20 Minutes France n°3383 1er fév 2019
20 Minutes France n°3383 1er fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3383 de 1er fév 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : premiers de la classe.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Actualité Sans toit ni foi en l’avenir Mal-logement Trop de jeunes sortant de l’aide sociale à l’enfance souffrent de précarité résidentielle La vie les a déjà malmenés enfants, mais, une fois devenus majeurs, c’est parfois pire. A 18 ans, les jeunes sortant de l’aide sociale à l’enfance (ASE) sont censés quitter la structure ou la famille d’accueil dans laquelle ils vivaient, car ils ne disposent plus de prise en charge légale. S’ils n’ont pas réussi à décrocher un contrat jeune majeur (CJM) (lire l’encadré), ils sont alors confrontés à des difficultés pour se loger, souligne le rapport annuel de la Fondation Abbé- Pierre, dévoilé ce vendredi. A la sortie, la rue « Plus de 30% d’entre eux sont sans emploi, plus de 25% sont en formation et, pour ceux qui occupent un emploi, la majorité a un emploi précaire, non qualifié et faiblement rémunéré. D’où la réticence des bailleurs à accepter leur dossier », constate Pascale Dietrich-Ragon, Contrat jeune majeur Le CMJ permet de prolonger jusqu’à 21 ans le soutien de l’ASE et d’être hébergé. Ses conditions d’obtention sont laissées à l’appréciation des départements et, pour l’obtenir, le jeune doit avoir un projet d’insertion. Autre souci, le nombre de CMJ a diminué de 10% entre 2016 et 2017, pour des raisons économiques, selon Pascale Dietrich-Ragon. Famille d’accueil, la rue... A 22 ans, Patrick Brugioti a déjà tout connu.C. Follain/20 Minutes D. Bancaud/20 Minutes La Fondation Abbé-Pierre réclame davantage de structures pour les ex-ASE. chercheuse à l’Institut national d’études démographiques (Ined). Ce qui pousse certains à retourner chez leurs parents, alors même qu’ils avaient de mauvaises relations avec eux, voire à se mettre en couple précocement. Les autres sont souvent contraints de faire appel aux dispositifs d’urgence. Pire, alerte Manuel Domergue, directeur des études de la Fondation Abbé-Pierre, « 8% des jeunes sortis de l’ASE depuis un peu moins d’un an ont connu un épisode de rue (lire ci-dessous). D’ailleurs, sur les 143 000 personnes sans abri recensées par l’Insee en 2012, 23% ont eu un passé d’enfant placé. » Des situations de détresse qui doivent amener les pouvoirs publics à prendre des mesures. « Les jeunes sortant de l’ASE doivent pouvoir être accueillis dans des studios semi-autonomes encadrés par des animateurs socioculturels, dans des foyers de jeunes travailleurs, dans des pensions de familles ou dans des cités universitaires », insiste Manuel Domergue. Pour ce faire, il faudrait que l’Etat et les collectivités locales créent davantage de places dans ces structures. Dans son plan pauvreté, le gouvernement a dit vouloir « empêcher toute sortie sans solution » des jeunes de l’ASE « en articulant la protection offerte par les départements et les dispositifs de droit commun de l’Etat ». Interrogé par 20 Minutes, le secrétariat d’Etat aux Solidarités indique que, pour l’heure, quatre départements ont signé une convention avec l’Etat (Nord, Pasde-Calais, Bas-Rhin, Indre-et-Loire) en s’engageant à prévenir les sorties sèches de l’ASE afin de bénéficier, en retour, d’un soutien financier du gouvernement. Delphine Bancaud « C’était « Koh-Lanta », cette vie-là » « J’ai envie d’avoir mon chez-moi. » Patrick Brugioti, 22 ans, fait partie de ces jeunes sortant de l’ASE et qui ont été confrontés à un vrai parcours du combattant pour se loger. Quand il a quitté sa famille d’accueil, à 17 ans, il a trouvé refuge à l’hôpital Cochin (Paris, 14 e). « C’était pendant le plan grand froid, on m’a laissé dormir dans le hall et on m’apportait à manger. J’allais aux bains-douches pour me laver », se souvient-il. Après deux mois, il a dû partir. « J’ai dormi dans la rue pendant trois ans. Et j’ai fêté mes 18 ans dehors. » Il alterne alors les abris de fortune  : un château-toboggan dans un jardin public, la devanture d’un magasin fermé, une station de métro… « C’était « Koh-Lanta », cette vie-là. » Il finit par obtenir une place dans un centre d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS). Mais c’est loin d’être suffisant pour lui. « Les foyers, ça détruit moralement. Je ne peux inviter personne, j’ai l’impression d’être surveillé. Et, toutes les nuits, je suis réveillé par un de mes voisins qui hurle et je suis sans cesse dérangé par un autre qui fume tout le temps du shit. » Depuis juillet, il effectue un service civique, qui pourrait déboucher sur un CDD. Patrick Brugioti ne rêve que d’une chose, qu’il soit transformé en CDI pour, enfin, emménager dans son propre chez-lui. D.B. 6 Vendredi 1er février 2019 Ghosn se dit « seul face à une armée » Justice C’était sa première interview à des médias non japonais. Carlos Ghosn s’est insurgé, jeudi, contre sa situation qui ne serait « normale » selon lui « dans aucune autre démocratie », lors d’un entretien avec l’AFP et Les Echos au centre de détention de Tokyo. Après deux mois d’incarcération pour des malversations financières présumées, le bâtisseur de l’alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors a clamé son sentiment « d’injustice ». « J’ai face à moi une armée chez Nissan, des centaines de personnes se consacrent à cette affaire, 70 au bureau du procureur, et je suis en prison depuis plus de soixante-dix jours. Je n’ai pas de téléphone, pas d’ordinateur, mais comment puis-je me défendre ? » Arrivé au parloir d’un pas décidé, gardant son autorité de PDG, Carlos s’est dit « fatigué », mais combatif  : « Je suis concentré, je veux me battre pour rétablir ma réputation et me défendre contre de fausses accusations. » Selon lui, on a voulu l’éliminer du jeu, car il a cherché à créer une société holding contrôlant Renault, Nissan et Mitsubishi Motors.nnru secondes L’Assemblée vote un délit de dissimulation du visage. Dissimuler son visage durant une manifestation sera un délit. C’est ce qu’a voté l’Assemblée dans la nuit de mercredi à jeudi. Cette nouvelle infraction sera assortie d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende. Le vote solennel en première lecture de ce texte controversé issu du Sénat est programmé mardi 5 février. Le Medef veut revenir négocier sur l’assurance-chômage. Après avoir claqué la porte de la négociation sur l’assurancechômage pour protester contre les déclarations d’Emmanuel Macron sur le « bonus-malus », le Medef va revenir à la table des discussions, a indiqué au Parisien son président, Geoffroy Roux de Bézieux. Retour à la normale ce vendredi à Montparnasse. La situation doit revenir à la normale ce vendredi matin à la gare Montparnasse, où la circulation des TGV a été fortement perturbée jeudi après une panne électrique, a indiqué la SNCF.
*Sous réserve d’éligibilité"EPMT À ÉCOLE DE PARIS tr4E ME I. é P PORTES n'ES MAIRIE DE PARIS L’EXCELLENCE L'EXCELLENCE PAR M L'ALTERNANCE L’ALTERNANCE tet SAMEDIS MME MS 9 9FÉVRIER FÊVRMG3 & 6AVRIL 6 AUL 2019 OUVERTES ga =17C SECTEURS D’ACTIVITÉS D'ACTIVITÉS HÔTELLERIE Rt7ELL RESTAURATION REFEAURNEOON PÂTISSERIE FÂ"EOSSEROE CHOCOLATERIE CHOCOLATERVE BOULANGERIE BOULANGEROE MANAGEMENT GASTRONOMIE GASTRONOMOE ACCUEOL ACCUEIL GESTION GESTOON EN E FRANCE ET À ÀL’INTERNATIONAL UONTERNATOONAL 90% 90% DOSSIER ERONSCRUMON D’INSCRIPTION EN LIGNE LDGN  : WWW.EPPOT.FR WWW.EPMT.FR 17 07 RUEJACQUES IBERT DSE24 -75017PARIS - 75007 PAPES -0144091200-M3 - 00 09 02 00 - N13 LOWSE LOUISEP40CIIEL MICHEL -WWW.EPMT.FR 0WW,EPP,47,7ik IledeFrancei, ciale cfif ; 7,.0.1. 0000o Faites le PARIS de l’avenir ! 9H -17H RÉUSSITE AUXEXAMENS ACTIFS ÀLASORTIE Des formations en alternance gratuites et rémunérées du CAP au BAC+5 Possibilités de formations pour les adultesenreconversion Centre de formation spécialisé dans l’Hôtellerie-Restauration, nous vous proposons des formations professionnelles certifiées, gratuites et rémunérées à 100% * Venez nous rencontrer RECRUTE PARCONCOURS La Ville de Paris recrute des adjointes techniques principauxales  : 13MagasinierèresCaristes14Agentes de maintenancedesbâments Inscriponsaux concours du 14 janvierau 8février2019surwww.paris.fr/recrutement8Électriciennes automobile6Plombierères Inscripons auxconcours du 28 janvierau 22 février2019 surwww.paris.fr/recrutement Retrouvez toutes les informaons et condions d’inscripon détaillées dans la brochure des concours ci-dessus sur www.paris.fr/recrutement (rubrique s’inscrire aux concours et consulterles résultats). www.paris.fr Vous êtes salarié en CDI, CDD, fin de CDD, Extra, Intérim ou vous êtes demandeur d’emploi Venez suivre une formation de GOUVERNANTE OU RÉCEPTIONNISTE F.A.C. Hôtel, 8 rue Lincoln 75008 Paris - M° George V Contact/Recrutement au 01 53 63 01 78 ou recrutement@fac-hotel.fr Illustraon  : GeyImages 5 î EMPLOI & FORMATION Pour passer une annonce  : mobilite@20minutes.fr -EXCELLENCE E ELLEMC E ACADÉMIQUE=C=DEI11OUE RECONNUEPAR PR1_,ACSE, L’AACSB -, 4 - 1er février 2019 FORMATIONS EN INFORMATIQUE DE BAC À BAC+5 ALTERNANCE - INITIAL - FORMATION CONTINUE - VAE MAINTENANCE  : PC, SMARTPHONES, TABLETTES SYSTÈMES, RÉSEAUX, CLOUD, VIRTUALISATION GESTION ET PILOTAGE DE PROJETS www.ipi-ecoles.com INFORMATION ET INSCRIPTION  : CYBERSÉCURITÉ DÉVELOPPEMENT WEB & MOBILES MANAGEMENT DES SYSTÈMES D’INFORMATION 01.80.97.35.22 -mpoulain@groupe-igs.fr - 44B, Quai de Jemmapes - 75010 Paris JOURNÉE PORTES OUVERTES SAMEDI 2FÉVRIER 2019 DE 14H À18H > iscparis.com/jpo < 8-12 rue Victor Hugo 92300 Levallois-Perret 11/2018- DIRECTION MARKETING ET COMMUNICATION GROUPE IGS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :