20 Minutes France n°3391ES5 1er mar 2019
20 Minutes France n°3391ES5 1er mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3391ES5 de 1er mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : du patin et des gadins.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10  |  Aller à la page   OK
10
SportS Docteur Simon et Mister Serge Rugby Les multiples casquettes du numéro 2 de la FFR ne font pas l’unanimité dans les instances et chez les acteurs du rugby tricolore « Tout le monde n’a pas la chance d’avoir des parents communistes et un grand-père stalinien », se plaît à raconter Serge Simon. A Marcoussis, il existait donc une certaine logique à le voir rôder tel un commissaire politique de l’époque soviétique pour veiller à l’encadrement des jeunes avant les points presse. Remarquez, c’est son boulot  : parmi ses attributions au sein de la FFR, il est le manager des équipes de France. « Ça suppose une connivence avec le coach et que chacun connaisse son périmètre de fonctionnement », indique l’ex-sélectionneur Jean-Claude Skrela. On peut avancer que Simon a outrepassé celui défini par Guy Novès, le prédécesseur de Jacques Brunel. Tout au long de sa campagne médiatique et prud’hommale, le premier sélectionneur de l’histoire des Bleus viré en cours de mandat s’est répandu sur Ligue 1 - 27 e journée Samedi  : Caen-Paris, Reims-Amiens, Angers-Monaco Dimanche  : Nice-Strasbourg, Guingamp-Nantes, Lyon-Toulouse, Lille-Dijon, Marseille-Saint-Etienne Mardi  : Bordeaux-Montpellier Match reporté  : Nîmes-Rennes Classement Pts Diff. 1 PARIS 68 +63 2 Lille 51 +20 3 Lyon 46 +10 4 Saint-Etienne 43 +5 5 Marseille 41 +6 6 reims 41 +3 7 Montpellier 38 +6 8 Strasbourg 37 +11 9 rennes 37 +1 10 Nice 37 -8 11 Nîmes 36 -1 12 Angers 33 0 13 Bordeaux 32 -2 14 Nantes 30 -3 15 toulouse 28 -12 16 Monaco 25 -15 17 Amiens 24 -20 18 Caen 20 -13 19 Dijon 20 -19 20 Guingamp 18 -32C. Triballeau/AFP la façon dont Simon lui avait savonné la planche, jusqu’à cette tournée à l’été 2017. En Afrique du Sud, le n°2 de la Fédé, a profité des résultats catastrophiques pour, notamment, court-circuiter le staff. « Un bon résumé du machiavélisme du personnage », témoigne une de ses connaissances. « Pas un dictateur » Champion de France en 1991 avec Bègles, l’ex-pilier a laissé le souvenir d’un joueur rugueux. Le brillant médecin de formation préfère, lui, la légende qu’il a lui-même construite, grâce à son aisance oratoire. « Il fallait voir les yeux exorbités des journalistes quand il comparait la sortie d’un ballon en mêlée à l’accouchement d’une mère », se rappelle l’ancien maire de Bègles, Noël Mamère. Président de Provale, le syndicat des J. Spencer/Sipa joueurs pros, Simon a décidé de suivre Bernard Laporte, son ex-coéquipier à Bègles, dans la marche vers la FFR au nom de l’intérêt du rugby. Viceprésident, le Richelieu de la Fédération est en charge des équipes de France, du haut niveau, de la relation FFR/LNR, du marketing et de la com. De multiples casquettes qui méritent bien d’être rémunéré au maximum du plafond (9 800 € brut par mois). Sauf que Simon a mis la FFR dans l’embarras, puisqu’il bénéficiait, en plus, d’une voiture de fonction, selon Le Monde. Elu avec la féroce intention de s’attaquer à la Ligue et d’obtenir la tête de son président, Paul Goze, Simon a su Garcia s’est forgé dans le Chaudron Football Cinq entraîneurs, sept points de perdus après une affaire de faux passeports et une descente en deuxième division… Sacré baptême du feu pour Rudi Garcia, arrivé à Saint- Etienne, qu’il retrouvera dimanche avec l’OM, comme simple préparateur physique lors de la saison 2000- 2001, sous les ordres de son mentor, Robert Nouzaret. « Il a tout de suite eu Garcia a entraîné les Verts une saison. 10 Vendredi 1er mars 2019 Serge Simon est le vice président de la FFr, dirigée par Bernard Laporte. l’étoffe d’un adjoint, se souvient l’ancien coach. Il était compétent, et, surtout, il n’était pas béni-oui-oui  : parfois, le numéro 1 a besoin d’être secoué, d’être recadré… Certains adjoints sont trop dociles ! » Ce n’était pas le cas de Rudi Garcia, resté dans le staff après le départ de Nouzaret, et qui a assisté ses successeurs  : Gérard Soler puis John Toshack. Au départ de ce dernier, Garcia s’est retrouvé à la tête de l’équipe, au côté du capitaine, Jean-Guy Wallemme. « A l’époque, Rudi était très ambitieux, explique l’ex-défenseur. Il a forcément été déçu que les dirigeants ne lui aient pas confié l’équipe. Moi, je lui ai proposé ce système à deux. On a d’abord bien fonctionné, et puis il y a eu des tiraillements. » Un gros clash, même. Mais les deux hommes se sont aujourd’hui réconciliés. Malgré la descente en deuxième division, Rudi Garcia n’a pas manqué ses débuts sur le banc, selon l’ancien joueur des Verts, Fousseni Diawara  : « On sentait qu’il allait être un grand coach, avec cette image de gars qui ne lâche jamais rien. D’ailleurs, beaucoup semblaient surpris de le voir s’accrocher à l’OM malgré un environnement hostile. Mais j’étais certain qu’il n’allait même pas cligner de l’œil. » J.L. et J.S.-M. se défaire de son esprit de guerre de tranchées pour s’asseoir autour de la table, assure Laurent Travini, son compagnon de route à Provale  : « Ce n’est pas un dictateur, il sait écouter. Même si c’est dur de nier qu’il y a des choses qui interrogent. » La sincérité de son alliance avec Laporte, par exemple. Le coup d’après peut-il être le coup de grâce pour l’ex-coach de Toulon ? « Remarquez, Serge est déjà le patron de la FFR, reprend Mamère. Il avance comme il avançait sur le terrain, sans ménagement. » Beaucoup le croient capable de planter un ami de trente ans. Sûrement un hommage à son éducation stalinienne. Julien Laloye Gaël Monfils dans le dernier carré à Dubaï. Décidément, le Français est en grande forme. Il s’est qualifié, jeudi, pour les demi-finales du tournoi de Dubaï, en battant le Lituanien Ricardas Berankis (6-1, 6-7, 6-2). Monfils affrontera la promesse grecque Stéfanos Tsitsipas en demie ce vendredi. Deux amendes pour le PSG. En raison du « comportement inapproprié » de Thomas Tuchel, et de ses supporters en Ligue des champions, le club parisien a écopé d’une première amende de 25 000 € et d’une autre de 41 000 € . Le coach du PSG a, lui, été suspendu pour un match avec sursis. Lyon-Rennes et Paris face à Vitré ou Nantes en Coupe de France. Gaël Fickou a eu la main plutôt heureuse pour les « gros » au moment du tirage au sort des demifinales de la Coupe de France, jeudi. L’OL recevra Rennes et le PSG accueillera Nantes, ou se déplacera à Vitré. Le quart de finale Vitré- Nantes se dispute mercredi.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :