peuple algérien récuse le pouvoir en place, en sortant dans la rue depuis une dizaine de jours. La volonté du président Abdelaziz Bouteflika de rempiler pour un cinquième mandat (lire l’encadré) est à l’origine de ce mouvement, inédit depuis l’indépendance. « Le mur de la peur brisé » « Un tournant historique », voilà comment la plupart des manifestants décrivent la situation en Algérie. « On est en train de changer l’histoire de notre pays, assure Cyndi, Franco-Algérienne de 25 ans. Les hommes, les femmes et les enfants descendent dans la rue en Algérie et à l’étranger. » A Lyon samedi, à Paris, Marseille, Toulouse et Rennes dimanche, la diaspora algérienne a tempêté contre Abdelaziz La météo en France rainiehe m étéo eus ' ; e'-7 O.Gabriel/20 Minutes ##JEV#144-84-https://bit.ly/2t9RhzP##JEV# Dimanche à Paris, Algériens, Franco-Algériens et Français d’origine algérienne se sont rassemblés. Bouteflika, au pouvoir depuis 1999 et victime d’un AVC en 2013. « On ne s’attendait pas à ce qu’il se présente à nouveau, à 82 ans, témoigne Asma. Il n’est même pas capable de tenir un stylo. » « Le problème, ce n’est pas seulement Bouteflika, mais tout le système derrière », renchérit Hamid, un Algérien de 27 ans sous sa pancarte « Bouteflika, dégage ! » Pour autant, nombre de personnes rencontrées croient en un bouleversement du régime, à condition, selon elles, d’organiser de nouvelles élections, démocratiques cette fois. « Le Le vent de l’hiver souffle à l’intérieur des terres Orages, pluies et vents forts n’épargnent que le littoral méditerranéen et la Corse, ce lundi. Dans le nord de la France, des rafales comprises entre 70 et 110 km/h sont attendues. Les températures restent relativement douces. PRÉVISIONS tlh-AILLÉES & 1100S SKI —C 0MPLÈTES lachalnerneleo con] peuple a brisé le mur de la peur malgré un pouvoir qui agite la menace d’une guerre civile », s’enthousiasme Sarah, 28 ans. « Le peuple s’est réveillé », surenchérit Sofia, 66 ans. « J’espère que les jeunes qui se lèvent aujourd’hui vont reprendre le flambeau et défendront de nouveaux candidats », martèle Nadia, 64 ans. « Ils [les jeunes] vivent dans une prison à ciel ouvert, sans boulot, sans loisirs », se désole Sofia. « La France aussi a intérêt à accompagner cette transition démocratique », susurre pour sa part Hamid. Oihana Gabriel 2 Lundi 4 mars 2019 Sur place, la contestation s’organise à travers les réseaux sociaux Depuis mi-février, les réseaux sociaux algériens relaient les appels à la mobilisation contre la perspective d’un 5 e mandat d’Abdelaziz Bouteflika, confirmée dimanche. Face à des médias traditionnels qui peinent à faire contre-pouvoir, les citoyens ont décidé d’organiser la révolte sur Internet. « Comme les « gilets jaunes » » « C’est un mouvement sans leader ni corps intermédiaires [partis politiques, syndicats…], observe Fabrice Epelboin, spécialiste des médias sociaux et enseignant à Sciences po Paris. Donc sans surprise, il s’est organisé sur Facebook, un peu comme les « gilets jaunes » en France. » La page la plus populaire, 1.2.3 viva l’Algérie a été likée près de 900 000 fois depuis mi-février. Bouteflika candidat Dimanche soir, la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à la présidence de l’Algérie a été déposée au Conseil constitutionnel. Toutefois, le président sortant s’est engagé, s’il était élu le 18 avril, à ne pas aller au bout de son cinquième mandat et à se retirer à l’issue d’une présidentielle anticipée, dont la date serait fixée à l’issue d’une « conférence nationale ». « D’autres pages très influentes, comme DzWikileaks, La révolution des jeunes Algériens ou encore Béjaia City relaient aussi quotidiennement et massivement les appels à la mobilisation », explique Safia, jeune militante algérienne, très active sur Facebook. La contestation en ligne s’organise aussi sur YouTube. « Je m’adresse à toi et je te le dis direct, sans peur  : « M. le président, no, you can’t » », clame ainsi dans une vidéo le célèbre youtubeur Anes Tina. Ces vidéos ont été visionnées des millions de fois. Selon le rapport Digital 2018, une personne sur deux est connectée à Internet en Algérie. Mais certains craignent que cette contestation ne soit stoppée net par le pouvoir par des coupures d’accès au réseau. Hakima Bounemoura
ActuALité « Ma famille a peur pour moi » Cyberharcèlement Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, est victime d’insultes et de menaces « Dès qu’on a une petite notoriété, on devient une cible sur Internet, assure Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière. Pour moi, le cauchemar a commencé en 2010, lorsque l’assouplissement des délais pour récupérer les points de permis de conduire perdus a été voté. J’étais intervenue dans les médias pour expliquer que l’affaiblissement du permis à points allait faire remonter la mortalité routière. Ça a déclenché une flopée de mails injurieux et de menaces, qui me visaient directement. J’étais écœurée. Je ne comprenais pas. La sécurité routière, c’est un sujet de santé publique. Même chose un an plus tard, quand je me suis prononcée en faveur de l’interdiction des avertisseurs de radar annoncée par le gouvernement. Aux mails agressifs se sont ajoutés les appels à me faire la peau sur les réseaux Vous avez été harcelé ? Le témoignage de Chantal Perrichon rejoint notre série « Pris pour cible » sur les persécutions en ligne. Si vous avez été victime de cyberharcèlement, écrivez-nous à prispourcible@20minutes.fr. #pris pour cible Des raids aériens étaient menés dimanche, à Baghouz. B. Guay/AFP B. Kilic/AFP A chacune de ses interventions, chantal Perrichon est attaquée sur internet. que je qualifie d’« asociaux ». Ils favorisent la rupture de digues pour l’autocensure. Dès lors, il n’y a qu’un pas entre le verbe invectif et le passage à l’acte violent. Trois plaintes déposées A chaque nouvelle mesure, dès que je suis invitée à la commenter, c’est la même rengaine. Les cyberattaques redoublent. Les « invitations » à me fracasser se multiplient sur les réseaux sociaux. On m’accuse d’être autophobe, motophobe, liberticide. Et comme je suis une femme, je suis forcément castratrice ! Il y a même des pages entières de sites ou de blogs qui véhiculent des infox sur moi. Du coup, pour me protéger, des dispositifs mis en place. Désormais, je ne lis plus directement les messages adressés à l’association. Ils sont filtrés par les camarades de la Ligue. Quand ils estiment que ça va vraiment trop loin, ils m’incitent à porter plainte. Je l’ai déjà fait trois fois. Je veux que ces personnes soient sanctionnées et je souhaite la levée de l’anonymat sur les réseaux « asociaux ». Ma famille a souvent peur pour moi et je vis avec un perpétuel sentiment d’inquiétude. D’autant que, depuis deux mois, je suis aussi harcelée au téléphone car mon numéro a été diffusé sur Facebook en incitant à l’appeler. Mais il est hors de question que j’arrête mon combat à cause de pleutres. Doit-on vivre debout ou à genoux face à ceux qui font l’apologie de la destruction ? » Propos recueillis par Delphine Bancaud Le dernier bastion de Daesh en feu Etat islamique Des tirs sans interruption. Dimanche, des forces arabo-kurdes, soutenues par la coalition internationale antijihadistes, ont déversé un déluge de feu sur la dernière poche du groupe Etat islamique (EI) en Syrie. Le but de cette opération est d’asséner le coup de grâce au « califat », proclamé par EI il y a près de cinq ans. Après l’évacuation de milliers de civils ces derniers jours, les Forces démocratiques syriennes (FDS) sont reparties vendredi à l’offensive contre les combattants de Daesh, retranchés dans une poche du village de Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, aux confins orientaux de la Syrie. Après avoir reconquis l’immense majorité du village, les combattants kurdes et arabes ont acculé les djihadistes dans ce réduit, où la coalition internationale, emmenée par Washington, a repris ses raids aériens. A environ 400 mètres de la ligne de front, des tirs d’artillerie et le crépitement des armes se faisaient entendre. Des nuages de fumée, provoqués par les frappes aériennes, flottaient au-dessus du secteur visé, composé de quelques pâtés de maisons accolées à un campement informel, situé près du fleuve de l’Euphrate. 3 Lundi 4 mars 2019 Corée du Sud et Etats-Unis jouent l’apaisement Diplomatie Un signal positif envoyé à la Corée du Nord. Les deux exercices militaires annuels conjoints réalisés par la Corée du Sud et les Etats-Unis, baptisés « Key Resolve » et « Foal Eagle », seront remplacés par des manœuvres plus restreintes « afin de préserver une solide préparation militaire » des forces stationnées au Sud, a annoncé, dimanche, le ministère sud-coréen de la Défense. Cette décision intervient trois jours seulement après le sommet qui s’est tenu entre le leader nord-coréen, Kim Jong Un, et le président américain, Donald Trump, à Hanoï (Viet Nam). Ce sommet s’est conclu sans accord, mais les deux dirigeants ont souhaité garder la porte du dialogue ouverte. Trump exclut le retrait des soldats américains déployés en Corée du Sud. Les manœuvres « Foal Eagle », qui ont lieu généralement au printemps, déclenchent chaque année la colère de Pyongyang, qui y voit une répétition générale d’une invasion de la Corée du Nord. Dans le passé, 200 000 soldats sud-coréens et quelque 30 000 soldats américains ont participé à « Foal Eagle » et « Key Resolve ».nnru secondes Quarante-six migrants interpellés à Calais. La préfecture a annoncé l’interpellation d’au moins 46 migrants après une opération menée dans le port de Calais (Pas-de-Calais). Samedi soir, une centaine de migrants s’étaient introduits illégalement dans l’enceinte, dans l’espoir de rejoindre l’Angleterre à bord d’un ferry. Alerte orange sur quarante-trois départements. Météo-France a placé, dans son bulletin de vigilance publié dimanche à 22h, 43 départements essentiellement du nord de la France en alerte orange. De fortes rafales de vent devraient s’y faire ressentir ce lundi, de 3 h du matin à 18h. Une taxe à 3% pour les Gafa. Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, qui va présenter un projet de loi pour taxer les géants du numérique, a précisé, dimanche dans Le Parisien, que cette taxation sur le chiffre d’affaires des Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) serait prélevée au taux unique de 3%.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :