20 Minutes France n°3377 17 jan 2019
20 Minutes France n°3377 17 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3377 de 17 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : dans la ligne de mire...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Grand Paris Au traumatisme s’ajoute le stress d’être sans logement Explosion Près de 30% des victimes de la rue de Trévise seront suivies, estime la psychiatre Gaëlle Abgrall L’explosion survenue samedi dans un immeuble de la rue de Trévise (9 e) a fait 4 morts et 66 blessés. Elle a aussi laissé des habitants traumatisés et sans logement. Autant de victimes collatérales qui ont afflué dès le jour du drame à la cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP) installée dans la mairie d’arrondissement. Elle est aujourd’hui fermée, car, « depuis lundi, nous avons des demandes de prise en charge sur le long terme, explique Gaëlle Abgrall, psychiatre de référence de la CUMP. Une explosion a un caractère brutal, imprévisible et intense (…), et va créer une blessure psychique. » Le fait que l’explosion ait touché des habitations ajoute d’autres stress au M. Ridngs/T. Reynaud/Sipa Le drame a eu lieu samedi matin rue de Trévise, dans le 9e. traumatisme, comme « celui de ne plus avoir de logement et l’incertitude de ne pas savoir quand on en aura un de nouveau », ajoute la psychiatre. Delphine Bürkli, la maire du 9e, a d’ailleurs rapporté que 25 immeubles avaient été « directement impactés », 6 étant menacés d’effondrement. Au total, 700 personnes sont sans hébergement « ou dans un hébergement dégradé, c’est-à-dire sans eau, électricité, ni gaz ». Sans compter que certaines ont perdu toutes leurs affaires, leurs papiers d’identité et même, parfois, leurs animaux de compagnie, laissés dans la précipitation ou qui se sont enfuis lors de l’explosion. Le retour à la normale risque également d’être compliqué. Flash-back douloureux En se basant sur des études, Gaëlle Abgrall estime qu’environ 30% des personnes concernées par l’explosion seront suivies sur le long terme. « Les gens ont des flash-back d’images de destruction, de blessés, mais aussi des flash-back d’odeurs et de sons qui peuvent survenir à n’importe quel moment. Cela peut influer sur le travail, la vie sociale ou familiale. » C’est pourquoi la psychiatre encourage ceux qui ne l’ont pas encore fait à consulter. La cellule d’urgence ouvrira d’ailleurs à nouveau ses portes samedi et dimanche à la mairie, entre 10 h et 17h. Marie de Fournas I M7 NikeFactoryStore 2 Jeudi 17 janvier 2019nnC U secondes Cinq cents cahiers de doléances déjà ouverts dans la région. L’Association des maires d’Ile-de- France a fait savoir mercredi que près de 500 communes avaient déjà ouvert des cahiers de doléances. Ces dernières proviennent principalement de la Seine-et- Marne, de l’Essonne et des Yvelines. Six militants antispécistes mis en examen. Soupçonnés d’avoir incendié un abattoir à Jossigny (Seine-et-Marne) le week-end passé, trois hommes et trois femmes antispécistes ont été mis en examen, puis placés sous contrôle judiciaire, a indiqué mercredi le parquet de Melun. L’épidémie de grippe a pris ses quartiers en Ile-de-France. Mercredi, Santé publique France a dressé la liste des dernières régions passées en phase d’épidémie de grippe. Parmi elles, l’Ile-de-France. L’occasion pour les pouvoirs publics de rappeler les gestes d’hygiène à adopter afin de limiter la transmission du virus  : se laver les mains fréquemment, utiliser un mouchoir à usage unique… GERARD DAREL THE KOOPLES SOLDES OUVERT DIMANCHES 20, 27 * JANV. * SAUF MARQUES AVENUE L’ILE SAINT-DENIS FERMÉ LE 27 JANVIER. AUBERGENVILLE/CORBEIL-ESSONNES/L’ILE SAINT-DENIS Soldes sur prix déjà démarqués jusqu’au 19 février, valables sur les articles signalés dans les magasins participants.
Grand Paris Métro Les mesures de la région et de la RATP ont été efficaces, en partie « C’est la guerre des nerfs. Dès qu’on relâche l’attention, ça reprend », s’exclame Catherine Guillouard, PDG du groupe RATP, mercredi matin, sur le quai de la Porte-de-la-Chapelle. A ses côtés, la présidente de la région Ilede-France, Valérie Pécresse, accompagnée de nombreux représentants politiques, des transports, d’associations ainsi que de forces de sécurité, a tenu à faire « un point sur la lutte contre les trafiquants et la toxicomanie », en particulier sur les lignes 4 et 12 du métro. En janvier 2018, l’association SOS Usage et l’Unsa RATP avaient tiré la sonnette F-D II I Lu minutes d’alarme après des incidents liés à la consommation de crack, en particulier sur ces lignes. Valérie Pécresse avait alors appelé au déploiement de davantage de policiers et d’agents de sécurité. Aujourd’hui, où en est le phénomène ? « En 2018, nous avons identifié 35 stations marquées par une présence de toxicomanes et nous y mobilisons beaucoup d’effectifs », affirme Stéphane Gouaud, directeur sûreté à la RATP. Une action coordonnée avec la Brigade des réseaux ferrés (BRF). « Nous avons des équipes en civil qui viennent compléter des unités spécialisées dans la lutte contre le crack, ajoute le chef-adjoint de la BRF, Thierry Hué-Lacointe. Nous arrivons à canaliser le phénomène, mais pas l’éradiquer. » Selon la RATP, la ligne 12 représenterait à elle seule 43% des signalements liés à la présence de toxicomanes. « Un chiffre en baisse », souligne Catherine Guillouard, avançant 11% de signalements en moins aujourd’hui sur l’ensemble du réseau et 23% en moins sur r`.19. 5 7- 5. 77 «. 1T 7 e7 12 4 7 12 11 13 - 4.=. 7 - r 3 Jeudi 17 janvier 2019 La toxicomanie ne laisse pas de répit « Nous arrivons à canaliser le phénomène, pas à l’éradiquer. » Thierry Hué-Lacointe, Brigade des réseaux ferrés La Maison de la radio fait du tri Enchères « Tous les lots ici ont été débranchés des studios il y a à peine une semaine. Ils sont encore chauds ! » lance Elsa Joly-Malhomme. Samedi à 14h, la commissaire-priseure de la maison Art Richelieu assurera aux côtés de Patrick Debureaux une vente aux enchères atypique, au cœur de la Maison de la radio, dans le studio 105 (Paris, 16 e). C’est d’ailleurs précisément de ce studio, mais aussi du 106, que viennent les objets mis en vente  : 327 lots de matériel studio et 6 pianos, sans compter les nombreux instruments de l’orchestre national de Radio France – ceux-là seront vendus uniquement sur Internet jusqu’au 28 janvier. A saisir, pour les fans de musique et les collectionneurs, du matériel récent, avec vous www.20minutes.fr/paris www.facebook.com/20MinutesParis twitter.com/20minutesparis www.instagram.com/20minutesparis R. Lescurieux/20 Minutes Valérie Pécresse s’est rendue à Porte-de-la-Chapelle mercredi matin. mais aussi plus ancien  : des consoles de sonorisation, de grandes enceintes, ou des écrans d’ordinateur estimés à 10 € , une dizaine de bancs de montage à bande audio, quelques vieux Nagra dans leurs sacoches en cuir vintage. Les pièces maîtresses  : un piano Steinway et un Yamaha CP70B, sur lequel a joué, par exemple, Phil Collins. « Nous pensons que beaucoup de personnes viendront samedi pour acheter quelque chose venant du studio. Pour le côté affectif. Cette dimension-là est énorme », estime Elsa Joly- Malhomme. Mais aussi parce que « ce genre de vente permet d’accéder à du matériel de très bonne qualité et bien entretenu, assure de son côté Radio France. Rien n’est neuf, mais tout a été chouchouté. » Marie de Fournas Tous les jours, suivez l’actualité de votre région et participez ! grandparis@20minutes.fr fr.linkedin.com/company/20-minutes www.pinterest.fr/20minutes vingt.minutes sur Snapchat Et retrouvez vos infos locales sur WhatsAppLa météo à Paris AUJOURD’HUI ET EN FRANCE la ligne 12. Par ailleurs, la BRF et le parquet de Paris auraient permis en 2018 plus de 500 interpellations d’usagers de drogue sur le réseau RATP, se félicite le groupe. Pour Valérie Pécresse, il faut continuer. « Nous avons lancé le recrutement d’agents de sûreté et médiation en plus dans les transports, dont 100 pour la RATP », déclare-t-elle. Toutefois, précisent la présidente de la région et la PDG du groupe, la réponse n’est « pas que répressive », mais aussi sociale. Des maraudes avec quatre associations (Aurore, Charonne, Nova et Gaïa) sont en effet organisées quatre fois par semaine. Elles ont permis « la prise en charge thérapeutique de 244 personnes, dont 22% de femmes », détaille Catherine Guillouard. « Nous les invitons à rejoindre les structures adaptées. Celles qui existent encore », nuance une membre de l’association Charonne, rappelant que « notre structure située porte de la Chapelle, par exemple, a dû fermer ». « Marx-Dormoy était clean ce matin. Je comprends mieux pourquoi », ironisait mercredi après-midi un twittos, faisant référence au déplacement des officiels le matin même. Romain Lescurieux DEMAIN matin après-midi matin après-midi 5 °C 7 °C 1 °C 5 °C Aujourd’hui, le jeu sera de trouver les éclaircies Les précipitations se maintiennent entre le Sud- Ouest et le Centre. Les chutes de neige se poursuivent elles aussi en altitude. Ailleurs, les averses alternent avec des éclaircies. Il fait également plus frais. PRÉVISIONS DETAILLEES & 110:0S SKI ttimP LETES lachainirriEtea.corn



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :