20 Minutes France n°3391ES 25 fév 2019
20 Minutes France n°3391ES 25 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3391ES de 25 fév 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 20

  • Taille du fichier PDF : 3,7 Mo

  • Dans ce numéro : la souci de la perfection.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Actualité « Je sers de punching-ball » Cyberharcèlement La policière Linda Kebbab a reçu sur Twitter des menaces de mort et de viol « J’utilise Facebook depuis longtemps, essentiellement pour un usage personnel, et je me suis inscrite sur Twitter en mai 2018, dans le cadre de mes activités professionnelles et syndicales, raconte Linda Kebbab, déléguée nationale au sein du syndicat Unité SGP Police FO. J’ai été confrontée aux cyberviolences une première fois en septembre 2018. Après les déclarations de YannMoix à l’égard des policiers, je lui ai répondu de façon assez sèche lors d’une intervention télévisée. Mon passage a été relayé sur la page Facebook de mon syndicat. Dans les commentaires sous cette publication figuraient des menaces de mort et de viol. Après avoir discuté avec mes collègues du syndicat, nous avons décidé de saisir la justice. Contrairement à ce qui est prévu pour les fonctionnaires de police, je n’ai pas eu droit à une assistance juridique ni au soutien de mon administration dans le cadre de cette procédure. Pour que Vous avez été harcelé ? Le témoignage de Linda Kebbab rejoint notre série « Pris pour cible » sur les persécutions en ligne. Si vous avez été victime de #pris pour cible cyberharcèlement, écrivez-nous à prispourcible@20minutes.fr. Des manifestants font face à la garde nationale du Venezuela à Urena. Retmen/SipaL. Robayo/AFP Linda Kebbab est déléguée nationale du syndicat Unité SGP Police FO. l’enquête avance, on a dû insister, appeler à plusieurs reprises pour savoir où en étaient les investigations. Finalement, le procès a eu lieu début février [l’auteur des menaces a été condamné à quatre mois de prison ferme et à 1000 € de dommages et intérêts]. Une administration indifférente L’essentiel des insultes et menaces que je reçois sur les réseaux sociaux sont liées à mon genre. On me traite de « pute », de « salope » qu’on « aimerait voir crever en direct ». Je n’ai pas le souvenir que des menaces similaires aient été prononcées à l’égard d’un syndicaliste masculin. J’ai aussi le sentiment que les discours haineux vis-à-vis des représentants de la police se sont libérés. Dès que je tweete, je sers de « policier punching-ball » aux internautes, et ça s’est intensifié avec les « gilets jaunes ». Je suis flic, ce n’était pas la première fois qu’on me menaçait de mort. Mais jamais en ligne. Ça a eu un impact concret, notamment dans les transports. Je suis davantage sur mes gardes quand on me dévisage dans le métro. Je limite mes trajets dans Paris. J’évite en revanche de trop en parler avec mes proches. J’essaie de les protéger et j’estime que je suis en mesure de me défendre. Ce qui me dérange le plus, ce n’est pas l’angoisse générée par ce harcèlement, c’est surtout l’inaction de mon administration  : je n’ai eu aucun mot de soutien, aucun appel, rien. J’ai le sentiment que notre employeur est complètement indifférent au sort des policiers menacés en ligne, mais aussi sur le terrain. Je me suis posé la question de l’utilité de mon compte Twitter. Et j’ai décidé de me protéger. Je ne lis plus les commentaires et j’ai récemment téléchargé une application de modération des commentaires. C’est dommage, parce que ça nuit au débat. » Propos recueillis par Hélène Sergent L’aide toujours bloquée à la frontière Venezuela La tension avait baissé, dimanche, à Urena, à la frontière du Venezuela avec la Colombie. La veille, des manifestants qui exigeaient le passage d’un convoi de vivres et de médicaments promis par le président par intérim Juan Guaido ont été pourchassés sans ménagement par la garde nationale et la police. Au moins 2 personnes sont mortes et 300 ont été blessées. Malgré les besoins de la population, le président Nicolas Maduro refuse que cette aide entre dans le pays, dénonçant une intervention militaire déguisée des Etats-Unis, qui en sont les principaux fournisseurs. Dimanche, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé « au calme » et à bannir le recours « à la force létale quelles que soient les circonstances ». L’Union européenne s’est, elle, dite prête à accroître son aide humanitaire, condamnant la violence et le recours par le régime à des groupes armés irréguliers pour empêcher l’entrée de l’aide. Le Groupe de Lima, composé de 14 pays américains majoritairement hostiles à Nicolas Maduro, doit se réunir ce lundi à Bogota en présence du vice-président américain, Mike Pence. Juan Guaido a indiqué qu’il « solliciterait un renforcement des pressions diplomatiques et l’usage de la force contre Maduro ». 8 Lundi 25 février 2019 Le pape déçoit les victimes d’abus sexuels Eglise Le pape François a promis dimanche « une lutte à tous les niveaux » contre les abus sexuels sur mineurs qui ne doivent plus jamais être dissimulés. Il concluait ainsi un sommet inédit de quatre jours destiné à responsabiliser les évêques de la planète. Le pape a promis de « donner des directives uniformes pour l’Eglise », mais sans se soumettre à « la pression médiatique », évoquant avant tout des normes déjà en vigueur au niveau international et au niveau ecclésiastique. Le Suisse Jean-Marie Fürbringer, présent avec un groupe de victimes sur la place Saint-Pierre, a exprimé sa déception. « Honnêtement, c’est un blabla pastoral, la faute du diable. Ils noient le poisson, ça permet de ne pas aborder directement les problèmes de l’Eglise », a-t-il assené. « C’est très décevant », a aussi taclé le Britannique Peter Saunders, ex-membre d’une commission anti-pédophilie du Vatican. « Il n’y a rien sur la tolérance zéro, l’exclusion définitive de violeurs d’enfants et des agresseurs sexuels employés par l’Eglise ! » s’est-il insurgé.nnru secondes En plein hiver, la Corse en proie à de violents incendies. Une série d’incendies, attisés par des vents violents, ont ravagé près de 1 500 ha de végétation dans la nuit de samedi à dimanche en Corse. La préfecture évoque notamment un hiver particulièrement sec et des pratiques d’écobuage. May tente toujours de renégocier l’accord sur le Brexit. La Première ministre britannique, Theresa May, a différé « d’ici au 12 mars » un vote des députés sur l’accord de Brexit. Une façon de se donner plus de temps pour tenter de renégocier le texte avec Bruxelles. Trump optimiste avant sa nouvelle rencontre avec Kim Jong-un. Tandis que le train blindé du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un traversait la Chine dimanche avant son deuxième sommet avec Donald Trump cette semaine à Hanoï (Vietnam), le président américain a déclaré que la Corée du Nord pourrait devenir un géant économique si elle renonçait à son programme nucléaire.
Direction laposte.fr, là où aucune brique n’est jamais allée. En exclusivité, découvrez la collection de timbres LA GRANDE AVENTURE LEGO 2, à imprimer depuis chez vous. Au cinéma 2019 Warner Bros. Ent. 2019 The LEGO Group simplifier la vie 3. I La Poste – SA au capital de 3 800 000 000 € – 356 000 000 RCS Paris – Siège social  : 9, rue du Colonel Pierre Avia 75015 Paris – – Ë de



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :