20 Minutes France n°3388ES 14 fév 2019
20 Minutes France n°3388ES 14 fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3388ES de 14 fév 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : pseudo bonne idée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10  |  Aller à la page   OK
10
SportS Il faut enfin être balaise, Breizh Football Le Stade Rennais, qui affronte le Betis en Ligue Europa ce jeudi, veut se défaire de cette image d’éternel perdant Et si c’était enfin le grand soir pour le Stade Rennais ? Opposés aux Sévillans du Betis, ce jeudi (18 h 55) en 16 e de finale de la Ligue Europa, les Bretons ont une belle occasion d’en finir avec leur image d’éternel loser. A Rennes, le qualificatif agace, à tel point que le président, Olivier Létang, en a fait une priorité depuis sa nomination fin 2017, indiquant vouloir inculquer une mentalité de winner au club. Mais l’absence de titres récents et surtout les diverses occasions manquées par le Stade Rennais ces dernières saisons ont contribué à façonner cette image au niveau national. Depuis les deux Coupes de France glanées par le club en 1965 et 1971, l’armoire à trophées du club prend la poussière. Pourtant, à trois reprises, les Bretons se sont retrouvés à quatrevingt-dix minutes de la délivrance. Trois finales perdues en dix ans  : Coupe de On ne change pas une équipe qui perd Rugby Oui, on est un peu taquin. Mais après les deux défaites face au pays de Galles et l’Angleterre, lors des deux premières journées du Tournoi des VI Nations, mieux vaut rire des prestations tricolores que pleurer. Avant d’affronter l’Ecosse, le 23 février, on s’attendait donc à un peu de changement dans le groupe France. Il n’en a rien été. Le sélectionneur, Jacques Brunel, a décidé de continuer à travailler avec les 31 mêmes joueurs. Malgré les nombreuses critiques d’anciens internationaux, comme Olivier Magne ou Dimitri Yachvili, sur le style de jeu et l’identité de certains sélectionnés, Brunel a choisi de miser sur le sentiment de revanche de son groupe, qui sera réuni dès vendredi à Marcoussis avec un objectif clair  : l’emporter pour éloigner la possibilité d’une première cuillère de bois dans le Tournoi depuis 1957. Même si le groupe reste inchangé, le XV de départ face à l’Ecosse pourrait changer, avec les retours d’Atonio, Fofana et Médard, qui s’étaient blessés face aux Gallois. Ciambelli/Sipa « Les installations sont superbes, plein de bons joueurs y passent… » Rolland Courbis la Ligue 2013 et Coupes de France 2009 et 2014. Pour les supporters rennais, ces deux dernières défaites, qui plus est face au rival régional Guingamp, ont eu un goût particulièrement amer. « Les deux fois, ça nous a fait très mal, surtout qu’on avait presque l’impression d’avoir fait le plus dur et qu’on arrivait avec l’étiquette de favori, se souvient Alex. D’habitude, on aime bien se moquer des Guingampais en les appelant « paysans » mais là, on rasait les murs en sortant du Stade de France. » Comme nombre de supporters rennais, Alex goûte peu à « l’éternel bashing » à l’encontre de son club  : « On a quand même pas mal progressé par rapport aux années 1980-1990, quand on faisait l’ascenseur. Maintenant, on est un candidat régulier à l’Europe. » Cette nouvelle dimension, Rolland Courbis l’a aussi constatée lors de son bref passage à la tête des Rouge et Noir, de janvier à mai 2016  : « Tout est réuni pour un changement de vision de ce club. Le stade et les installations sont superbes, plein de bons joueurs y passent… Je n’ai pas d’explication pour ce côté loser. Je voulais tout faire pour enlever cette étiquette. Malheureusement, je n’ai pas eu le temps. » « C’est une question d’honneur » Rugby Stéphane Tortorici travaille comme pâtissier à Montréal. Pourtant, le Haut-Garonnais d’origine sera présent ce jeudi devant le tribunal des prud’hommes de Toulouse, où se présentera Guy Novès, dans son procès face à la Fédération française de rugby. Revenu dans sa famille pour des congés, Stéphane Tortorici Novès réclame 2,9 millions d’euros à la Fédération française de rugby. F. Mori/AP/Sipa sepuoaes n ? 10 Jeudi 14 février 2019 Le public breton souhaite que l’armoire à trophées se remplisse un peu. représentera le très actif groupe Facebook « Soutien à Guy Novès et son staff ». Une page qu’il a lancée après l’éviction du sélectionneur français en décembre 2017. « Il tient à remercier tous les gens qui le soutiennent, affirme Stéphane Tortorici, qui a rencontré Novès il y a une semaine. Tant qu’il n’en a pas fini avec le procès, il ne passera pas à autre chose. C’est une question d’honneur, pour lui et sa famille. Il est combatif, même s’il est vraiment affecté. » Les proches de Guy Novès décrivent également un homme à la fois meurtri et déterminé à prouver qu’il n’a pas commis la faute grave que lui reproche la FFR. Mais ils ne tiennent pas à s’épancher dans la presse, avant un procès que l’ancien coach du Stade Toulousain espère être celui de la rédemption. Et de la réparation, puisque le technicien réclame 2,9 millions d’euros. En tout cas, Guy Novès n’a pas envie de terminer sa longue carrière sur un échec. « Un des grands clubs français [le Stade Français] m’a contacté, mais pour faire ce métier il faut être complètement libéré, indiquait-il en novembre au micro de France Bleu Occitanie. Ce n’est pas mon cas aujourd’hui. » Et ce jeudi soir ? A Toulouse, Nicolas Stival S’il avoue être superstitieux, le technicien ne croit pas à une quelconque fatalité qui condamnerait le Stade Rennais à la défaite. Et pour changer d’image, rien de tel qu’une épopée européenne. Rolland Courbis veut croire à « une qualification qui permettrait de gommer cette malédiction ». Évoquant un « privilège » que ses joueurs ont gagné avec leur parcours, l’entraîneur du Stade Rennais, Julien Stéphan, estime que cette place en 16 e de finale « prouve que l’équipe est en train de grandir et de se développer ». Au point de définitivement tourner le dos à ses démons ? Première réponse ce jeudi soir. A Rennes, Manuel Pavard La belle affaire pour Saint-Etienne. Dans un match reporté de la 23 e journée de Ligue 1, les Verts se sont imposés face à Strasbourg (2-1), mercredi soir, et reviennent à trois longueurs de la troisième place, occupée par Lyon. Dans le bas du tableau, Nantes s’est imposé à Caen (0-1) et enfonce un peu plus les Normands. Marseille prête Grégory Sertic. En manque de temps de jeu, le milieu de terrain phocéen, qui peut aussi jouer défenseur central, a été prêté jusqu’à la fin de la saison en Suisse, au FC Zurich. Grâce à ce mouvement, l’OM va réaliser quelques économies bien utiles pour le fair-play financier. L’avenir de Bruno Genesio bientôt fixé. Le président de l’OL, Jean- Michel Aulas, a affirmé qu’une décision concernant l’avenir de l’entraîneur serait prise « fin mars au plus tard, soit plus tôt que prévu initialement ». Pour expliquer ce choix, le dirigeant lyonnais a évoqué un souci de cohérence avec le mercato estival.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :