20 Minutes France n°3389 15 fév 2019
20 Minutes France n°3389 15 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3389 de 15 fév 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,6 Mo

  • Dans ce numéro : un horizon sans médecin.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Sports Les supporters de Strasbourg reprennent parfois un chant assez ancien. A Nantes, Sala est dans toutes les têtes. C’est une chanson douce que nous chantaient les fans Football De la plus drôle à la plus tragique, petite sélection des mélodies entendues dans les stades de L1 Vous les écoutez, vous les fredonnez, et, parfois, vous les massacrez. Chaque week-end, les chants de supporters donnent un peu de magie aux belles affiches ou rendent supportables les purges de L1. Parce que, derrière ces chansons, il y a souvent une histoire, 20 Minutes vous a fait une sélection de celles qu’il faut absolument connaître. V La plus bonne franquette. « Galettesaucisse je t’aime ! J’en mangerais des kilos, et des kilos. Dans toute l’Illeet-Vilaine, avec du lait Ribot ! » Vous l’aurez deviné, on est bien à Rennes. « C’est vraiment un festival, et la cigogne du RCS qui s’envole dans les étoiles… » Chant des Strasbourgeois « Cette chanson est née au début des années 1990, après un déplacement à Marseille, raconte Benjamin Keltz, auteur du livre Supporters du Stade Rennais, le manuel officieux. Deux fans du Roazhon Celtic Kop ont entendu « 51, E. Cegarra/Sipa je t’aime » dans les tribunes du Stade Vélodrome. Cela les a fait marrer, et ils en ont fait une version locale, avec la galette-saucisse, qui est un peu l’emblème de la ville. La chanson a eu un succès incroyable dans les tribunes, elle a traversé toutes les couches sociales et les générations. » V La plus drôle. « Depuis 95 résonnent les chants ultras. Et depuis la DH, ils ne faiblissent pas. Dans tous les stades de merde, nous nous sommes déplacés, parfois on s’est fait chier, mais fidèles à jamais. » Les ultras rémois ont adapté à leur sauce « Milord », d’Edith Piaf. « C’est le chant historique du groupe, qui nous accompagne à chaque match, explique Florian, président des Ultrem 1995. On reprend quelques fois des airs connus et on les adapte avec des propos concernant le groupe, le club, la ville. » V La plus bizarre. « Quatre buts au fond des caisses, c’est vraiment un festival, et la cigogne du RCS qui s’envole dans les étoiles… » Cette chanson, interprétée par Christophe O’Neil dans les années 1990, est l’ancien hymne de Strasbourg. « Aussi kitsch soit-il, il est lié à des émotions et fait donc partie de notre culture Racing, raconte Grégory Walter, vice-président de la Fédération des supporters du Racing club de Strasbourg. Les ultras aiment bien l’entonner dans un esprit second degré, notamment quand on marque un quatrième but. Cela le remet ponctuellement sur le devant de la scène. » V La plus honnête. « Peu importe le nombre, peu importe le nombre qu’on est, Monaco, nous, on va supporter. (…) Partout en France on va se déplacer, et quand Monaco va marquer, c’est tous les ultras qui vont chanter. » A Monaco, on n’est pas nombreux dans les tribunes « C’est un Argentin, qui ne lâche rien, Emiliano Sala, Emiliano Sala… » Chant des Nantais T. Camus/AP/Sipa et on le revendique. « Ce chant est une preuve de lucidité et représentatif de l’esprit des supporters, avoue Romain, qui suit l’ASM depuis 1997. Oui, on se fait railler parce que Monaco a peu de supporters. On le sait et ce n’est pas grave. Ce qui compte, c’est la passion. » V La plus tragique. « C’est un Argentin, qui ne lâche rien, Emiliano Sala, Emiliano Sala, Emiliano Sala. » Ce chant a été inventé par les supporters de Nantes après la disparition de l’attaquant, à la suite de son accident d’avion. « Je l’ai entendu la première fois en tribune lors de Nantes-Saint-Etienne [le 30 janvier], raconte Antoine, fan du FCN. Il sera chanté indéfiniment à la neuvième minute de tous les matchs du FC Nantes. Je le vois comme une espèce de stèle musicale à la gloire d’Emiliano Sala. Ce chant est rentré dans la tête de tout le monde. » Le service sport et les bureaux locaux F. Mori/AP/Sipa 20 Vendredi 15 février 2019 Ligue 1 - 25 e journée Vendredi  : Nîmes-Dijon, Lyon-Guingamp Samedi  : Marseille-Amiens, Angers-Nice, Monaco-Nantes Dimanche  : Lille-Montpellier, Caen-Strasbourg, Bordeaux-Toulouse, Reims-Rennes, Saint-Etienne-Paris Classement Pts Diff. 1 PARIS 59 +55 2 Lille 49 +20 3 Lyon 43 +11 4 Saint-Etienne 40 +5 5 Montpellier 37 +12 6 Marseille 37 +4 7 Nice 37 -4 8 Rennes 36 +3 9 Strasbourg 35 +11 10 Reims 35 -1 11 Nîmes 33 0 12 Angers 30 -2 13 Bordeaux 28 -2 14 Nantes 27 -3 15 Toulouse 27 -11 16 Amiens 21 -19 17 Dijon 20 -16 18 Monaco 19 -18 19 Caen 18 -13 20 Guingamp 14 -32nnr u secondes Le vice-président de Monaco viré. En poste depuis 2013, le Russe Vadim Vasilyev, a été limogé jeudi. Le président, Dmitri Rybolovlev, a indiqué que « des erreurs importantes ont été commises (…), ce qui nous a menés aux pires résultats sportifs que le club ait connus depuis sept ans ». Décision le 8 avril pour Novès. L’ex-sélectionneur du XV de France a contesté devant les prud’hommes de Toulouse, jeudi, les motifs de son licenciement en 2017 pour « faute grave ». Il réclame 2,9 millions d’euros à la FFR. La France pas gâtée en Coupe Davis. La nouvelle formule de la compétition prend forme. Jeudi, lors du tirage au sort de la phase finale, du 18 au 24 novembre, a réservé à la France le Japon de Nishikori et la Serbie de Djokovic.
Sports Le palais breton a été pris d’assaut Football Malgré deux buts d’avance, le Stade Rennais n’a pu faire mieux que 3-3 face au Betis, en 16 e de finale aller de la Ligue Europa Une ambiance et une rencontre de dingue. Et à la fin, beaucoup de déception. Le Stade Rennais et le Betis ont offert un joli spectacle (3-3), jeudi soir au Roazhon Park, en 16 e de finale aller de la Ligue Europa. Menant au score tout le match, les Bretons ont craqué en toute fin de match sur un but de Lainez, qui permet aux Sévillans de repartir de Bretagne avec un très bon nul en vue du match retour, dans une semaine en Andalousie. Un début de rencontre canon « Faites parler la poudre », disait la banderole déployée par le Roazhon Celtic Kop. Les Rennais ont bien entendu le message de leurs supporters, et il ne leur a pas fallu longtemps pour faire chavirer de bonheur tout le stade. A peine deux minutes de jeu, et Hunou reprenait un centre à ras de UVULE AUNNE U-UP r  : 1'MURE P2iNT ViRGULE 131RK-110N.FEAN- MAR E M FITET terre de Zeffane. Sept minutes plus tard, le coup franc de Ben Arfa était repoussé sur la barre par le gardien espagnol. Sur le corner suivant, les Bretons enfonçaient le clou de manière un peu chanceuse, le pauvre Garcia marquant contre son camp. Un duel d’anciens Parisiens Ben Arfa d’un côté, Lo Celso de l’autre. Plutôt habitués à cirer le banc parisien la saison dernière, les deux joueurs ont quitté la capitale cet été pour gagner du temps de jeu. Adversaires d’un soir, ils se sont illustrés jeudi soir. Le milieu argentin a d’abord permis à son équipe de réduire l’écart d’une frappe un peu chanceuse (32 e). Alors que les Sévillans étaient tout proches d’égaliser, les Bretons ont obtenu un penalty, après une faute de Guardado sur Sarr. Ben Arfa n’a pas tremblé et a pris à PU Drill 1j.11  : Pith rifùLE.7  : lu f 0 00 RÉMATIO 0142.78.V.03 WWWLEPOINTVIR(MILE.COM 7, RUE SAtIllE010El DE là SUTONNERIE/5004 Raria.14. ! HrJra DE 1.11/LE D. Vincent/AP/Sipa contre-pied le gardien adverse, juste avant le repos. Une série de blessés Rennes, qui avait déjà perdu Siebatcheu dimanche, va avoir du monde à l’infirmerie. En seconde période, deux pièces maîtresses de l’équipe de Stéphan, Sarr et Grenier, sont sorties sur blessure. Ajoutez à cela le carton jaune pris par le capitaine André, synonyme de suspension à Séville, et vous comprendrez que le retour au stade Benito-Villamarin s’annonce très compliqué. Mais tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. A Rennes, Jérôme Gicquel J «, - I -,` notwei ION AIR L N pglal ‹p11.1t.i..1fr PREMIÈRE PARTIE SAMEDI 11 MAI 2019 LE GRAND PARIS LA DÉFENSE Z eHe ARENA 0,114i, LO CATJ 0 NIS Airr PAgreLeelirtbrgAPÉNA.0011 - FSÀ.E.C.cht ChAfrCleOuRSPECIML£S.Fizi TICKEIMMil'ER.FR au.] " !% 1R 61  : a TIMM'- 21 Vendredi 15 février 2019 Auteur du but du 3-1, Ben Arfa pensait avoir fait le plus dur. En vain. « Un mal pour un bien » « C’est un scénario compliqué et, bien sûr, il y a de la déception, a réagi Hatem Ben Arfa après le match. On n’a pas réussi à garder le ballon en seconde période, et ils nous ont fait beaucoup courir. Mais rien n’est perdu et on va aller à Séville pour chercher un résultat. C’est peut-être un mal pour un bien, d’ailleurs, de faire un nul, cela va nous obliger à être beaucoup plus conquérant. Le match n’est pas terminé, ce sera du 50/50 au retour. », r



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :