20 Minutes France n°3377ES 18 jan 2019
20 Minutes France n°3377ES 18 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3377ES de 18 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,6 Mo

  • Dans ce numéro : Mantes après coup...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité 2 Vendredi 18 janvier 2019 Le Soleil a rendez-vous avec la Lune Astronomie Pour admirer l’éclipse qui aura lieu lundi matin, suivez le guide Dans la nuit de dimanche à lundi, les férus d’astronomie et amoureux du ciel vont mettre leur réveil tôt, très tôt. Ce phénomène, qui se produit une à deux fois par an, n’est pas toujours visible depuis l’Europe. L’éclipse de Lune commencera cette fois à 4 h 34 pour s’achever à 7 h 51, heure française. Ce moment où la Terre se situe exactement entre le Soleil et la Lune sera observable en particulier au début du phénomène et lorsque l’éclipse sera totale. Mais le jour étant levé aux alentours de 7 h 50, il ne sera pas possible de voir la sortie de l’ombre de la Terre. Pour voir une autre éclipse lunaire, il faudra patienter jusqu’au 16 mai 2022. Cherchez l’ouest Voir entrer la Lune dans l’ombre de la Terre est un moment magique. Elle va être « mangée » progressivement, même si on a l’impression que cela n’évolue pas. L’éclipse sera totale à partir de 5 h 40 et pendant presque une heure. L’astre se parera d’une couleur rouge sang, « car une partie des rayons du Soleil sont déviés par l’atmosphère de la Terre, c’est ce qui donne cette teinte », explique Olivier Sanguy, médiateur à la Cité de l’espace. C’est plus court que l’éclipse de juillet dernier, la plus longue du xxi e siècle puisque la Lune a été dans La météo en France N. Messyasz/Sipa En France, ce sera la dernière fois avant 2022 qu’on pourra observer l’obscurcissement de l’astre par notre planète. l’ombre complète de la Terre durant cent trois minutes. Pour bien observer l’éclipse, il faudra avoir une vue dégagée à l’ouest. « Il faut regarder à 38° de hauteur, sachant qu’à 45° on se trouve à mi-chemin entre le zénith et l’horizon. Au moment de son éclipse totale, à 5 h 40, elle ne sera plus qu’à 26° », précise Olivier Sanguy. Si jamais un immeuble se trouve dans cet axe-là, il sera difficile de le faire abattre d’ici dimanche. Il est donc plutôt conseillé de monter sur un point haut ou de se trouver un jardin. Les averses et les ondées traversent la France Dans le nord-ouest du pays, le ciel sera variable. Il pleuvra encore du Sud-Ouest jusqu’aux frontières de l’Est, mais de moins en moins. Le soleil brille joyeusement autour de la Méditerranée. Il fera entre 4 °C à Annecy et 14 °C à Perpignan. Et pour ceux qui ne savent pas où se situe exactement l’ouest, pas de panique. A défaut de boussole léguée par papy, tous les smartphones ont aujourd’hui cette fonction disponible sous forme d’application téléchargeable. C’est le seul équipement nécessaire, pas besoin de lunettes. « Contrairement aux éclipses de Soleil, il n’y a aucun risque sur le plan de la vision. Et on n’a pas besoin forcément d’instrument pour l’observer », assure Olivier Sanguy. Le seul obstacle que vous pouvez rencontrer pour profiter de ce phénomène Spectaculaire explosion et violent incendie au campus de Villeurbanne Accident Le feu s’est déclenché jeudi matin sur le toit de l’un des bâtiments du campus de la Doua à Villeurbanne (Auvergne-Rhône- Alpes), après l’explosion de bonbonnes de gaz. Trois détonations ont été entendues vers 9 h 10. Un périmètre de sécurité a été mis en place, et une partie du campus a été évacuée pendant plus d’une heure. Au total, 800 personnes ont été obligées de quitter les lieux. L’incendie, d’origine accidentelle, serait dû aux travaux d’étanchéité effectués dans ce bâtiment, qui abrite le département de biologie de l’université. Les trois bonbonnes avaient été entreposées sur le toit, à proximité de la bibliothèque. Une cinquantaine de pompiers sont céleste gratuit, c’est la météo. En juillet dernier, les nuages avaient gêné les premières minutes de l’éclipse, avant que le ciel se dégage. La pollution peut aussi jouer les trouble-fêtes. Pour ceux qui veulent partager ce moment cosmique, ou en apprendre un peu plus sur ces phénomènes, des clubs d’astronomie proposent un peu partout en France des animations autour de l’éclipse. Pour ceux qui sont frileux ou qui n’ont pas la force de se lever tôt, pas de panique. Il existe une chaîne YouTube où l’éclipse sera diffusée en direct. Béatrice Colin parvenue à maîtriser rapidement le sinistre. Trois personnes ont été légèrement blessées, parmi lesquelles un soldat du feu. Une seconde personne a été touchée à la main lors de l’évacuation des lieux et une autre a été victime d’acouphènes. « Les explosions entendues provenaient des travaux. Pas de problèmes de sécurité chimique », a indiqué l’université Lyon I. L’accès est interdit aux bâtiments Déambulatoire, Mendel, Berthollet et Omega. Les autres ont été réintégrés en fin de matinée. Des cellules d’écoute ont été ouvertes pour les étudiants qui se trouvaient sur place (04 27 46 57 57) et pour les agents ou personnels de l’établissement (04 72 43 12 01). A Lyon, Caroline Girardon
ActuAlité #Rester visible L’arrestation filmée de lycéens, le 6 décembre, est devenue un symbole des violences policières Il y a plus d’un mois, après plusieurs jours d’affrontements entre forces de l’ordre et lycéens à Mantes-la-Jolie (Yvelines), parfois renforcés par des casseurs venus d’ailleurs, 151 jeunes étaient interpellés. Ils étaients ensuite immobilisés dans une posture qu’on ne prête qu’à des dictatures  : mains sur la tête, genoux à terre, certains alignés contre un mur. Ce matin frisquet de janvier, emmitouflé dans sa parka, Ryan, 19 ans, agenouillé comme d’autres ce 6 décembre, livre sa version des faits. « C’est normal que des personnes soient arrêtées, mais être mis ##JEV#144-78-https://bit.ly/2HiS2RH##JEV# dans cette position humiliante, c’est abusé, se souvient-il. Des mères cherchaient leur enfant, mais les CRS leur disaient de dégager. Pour beaucoup, c’était traumatisant. » Si la majorité des lycéens s’en sont sortis avec un simple rappel à la loi, trois mineurs ont été placés sous contrôle judiciaire et un majeur condamné à six mois ferme. Les Mantais sont unanimes  : sortie de son contexte, la vidéo n’est pas représentative de la ville. « Mantes est mal vue depuis des décennies, les élus font comme ils peuvent pour arranger l’image, confie un habitant, installé depuis 36 ans. C’est dommage qu’avec cette vidéo les préjugés négatifs sur notre ville soient renforcés… » Ce jour de janvier, un forum pour l’emploi se tient sur l’île l’Aumône. « La jeunesse a su se former, certains sont diplômés de Sciences po, le Val fourré a Uinsiju4. ; 541>ijii9,1:"beaucoup changé avec un marché trois fois par semaine, un hôpital, une patinoire et une vie culturelle », se félicite Azmy Ahriz, directeur de la mission locale du Mantois qui se trouve au Val fourré. Mais la rénovation du quartier prend trop de temps pour certains. L’émergence des « gilets jaunes » a mis en lumière une périphérie française, qui se sent oubliée, méprisée, éloignée du pouvoir. « On a vu des lycées de périphérie entraîner la mobilisation, observe François Hébert, professeur d’histoire-géographie au lycée Saint- Exupéry. C’était, et ça reste significatif d’un malaise qui existe. La relégation sociale, c’est aussi une relégation géographique. » Pour autant, la colère exprimée par les « gilets jaunes » fait-elle écho aux revendications lycéennes ? Si l’inquiétude pour l’avenir se retrouve dans ces 3 Vendredi 18 janvier 2019 « Pour beaucoup, c’était traumatisant » Dans le sillage du grand débat national lancé par le gouvernement, « 20 Minutes » donne la parole aux acteurs de ce mouvement inédit, désormais tous confrontés à cette même problématique  : rester visibles. A Mantes-la-Jolie, toulouse ou Angoulême... la série se décline en huit reportages, publiés chaque vendredi entre le 18 janvier et le 8 mars. Entre les lycéens et les « gilets jaunes », la convergence des luttes n’a pas eu lieu. le rétablissement de l’iSF n’est pas dans les cartons de Macron. O. Gabriel/20 Minutes Y. Valat/AP/Sipa Début décembre, 150 jeunes étaient interpellés par les forces de l’ordre aux portes du lycée Jean-Rostand. deux contestations, la convergence des luttes n’a pas eu lieu. Nulle trace de Parcoursup sur les pancartes des « gilets jaunes ». « Au fond, ce que les « gilets jaunes » revendiquent, on le clame depuis des années dans les quartiers  : la vie chère, la précarité, la situation qui ne change pas », témoigne Khaled, agent de prévention, qui surveille la sortie de Saint-Exupéry. L’exécutif a lancé un grand débat pour entendre et calmer cette colère. « Ce qui relie « gilets jaunes » et lycéens qui manifestaient, c’est que les réformes et la hausse des taxes d’un côté, les changements éducatifs avec Parcoursup de l’autre ont été imposés sans concertation et sans communication », analyse Johnson, un Mantais de 22 ans. Un déficit de consultation que le pouvoir entend désormais corriger. Oihana Gabriel et Alexis Orsini Des sujets mal reçus par l’exécutif au grand débat « On a ouvert la boîte de Pandore », s’inquiétait un macroniste, après l’annonce d’un débat national par Emmanuel Macron, pour sortir de la crise des « gilets jaunes ». L’exécutif a eu beau baliser les sujets ouverts à la discussion, des dossiers qu’il souhaitait éviter vont être de la partie. V L’ISF. Le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), supprimé fin 2017, est l’une des lignes rouges de l’exécutif. Mais selon un sondage Ifop pour Le Journal du dimanche, plus de deux tiers (77%) des Français seraient favorables au rétablissement de l’ISF à l’issue du grand débat national. Il pourrait donc être difficile pour la majorité de balayer cette revendication. Pour l’instant, le gouvernement temporise. V La suppression de la taxe d’habitation. « La promesse de campagne de la supprimer pour 80% des Français (…) est mise en place » et se pose « la question des 20% restants », a récemment déclaré Benjamin Griveaux sur France Inter. Maintenir la taxe d’habitation pour les ménages les plus aisés n’« était pas dans le projet initial », mais « elle est sur la table », a-t-il ajouté. La question n’est pas tranchée du côté de l’Elysée. V La limitation de vitesse à 80 km/h. Alors que certains « gilets jaunes » et de nombreux maires voudraient l’abroger, Emmanuel Macron a pour la première fois, mardi devant les maires, ouvert la porte à un aménagement de cette mesure de sécurité routière, quitte à fragiliser son Premier ministre, qui la défend fermement. L’exécutif rappelle qu’il est prêt à abandonner la mesure dans deux ans, si elle s’avère sans effet notable. Laure Cometti Acte 10 Sur les réseaux sociaux, des appels à défiler sont programmés, samedi, notamment à Bordeaux, Marseille, Toulouse et Strasbourg. A Paris, un cortège devrait partir de l’esplanade des Invalides en fin de matinée.

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :