20 Minutes France n°3391ES2 26 fév 2019
20 Minutes France n°3391ES2 26 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3391ES2 de 26 fév 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : c'est chaud, non?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité k demie - météo Prévisions ultra détaillées TV-WEEI-APPLIS L-o.ep.C", Pt.r LAC HAINEkl ETEO.00111 2 Mardi 26 février 2019 « Un phénomène relativement classique » Soleil Christelle Robert, prévisionniste à Météo-France, ne lie pas la chaleur actuelle au dérèglement climatique Depuis une dizaine de jours, la France compose avec un soleil (trop ?) éclatant. Ce week-end, une série d’incendies a frappé l’île de Beauté. Josiane Chevalier, préfète de Corse et de Corse-du-Sud, a directement établi un lien entre les conditions météorologiques actuelles et le réchauffement climatique. « On ne s’attend pas à avoir des feux en hiver mais, maintenant, je crois qu’il va falloir s’habituer », a-t-elle prédit. Une observation qui n’est pas partagée par la prévisionniste de Météo-France Christelle Robert. Cette douceur du mois de février, c’est du jamais-vu en France... En effet, c’est assez exceptionnel, en février, d’avoir des périodes douces et ensoleillées aussi longues. Plusieurs records de chaleur ont été battus. « Il y a toujours eu en France des alternances de pics chauds et froids. » Dimanche, un record – qui tenait depuis 1960 – est tombé à Brest, avec une maximale de 19,7°C. Soit près de dix degrés au-dessus de la normale décadaire du mois, c’est-à-dire la moyenne La météo en France Sevgi/Sipa il y a un an, la température ressentie à Paris était de -9 °c. ce mardi, le mercure flirte avec les 20 °c dans la capitale. des températures enregistrées les dix derniers jours de février, de 1980 à 2010. Donc, oui, cette vague de douceur actuelle est inédite. Comment l’expliquer ? Cette chaleur est le fruit de phénomènes météorologiques. Une masse d’air très doux, venu du Cap-Vert, a gagné le pays à l’avant de perturbations atlantiques. En parallèle, depuis le 12 février, une crête de haute pression s’est installée sur l’Europe occidentale. Cet anticyclone fait barrière aux perturbations, contraintes de contourner cette crête par le nord. Si, si, le printemps a plus d’un mois d’avance ! La douceur est bien installée sur l’ensemble du pays. Ce mardi, les températures sont à la hausse, avec un pic à 24° C dans le Sud- Ouest. Pour trouver un peu de fraîcheur – toute relative –, il faudra être présent le long des côtes du Finistère et du Morbihan. Enfin, troisième facteur, ces hautes pressions atmosphériques compriment la masse d’air, ce qui la réchauffe et contribue à la hausse des températures. Rien n’indique donc que ces vagues de douceur ou les incendies deviendront habituels en février... Non, rien ne l’indique. Il faut faire attention lorsqu’on lie un épisode météorologique ponctuel à l’évolution générale du climat. C’est une tendance de fond. Le réchauffement climatique est là, on le remarque. Mais, rappelez-vous l’an dernier, à la même Les Parisiens profitent de la chaleur, les polluants aussi Les doudounes ont fait place aux lunettes de soleil. « On revit avec ce beau temps », confie Marysse, aux jardins des Tuileries à Paris. Un sentiment que partage son amie Monique, tout de même inquiète pour la planète. « Cela nous fait peut-être du bien, mais un beau soleil qui dure si longtemps, c’est anormal en février. » Selon les relevés de Météo-France, le soleil a brillé 98 heures à Paris entre le 1er et le 21 février. Un record pour un mois d’hiver. « Mais le mois de mars arrive, et souvent les giboulées sont là », rappelle Thomas, allongé sur sa chaise longue. La pollution ne diminue pas « J’étais avec des amis à Montmartre, au niveau du Sacré-Cœur, la vue n’est pas belle, raconte Gabriel, installé sur les époque, la France était balayée par le Moscou-Paris, une masse d’air glaciale qui s’était abattue pendant une semaine sur l’Hexagone avec des températures ressenties de -9° C à Paris. Février avait été froid. Ces alternances de pics chauds et froids sont assez symptomatiques de la situation météorologique de la France. Nous avons des chaînes de montagnes, une influence marquée de la Méditerranée au sud, un climat océanique à l’ouest, continental à l’est. C’est un phénomène relativement classique. Propos recueillis par Fabrice Pouliquen quais en face du musée d’Orsay. Autant de particules fines dans l’atmosphère, c’est assez effrayant. » En effet, depuis mercredi, la capitale est confrontée à un pic de pollution, les conditions météorologiques empêchant la dispersion des polluants. « Il fait froid le matin et plus chaud l’après-midi, explique Patrick Garnoussi, prévisionniste à Airparif. Cette inversion des températures fait que les particules se mélangent moins bien dans l’air et donc se concentrent. » La Mairie de Paris réclame la circulation différenciée à la préfecture. Ce beau temps devrait durer encore jusqu’à mercredi. « Idéal pour découvrir la capitale et faire tous les monuments sans le parapluie », jubile Florence, en vacances avec ses deux enfants. Mathieu Marin
ActuAlité Le combat de coqs des politiques Exposition Au Salon de l’agriculture, jusqu’au 3 mars, les politiques veulent se faire voir, sans pour autant être confrontés à leurs opposants Laurent Wauquiez tapote la croupe de Gourmandise, une superbe vache d’une tonne. Scène vue et revue au Salon de l’agriculture, qu’un jeune homme en costume va immortaliser. « Tu vas quand même pas le prendre en photo ? » lance Guillaume Chiche, député macroniste des Deux-Sèvres, à son collaborateur. Au Salon de l’agriculture, les politiques ont l’art d’occuper le terrain, tout en veillant soigneusement à éviter leurs opposants. « Le but n’est pas de passer le plus de temps possible ici pour faire une démonstration », a plaidé François- Xavier Bellamy, tête de liste européenne des Républicains. Pourtant, c’est bel et bien le terrain d’un concours qui ne dit pas vraiment son nom  : qui passera le plus de temps sur place ? Pour l’ouverture, Emmanuel Macron est resté plus de quatorze heures sur place, battant le précédent record qu’il avait Une cyberattaque de grande ampleur Technologie Oui, c’est un peu flippant. Lundi, le secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, a confirmé, sur CNews, une cyberattaque mondiale visant l’organisme international qui attribue les adresses Internet, l’Icann. « Ce que les pirates ont réussi à faire est très rare  : ils ont piraté l’annuaire et chaque fois que vous mettez l’adresse [d’un site Internet], au lieu d’aller sur la vraie machine, ils vous [emmènent] sur une autre machine qui leur appartient », a expliqué le secrétaire d’Etat. Ils peuvent récupérer vos données, ils peuvent les utiliser pour se reconnecter, pour prendre de l’argent. » Selon des experts informatiques, les pirates ciblent aussi bien des gouvernements, des services de renseignements, des compagnies aériennes que l’industrie pétrolière et ce, au Moyen- Orient ou en Europe. L’un d’entre eux estime, en outre, que ces attaques pourraient venir d’Iran. David Conrad, un des responsables de l’Icann, a évoqué une campagne « à très grande échelle », qui s’est extraordinairement intensifiée très récemment. F. Lodi/Sipa lui-même établi l’an passé de près de deux heures. « L’objectif, c’est d’avoir le maximum d’interactions interpersonnelles, de rencontrer directement les professionnels de l’agriculture », estime Guillaume Chiche. La visite du Salon vire « C’est important de venir, surtout quand vous essuyez les critiques depuis des mois. » Guillaume Chiche, député LREM tant au marathon que l’on peut entendre un homme en costume s’esclaffer devant les équipes d’Anne Hidalgo, entrée dans le stand de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles  : « Vous y serez encore à 23 h 25 ! » Les attachés de presse rient jaune. ##JEV#171-53-https://bit.ly/2tE9ia5##JEV# Mais ce sont surtout les agriculteurs qui font la grimace. Pascal, éleveur dans l’Indre, a vu défiler des politiques devant les croupes de ses belles charolaises. « Nous, on ne les cherche pas, ce sont eux qui nous cherchent ! Ils viennent pour se faire voir, font des promesses devant les caméras, mais, en réalité, ils nous ont abandonnés. » A deux mois des européennes, les politiques tenteront de soigner cet électorat en colère, tout en bénéficiant de la médiatisation du Salon de l’agriculture. « C’est très important de venir ici, surtout quand vous essuyez les critiques depuis des mois, indique Guillaume Chiche. Le président a montré une Cherche assesseurs d’urgence Elections Le 26 mai, vous passerez sûrement par le bureau de vote pour les élections européennes. Et si vous y restiez un peu plus longtemps ? A trois mois du scrutin, Toulouse s’est mise en quête de « recruter » des assesseurs. Cette recherche très officielle, et qui pourrait paraître prématurée, trouve son origine dans le souvenir mitigé qu’a laissé le second tour de la un bureau de vote dans le Gard lors de l’élection présidentielle en 2017. N. Messyasz/Sipa 3 Mardi 26 février 2019 Présent au Salon lundi, laurent Wauquiez a critiqué Emmanuel Macron. présidentielle, en 2017, au service des élections de la cité de Haute-Garonne. « Avec Emmanuel Macron et Marine Le Pen comme finalistes, nous avons eu affaire à deux mouvements qui n’avaient pas l’habitude de mobiliser des militants, rappelle Sacha Briand (LR), l’adjoint en charge des élections. En Marche en a trouvé, le FN [désormais RN], non. » Ainsi, des employés municipaux volontaires ont dû venir travailler un dimanche en renfort. « Priorité aux citoyens » Et comme les rangs des partis traditionnels n’ont pas explosé, Sacha Briand a décidé de prendre ses précautions, et espère recruter un réservoir de « 500 citoyens », prêts à jouer les assesseurs dans les 263 bureaux de vote de la Ville rose. Evidemment, si et seulement si, les « scrutateurs » désignés par les candidats ne sont pas assez nombreux. Pour Toulouse, cela serait, peut-être, une façon de faire des économies, en ne recourant pas à des agents municipaux. « Nous donnerons la priorité aux citoyens, répond Sacha Briand. Certains se mobilisent pour râler, c’est aussi une bonne chose de le faire pour la vie démocratique de la cité. » A Toulouse, Hélène Ménal fois de plus samedi qu’il savait se retrousser les manches. » Pour l’opposition, c’est l’occasion de critiquer le chef de l’Etat et le gouvernement devant les nombreux journalistes. « Là, ce que fait le président, ce n’est pas correct, soutient Laurent Wauquiez. Le budget de la politique agricole risque d’être amputé de 10 à 15%. Quand il vient en disant  : « Je défends la politique agricole », c’est faux. » Un tacle lancé à distance. Le débat d’idées entre politiques n’a pas sa place. Samedi, des « gilets jaunes », dont Eric Drouet, l’une des figures du mouvement, ont aussi tenté de s’inviter à ce grand raout pour rencontrer le président. En vain. Laure ComettinnCu secondes Emmanuel Macron en Irak avant la fin de l’année. Dans le but d’apporter le soutien de la France à la reconstruction du pays après sa victoire contre les djihadistes, Emmanuel Macron a indiqué, lundi, qu’il se rendrait en Irak dans « quelques mois ». Le président français a répondu à l’invitation de son homologue, Barham Saleh, qu’il recevait à l’Elysée. Des plaintes de « gilets jaunes » blessés à Toulouse. Lundi, 14 personnes qui affirment avoir été victimes de blessures lors des différents actes des « gilets jaunes » dans la Ville rose ont déposé plainte auprès du parquet. Devant la presse, certaines ont dénoncé, des violences policières « arbitraires » et « abusives ». Des médecins pour la fermeture de maternités. Alors que l’arrêt de certaines maternités en zone rurale est discuté, un syndicat de médecins a estimé ces décisions « nécessaires pour préserver qualité et sécurité des soins ». « Refusons la démagogie », ont-ils insisté.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :