20 Minutes France n°3378ES2 23 jan 2019
20 Minutes France n°3378ES2 23 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3378ES2 de 23 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : des jeunes perdus de vue...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité, e eadnalhe météo 7 2 -el - 2 2 4- 3 " PR ÉV I sroNs DÉTAILLÉE & Ir.OS SKI  : M P ÈTE S lachalnemeleo.com 2 Mercredi 23 janvier 2019 Une jeunesse « assignée à résidence » Social Les jeunes des petites villes et des zones rurales se sentent oubliés « T’es une fille, boursière, tu viens de la campagne… Manquerait plus que tu sois handicapée ! » Tels sont les mots adressés par un étudiant parisien à Salomé Berlioux, 29 ans, originaire d’un hameau de 180 habitants dans l’Allier, le jour de son entretien d’admission à Sciences po. Des mots qui témoignent des obstacles qu’affrontent les jeunes habitants de petites villes, de villages et de zones pavillonnaires. Ces barrières, Salomé Berlioux les décrit dans Les Invisibles de la République (éditions Robert Laffont), qu’elle a coécrit avec Erkki Maillard. Aujourd’hui, pas moins de 60% des « Le risque majeur est celui d’une sécession avec le reste de la société. » Jérôme Fourquet, Ifop 15-19 ans vivent dans ces territoires. « Ces jeunes sont oubliés, car trop éloignés des centres-villes, a expliqué Erkki Maillard lundi, lors d’une conférence de la Fondation Jean-Jaurès. On ne les voit pas et on ne les entend pas. » Leur premier frein dans la vie réside dans la difficulté à se déplacer, à cause souvent d’un réseau de transports en commun trop restreint, d’un abonnement pour le train trop cher ou de bus La météo en France Josealbafotos/Pixabay le premier frein dans la vie des 15-19 ans vivant dans de petites villes ou des villages est la difficulté de se déplacer. qui ne circulent pas certains jours de la semaine… Difficile donc d’accéder aux activités extrascolaires ou à des universités. « Par exemple, Charlotte a dû renoncer aux études de médecine car la fac était trop loin de chez elle, raconte Salomé Berlioux. N’étant pas boursière, elle n’a pas pu se payer une chambre étudiante. » Certains vivent leur absence de mobilité comme un échec. « Ils entendent en permanence des discours vantant les vertus de la mobilité, de la part des politiques, comme des employeurs. Or, certains d’entre eux n’ont jamais pris le train. Ils ont l’impression d’être assignés Les averses déboulent après les boules de neige Place à l’acte 2 de la neige sur le pays, avec des chutes de flocons prévues des Alpes aux Ardennes en passant par le Bassin parisien. A l’ouest, la pluie se fait la part belle et ne laisse que peu de place au soleil, qui est plus généreux sur le pourtour méditerranéen. à résidence », indique Erkki Maillard. D’où le sentiment de déconnexion qu’ils éprouvent, mêlé à une forme de frustration. Souvent, ces jeunes ont accès à des emplois moins qualifiés que ceux des grandes villes. « Ils travaillent surtout dans la logistique, les services à la personne, le commerce, le tourisme, note Jérôme Fourquet, directeur du département opinion de l’Ifop. Il y a l’impression d’une France qui avance à deux vitesses  : celle de métropoles, connectée à la mondialisation et celle des territoires où se développe l’économie de la débrouille. » Face à ce constat, il y a urgence à agir. « Cette jeunesse est sous les radars des politiques publiques et le risque majeur est qu’elle fasse sécession avec le reste de la société française », met en garde Jérôme Fourquet. « Il faut développer le mentorat, préconisent Salomé Berlioux et Erkki Maillard. Ils ont besoin d’être poussés par quelqu’un qui leur donne un déclic psychologique afin de tenter des études dans une autre ville, par exemple (...). Il faut aussi développer des bourses pour ceux qui décident d’étudier loin de chez eux », ajoute Erkki Maillard. Et le fait de parler d’eux est une première marche gravie. Delphine Bancaud Une trace ADN et des interrogations Viol au « 36 » C’est une question centrale dans ce procès. Comment expliquer que l’ADN de l’un des accusés ait été retrouvé dans le vagin d’Emily S. ? Selon la plaignante, Antoine Q. l’a violée, dans la nuit du 22 au 23 avril 2014, au 36, quai des Orfèvres, en compagnie de Nicolas R. Appelé mardi à la barre, le policier, qui nie les faits, a proposé sa version, donnant de nouveaux détails. Selon son récit, il a demandé à Emily S., rencontrée au Galway, un pub situé en face du siège de la police judiciaire parisienne, de l’accompagner dans son véhicule, ce qu’elle a accepté. « Dès que je rentre dans la voiture, Emily S. met sa main sur ma braguette. Ça me plaît, je la laisse faire. Elle prend mon sexe et commence à me masturber », raconte-t-il. Tout en conduisant, avec l’aide de la plaignante, il a passé la main sous son short. C’est à ce moment qu’il l’a pénétrée digitalement, assure-t-il. Antoine Q. se souvient qu’elle n’opposait « aucune résistance ». « Le prélèvement sur Emily S. a été fait à 10 cm au fond du vagin. Si l’on en croit votre version, cela voudrait dire que vous avez introduit l’intégralité de votre doigt dans son vagin, alors qu’Emily S. porte un collant, un short, que vous conduisez… » s’étonne l’avocat général, Philippe Courroye. Pourquoi n’a-t-il pas évoqué ces faits lors de sa garde à vue ? lui demande son avocate, M e Compoint. « J’avais peur que ma vie se détruise », explique-t-il, soulignant qu’il a manqué de « courage ». Il jure une nouvelle fois ne « jamais avoir violé cette fille ». Thibaut Chevillard Suivez le procès sur Twitter  : @TiboChevillard
ActuAlité L’échographie, un examen difficile Parents L’affaire des bébés nés sans bras pousse à s’interroger sur l’efficacité de la détection prénatale de cette malformation « Il a deux bras et deux jambes. » C’est la phrase que beaucoup de futurs parents soufflent avec soulagement au sortir de la première échographie. Pourtant, certains découvrent le jour de l’accouchement que leur bébé souffre d’une malformation. Alors que des enquêtes tentent de déterminer les causes de naissances d’enfants sans bras, main ou avant-bras dans l’Ain, le Morbihan, la Loire-Atlantique et, depuis lundi, dans les Bouches-du-Rhône, la question de la détection pendant la grossesse de cette malformation, nommée « agénésie transverse des membres supérieurs », se pose aussi. « D’après les messages que l’on reçoit à l’association, la moitié des parents n’ont pas reçu de diagnostic prénatal », raconte Michelle Cosmao, adhérente depuis 1980 d’Assedea, l’association des familles concernées par Plus de LBD sans caméraspiétons Violences Christophe Castaner répond à la polémique liée à l’utilisation des lanceurs de balle de défense (LBD). « Je souhaite que, à partir de samedi, l’ensemble de nos forces de sécurité qui utilisent des LBD soient équipées du système de caméras-piétons », a déclaré le ministre de l’Intérieur, auditionné par la commission des lois sur la proposition de loi anti-casseurs (lire ci-contre), mardi. Selon lui, les caméras-piétons devront être « systématiquement » activées « en conditions normales », mais pas « en cas d’agression » des forces de l’ordre. Un peu plus tôt dans la journée, le ministre a reconnu devant les députés de l’Assemblée nationale que quatre personnes ont été grièvement blessées à cause de ces armes controversées lors de rassemblements de « gilets jaunes ». Il a précisé que la police des polices (IGPN) avait été saisie de 81 enquêtes. Le collectif militant Désarmons-les et le journaliste indépendant David Dufresne ont recensé 17 personnes ayant perdu un œil à la suite d’interventions policières depuis le début du mouvement. P.Pavani/AFP ces malformations. Pour toute grossesse, trois échographies sont proposées, à la 12e, la 22 e et la 32 e semaine d’aménorrhée (dernières règles). Ces examens de dépistage peuvent être complétés par des échographies de diagnostic. « Globalement, on dépiste 95% des malformations au cours des trois échographies », rassure Olivier Ami, gynécologue et obstétricien. Et pour ce type de malformation des membres supérieurs ? « Environ 30% des agénésies ne sont pas repérées pendant l’examen prénatal », avance Georges Haddad, président du Collège français d’échographie fœtale. « Pas de diagnostic 100% sûr » Pourquoi de telles difficultés ? « En général, une agénésie de l’avant-bras est liée à des brides amniotiques, des filaments entre le fœtus et la paroi,C. Delahaye/Sipa qui peuvent couper un bras pendant la grossesse », explique Olivier Ami. Résultat  : le fœtus présente deux bras à la première échographie, mais pas à la deuxième. Or « c’est lors de la première échographie que l’on demande de vérifier qu’il y a bien les trois segments (main, avant-bras, bras) des quatre membres », précise Georges Haddad. Mais il peut arriver que la main soit petite lors de la première écho, et que l’on confonde les mains droite et gauche pendant la deuxième. » « L’échographie est un examen doublement dynamique  : la sonde et l’embryon bougent, relativise Isabelle La loi « anti-casseurs » ne fait pas l’unanimité parmi les députés LREM Politique La loi « anti-casseurs » examinée mardi à l’Assemblée inquiète les députés de la majorité. Elle répond pourtant à une demande de l’exécutif. Après les mesures pour le pouvoir d’achat, le gouvernement avait choisi d’afficher sa fermeté et de prôner la répression contre les auteurs de violences lors des manifestations le texte prévoit d’autoriser les fouilles à l’entrée des manifestations. 3 Mercredi 23 janvier 2019 Environ 30% des agénésies ne seraient pas repérées avant la naissance. de « gilets jaunes ». L’exécutif a choisi de recycler une proposition de loi déposée en juin par le sénateur Les Républicains Bruno Retailleau. « Atteinte à la liberté » Le texte, adopté par le Sénat en octobre, n’a pas encore été amendé par le gouvernement. Il prévoit d’autoriser des fouilles à l’entrée des cortèges de manifestants et de faire du port de la cagoule un délit passible de prison. Mais les craintes portent sur l’article 2. Celui-ci instaure une interdiction administrative de manifester qui pourrait être prononcée par le préfet de police. « Je m’interroge sur l’atteinte à la liberté de manifester possiblement induite par ce texte », a déclaré la députée LREM de Maine-et-Loire Stella Dupont mardi. Autre sujet de discorde chez les marcheurs, la création d’un fichier de personnes interdites de manifester (article 3). « Les négociations entre le groupe LREM et le gouvernement ne sont pas finies », constate un parlementaire. Elles ne pourront pas trop traîner, car le texte doit être débattu dans l’hémicycle le 29 janvier. Laure Cometti Taymans-Grassin, médecin généraliste et mère d’une fille née sans avantbras en 2012. Et à partir de la deuxième échographie, on n’a jamais le fœtus en entier sur l’image. On peut comprendre qu’un diagnostic 100% sûr n’existe pas. » « Il faut mieux accompagner les familles, mais aussi le personnel médical, renchérit Michelle Cosmao. Quand le beau bébé n’est pas tout à fait comme on l’espérait, la naissance risque d’être un choc car même les sages-femmes peuvent être décontenancées. » Une réflexion sur l’amélioration de l’accompagnement qui pourrait servir à beaucoup d’autres familles. Oihana GabrielnnCu secondes Le froid et la neige s’installent en France. Vingt-cinq départements du nord et du centre étaient mardi soir en vigilance orange neige et verglas, entraînant des restrictions de circulation. Mardi, en Ile-de- France, la RN118 a été fermée plusieurs heures. La tour Eiffel a fermé ses portes quelques heures, avant de rouvrir à 17h. Une banque braquée près des Champs-Elysées à Paris. Plusieurs malfaiteurs ont braqué mardi matin une banque à Paris dans le quartier des Champs-Élysées, après avoir séquestré les personnes présentes dans les locaux. Les suspects ont ouvert une trentaine de coffres dans une agence Milleis Banque, avant de prendre la fuite. Arrestation de trois proches d’un terroriste du 13-Novembre. Sept personnes, dont trois membres de la famille d’un des terroristes du Bataclan, attentat perpétré le 13 novembre 2015, ont été interpellées et placées en garde à vue mardi, a-t-on appris de sources proches du dossier.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :