20 Minutes France n°3390ES 19 fév 2019
20 Minutes France n°3390ES 19 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3390ES de 19 fév 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : une indignation manifeste.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10  |  Aller à la page   OK
10
SportS Lyon est prêt à tout dévorer Football Contre le FC Barcelone, ce mardi, l’OL ne nourrit pas de complexes Le grand soir approche à Lyon. Bruno Genesio et HoussemAouar n’ont pas caché leur excitation et leur émotion à l’idée de défier le Barça, ce mardi (21 h) en 8 e aller de Ligue des champions. « On est conscient du défi qui nous est imposé, et on va essayer de tout donner pour le relever, indique le milieu de terrain. Surtout en ne jouant pas avec une certaine crainte ou un manque de confiance. » Voici les trois enjeux majeurs exposés par les deux hommes. V Se nourrir d’une inspiration commune. « Quand j’étais petit, je regardais beaucoup cette grande équipe, admet Aouar. C’est un match un peu rêvé, ce sera peut-être le plus grand de ma jeune carrière. Il y a forcément beaucoup d’excitation. » Pour Bruno Genesio, le lien au Barça est encore plus criant, et ce au-delà de « Quand Messi est moins bien, il donne deux balles de but, en marque un… » Bruno Genesio, coach de l’OL son fameux surnom de « Pep », en référence à Pep Guardiola, ex-coach des Blaugranas. « J’adore sa philosophie de jeu et ce qu’il apporte aux équipes qu’il entraîne », précise le coach lyonnais, qui diffusait très souvent des images du club catalan à ses joueurs lorsqu’il entraînait l’équipe réserve de l’OL en 2010-2011. Busquets se méfie des Lyonnais. R. Stephenson/JMP/REX/Shutterstock/Sipa B. Blanco/BPI/REX/Shutterstock/Sipa HoussemAouar et l’oL espèrent refaire le même coup que contre City. V Se servir du précédent City. Prendre quatre points sur six en phase de poules contre Manchester City n’est pas anodin. L’OL compte donc bien s’en servir au moment de se mesurer à la montagne catalane. « Ces matchs doivent nous donner beaucoup de confiance pour aborder Barcelone, indique Aouar. J’y crois énormément. » A ce propos, Genesio s’attend-il au même type d’opposition ? « Ce sont deux équipes qui ont sensiblement le même projet de jeu, rappelle le technicien. Ça peut nous aider au niveau de l’expérience et de la confiance, après nos deux très bons matchs contre City. Mais Barcelone est une équipe un peu différente, car en plus d’un grand collectif, elle a un joueur hors norme dans ses rangs. » V Bien gérer Lionel Messi. En délicatesse avec sa cuisse, l’Argentin n’est pas dans la forme de sa vie. « Quand Messi est moins bien, il donne deux balles de but, en marque un et se crée trois occasions, donc quand il est bien… », ironise Genesio, qui évoque « un génie du foot ». Grand classique, existera-t-il un plan anti-Messi ? « La réponse d’un marquage individuel est pour moi obsolète, car un tel joueur trouvera à un moment la solution, décrypte-t-il. Le fait d’avoir de la densité autour de lui peut réduire son influence. Mais, dans un grand soir, même avec de la densité, il est capable de faire des choses que personne ne fait. » Le Parc OL croise les doigts pour éviter ce scénario. A Lyon, Jérémy Laugier Le Barça veut oublier le traumatisme Les Catalans peuvent-ils vraiment « passer un mauvais moment » au Parc OL ? Cette formule alarmiste de Gérard Piqué, samedi au terme du poussif succès en Liga contre Valladolid (1-0) ne tombe pas du ciel. Lancé vers un nouveau sacre en Liga, le Barça ne règne plus en Ligue des champions. Pire, le club s’est habitué à de nets revers loin du Camp Nou, comme à l’Atlético (2-0) en 2016, à Paris (4-0) et à Turin (3-0) en 2017, ou encore à Rome (3-0), lors d’un immense couac la saison passée. « La manière dont nous avons été éliminés l’an dernier a été extrêmement douloureuse, admet le milieu de terrain Sergio Busquets. Pour ne pas répéter ce qu’il s’est passé, cela dépend de nous. Il ne faut pas tomber dans l’obsession de la Ligue des champions. » Le traumatisme peut-il encore trotter dans les têtes catalanes, avec l’arrivée des phases éliminatoires ? « Ça fait longtemps qu’on ne parle plus de ce match, assure le coach Ernesto Valverde. Ça ne sert à rien de se flageller avec ça. A nous de faire preuve de vigilance ici. » Busquets s’est d’ailleurs montré méfiant, lundi, à la veille du match  : « On a beaucoup de respect pour l’OL. Ils ont obtenu de grands résultats contre le PSG et City. Nous sommes prévenus et on espère que cela ne va pas se reproduire cette fois. » A Lyon, J.L. A.-C. Pojoulat/AFP 10 Mardi 19 février 2019 Une célébration qui « porte chance » Football Sven Yidah aurait préféré qu’on l’appelle pour lui annoncer qu’il avait tapé dans l’œil d’un recruteur européen. Ce milieu de 20 ans joue aux Kariobangi Sharks, au Kenya. Il rêve d’affronter, un jour, les grands noms du football. En attendant, il les inspire  : sa célébration, dite « du boiteux », a été reprise par Florian Thauvin et Mario Balotelli, lors d’OM-Amiens, samedi. « Je ne m’attendais pas du tout à ça, indique Sven Yidah. Je ne pensais pas que je serais médiatisé dans l’un des meilleurs championnats du monde, en Ligue 1 ! » Mais d’où lui est venue l’idée de cette célébration ? « Je réfléchissais à cet exercice des penaltys, détaille-t-il. C’est un moment où tout le monde est extrêmement tendu. J’ai cherché une manière de faire baisser cette tension. J’ai décidé de faire peur à tout le monde en mimant une blessure, puis, rapidement, de transformer cette peur en un éclat de rire ! Au final, je ne l’ai faite que deux fois, et nous avons gagné les deux fois. Cette célébration porte chance ! D’ailleurs, Marseille a aussi gagné quand Balotelli et Thauvin l’ont faite ! » J.S.-M.nnru secondes Julian Savea fait le dos rond. L’ailier néo-zélandais, qui n’est « plus le bienvenu à Toulon » selon le président Mourad Boudjellal, s’est entraîné normalement lundi. « Que je sois le bienvenu ou pas, je suis toujours sous contrat (…) et je vais continuer à m’entraîner », avait-il répondu sur Twitter. Lutsenko fait coup double. Le coureur d’Astana, déjà vainqueur la veille, a récidivé lundi dans la troisième étape du Tour d’Oman. Le Kazakh s’est également emparé du maillot rouge de leader. Fin de saison pour Monnet-Paquet. Touché en fin de match contre le PSG dimanche, le joueur de Saint-Etienne souffre d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche. Il sera absent six mois.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :