20 Minutes France n°3390 18 fév 2019
20 Minutes France n°3390 18 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3390 de 18 fév 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,9 Mo

  • Dans ce numéro : l'Eglise face à ses démons.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Sports La force de l’habitude Football Les Lyonnais, qui affrontent le Barça mardi, sont coutumiers des exploits européens Le Barça de Messi ? Même pas peur ! Après avoir pris quatre points sur six en poule de Ligue des champions contre Manchester City et avoir été le premier à faire tomber le PSG en L1, l’OL a prouvé cette saison qu’il ne nourrissait pas de complexe contre les gros morceaux. « Nous sommes taillés pour les grands rendez-vous », assume le coach rhodanien Bruno Genesio au moment de se projeter sur ce 8 e de finale aller de C1 face aux Catalans, mardi (21 h). Un état d’esprit conquérant car, depuis vingt ans, le Bayern, l’Inter, le Real ou Liverpool ont tous été surpris par Lyon. « Ces grands rendez-vous sont dans l’ADN du club. » Sidney Govou, ex-joueur de l’OL « Dès qu’on a les petites étoiles [de la Ligue des champions] sur le maillot, tout est différent à Lyon, se souvient Jean-Marc Chanelet, latéral des Gones de 2000 à 2003. Retrouver l’OL à ce niveau de la compétition, ça n’est jamais un hasard. Ce club parvient souvent à se lâcher quand tout le monde l’annonce perdant. Complexer en Europe est un mal français, mais pas lyonnais. » Cela n’a pas toujours été le cas, à en croire son ex-coéquipier Sidney Govou  : « Il nous fallait un premier match référence en Ligue des champions pour lancer la machine. Dans notre inconscient, juste avant d’affronter le Bayern en 2001, on A Rotterdam, Monfils a remporté le huitième titre de sa carrière. R. Stephenson/JMP/REX/Sipa K. Van Weel/ANP/AFP En septembre 2018, l’OL avait réalisé un exploit en battant Manchester City. voulait limiter la casse. Mais tout s’est bien goupillé (3-0). » L’intéressé en sait quelque chose  : en vingt minutes et deux buts, Govou s’est fait un nom en Europe, à 21 ans. Et l’OL avec lui. « On a vite vu que ce succès a décomplexé tout le monde  : les joueurs de l’époque, les supporters et la ville, raconte-t-il. Après le Bayern, il y a eu une récurrence des exploits lyonnais en Europe. Ces grands rendez-vous sont dans l’ADN du club. » Un avis partagé aussi par Philippe Violeau, ex-joueur du club, qui met en avant le responsable de cette identité  : « Cette volonté de toujours jouer pour gagner ne vient pas en claquant des doigts. C’est tout le travail et le savoir-faire de l’ère Aulas. Il est hyper présent avant ce genre de matchs et il trouve très souvent les mots justes. Chaque joueur se sent vraiment fort avant d’entrer sur le terrain. On se sent habité par un esprit différent, comme si nous n’étions pas nous-mêmes. » Une dimension quasi mystique qui ne sera pas de trop pour renverser les Blaugranas, d’autant que Nabil Fekir sera suspendu. Cela passera aussi par un Parc OL en transe. « A la base, Lyon n’était pas une grande ville de foot. Pour vraiment réveiller la ville et sublimer les Lyonnais, il fallait donc de grandes affiches, indique Sidney Govou, qui a tant connu le Gerland des grands soirs. Je vis à Lyon, et ça fait longtemps en ville que les gens ne me parlent plus que de ce match contre le Barça. » A Lyon, Jérémy Laugier Monfils retrouve aussi la lumière Tennis Après une année 2018 affreuse sur tous les plans, le tennis tricolore retrouve des couleurs. A l’image de Lucas Pouille, demi-finaliste à l’Open d’Australie, ou de Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur à Montpellier, c’est Gaël Monfils qui renaît en cette année 2019. Un an après son dernier succès, le Français, déjà demi-finaliste la semaine passée à Sofia (Bulgarie), a su maintenir un niveau de jeu remarquablement constant pour s’imposer lors du tournoi de Rotterdam (Pays-Bas), coté à 500 points sur le circuit ATP. Gaël Monfils a dominé le Suisse Stanislas Wawrinka, en se reposant un petit set (6-3, 1-6, 6-2), au lendemain d’une bataille difficile en trois sets contre l’espoir russe Daniil Medvedev (23 ans). « Je reste dans le moment présent, je travaille, a réagi Monfils, dans des propos relayés par L’Equipe. Avec le coach, on essaie de bien travailler et j’essaie de continuer, pour revenir au top. » Généralement malchanceux quand il arrive en finale (21 défaites en 28 tentatives avant Rotterdam), l’ancien demi-finaliste de Roland-Garros et de l’US Open grimpe à la 23 e place mondiale. Richard Gasquet, en rade depuis le tournoi de Bercy à cause d’une méchante blessure à l’aine, doit avoir hâte de rejouer au niveau des copains.C. Saidi/Sipa 20 Lundi 18 février 2019 Hirscher titré, Pinturault frustré Ski Dans les forêts de sapins blanchis par la neige de la région du Jämtland (Suède), il paraît que l’on peut rencontrer des gloutons. Les spectateurs d’Are ont pu en observer un spécimen de près. Désormais vainqueur de six des neuf slaloms disputés cette saison, 32 victoires en Coupe du monde sur la discipline, déjà cinq et bientôt six globes de la spécialité, Marcel Hirscher (29 ans) a continué dimanche son festin entre les piquets serrés, avec un troisième titre mondial sur la discipline (après 2013 et 2017), comme la légende suédoise Ingemar Stenmark. Hirscher a devancé ses compatriotes Michael Matt et Marco Schwarz. Les trois larrons ont sauvé l’honneur de l’Autriche, qui n’avait toujours pas gagné de médaille d’or à Are et aurait pu finir les Mondiaux sans titre, pour la première fois depuis 1987. Déjà titré en combiné, le Français Alexis Pinturault a, lui, terminé quatrième et raté la troisième place de peu. « Je suis fier de ce que j’ai réalisé cette semaine, mais déçu d’échouer au pied du podium, a commenté le skieur tricolore, qui a aussi glané le bronze en géant, vendredi. Même si la fin est un peu amère, je repars malgré tout très heureux. » nnru secondes Sébastien Ogier à la peine. En Suède, lors du deuxième rallye de la saison, le pilote Citroën a abandonné après une sortie de route. L’Estonien Ott Tänak a profité de l’aubaine et s’est imposé. Il prend, du coup, la première place au classement général des pilotes. Carter de retour au Racing 92. Neuf mois après son départ, le All Black reviendra « au mois de mars », pour une « pige » jusqu’à la fin de la saison, a annoncé le club francilien. Sans Carter, le Racing 92 a été battu par Toulouse dimanche. L’Euro s’éloigne pour Tamgho. Victime d’une triple contracture, le triple-sauteur français a déclaré forfait pour le championnat de France d’athlétisme en salle, dimanche. Ses chances d’être à l’Euro, début mars, sont faibles.
Retrouvez-nous sur lesnouveauxcerealiers.fr'ERTÉ, VAL NNPVER °CATION (RHUM ROTEGER ERRE LES NOUVEAÔX CEREAL ERS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :