20 Minutes France n°3376ES 15 jan 2019
20 Minutes France n°3376ES 15 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3376ES de 15 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 10

  • Taille du fichier PDF : 1,7 Mo

  • Dans ce numéro : y aller ou non, y a débat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
ActuAlité L’acompte est-il bon, ou presque ? Fiscalité Le versement des réductions et des crédits d’impôt entre en vigueur dans le cadre du prélèvement à la source Garde d’enfants, employé à domicile ou encore don aux associations… Le fisc va verser un acompte de 60% à tous les contribuables qui ont droit à une réduction ou à un crédit d’impôt sur la base de leur déclaration (sur les revenus 2017) remplie l’an passé. Cet acompte concerne les crédits d’impôt pour emploi à domicile et/ou garde de jeunes enfants ou encore les réductions d’impôt liées aux dons et aux investissements locatifs (Scellier, Duflot, Pinel). Ce dispositif, estimé à 5,5 milliards d’euros par Bercy, va profiter à 8,8 millions de Français, qui vont recevoir l’argent par virement bancaire. Mais la mesure et ses subtilités nourrissent les craintes. Si vous avez cessé toute activité qui vous donnait droit à un crédit d’impôt, il faudra rembourser. V J’ai fait un don ou employé une personne à domicile en 2017, mais pas en 2018. On peut tromper une personne mille fois, mais on ne peut pas tromper le fisc. Si vous avez arrêté La météo en France Villard/Sipa le ministre des comptes publics, Gérald Darmanin, a écrit à toutes les personnes imposables concernées. de donner à une association l’année dernière, ou cessé toute autre activité qui vous donnait droit à une réduction ou à un crédit d’impôt, il faudra rembourser l’acompte perçu. Ce remboursement sera réclamé en septembre 2019, une fois que votre déclaration de revenus annuelle aura été traitée. V J’ai commencé à faire un don ou à employer quelqu’un à domicile en 2018. Vous allez bénéficier d’un versement d’argent, à condition d’être patient. Vous devrez déclarer ce don ou cet emploi à domicile dans votre Soleil et nuages partagent le paysage La France est coupée en deux, ce mardi. Du Sud-Ouest aux Ardennes en passant par la Bretagne et le Nord, la grisaille domine. De la Méditerranée à l’Alsace en passant par les Alpes et la Corse, le soleil brille. Les températures, elles, sont de saison.rm-mmiTn-imm7 déclaration de revenus 2019. Si vous êtes éligible à une réduction ou à un crédit d’impôt, cette somme vous sera versée en septembre. Afin d’éviter ce décalage pour les années à venir, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, qui a écrit à tous les contribuables concernés, a expliqué qu’une mission de réflexion était en cours pour savoir s’il était possible d’intégrer ces changements fiscaux au moment où le contribuable engage la dépense. V Des associations inquiètes. Une baisse inédite des dons a été déplorée 2 Mardi 15 janvier 2019 par les associations (lire aussi P.4). Les dons ouvrent droit à une réduction d’impôt de 66 à 75% selon les cas, et ce dans la limite de 20% du revenu imposable. « Nos donateurs expliquent qu’ils reportent leurs dons car ils sont perdus du point de vue fiscal, entre la CSG et le prélèvement à la source », déclare Christophe Leroux, directeur de la communication de la Ligue contre le cancer, qui enregistre une chute de huit millions d’euros de ses dons par rapport à 2017.Le versement de l’acompte suffira-t-il à rassurer les donateurs ? Nicolas Raffin Le centre de traitement des amendes de Rennes a bien du mal à verbaliser Dégradations C’est un endroit plutôt secret où défilent des milliers de photos prises, chaque jour, par des radars automatiques. Mais avec les « gilets jaunes », le centre national de traitement des infractions routières de Rennes connaît une baisse d’activité. En cause ? La dégradation de radars, brûlés ou vandalisés. D’après le ministère de l’Intérieur, « 60% des radars routiers » de l’Hexagone ont été dégradés. Bientôt le chômage technique ? Depuis le début du conflit social, les agents chargés de contrôler la qualité des images ont dû écarter de nombreux clichés. « Il y a des moments où on n’a que des images noires, résume une salariée du centre de traitement des amendes. On doit tout rejeter. » D’après nos informations, le taux de refus dépasserait actuellement les 50%. « Et ça va en se dégradant », poursuit cette salariée. La centaine de salariés peinerait à s’occuper. « On arrive à un stade où on n’a plus de boulot. Dès cette semaine, on risque d’être au chômage technique », concède-t-elle. L’Agence nationale de traitement automatisé des infractions confirme, de son côté, « qu’une part des messages reçus est inexploitable », mais assure que « ce phénomène n’a pas eu pour effet une baisse significative de l’activité du centre de traitement. » Enfin, le ministère de l’Intérieur aurait décidé de ne pas réparer les radars automatiques avant la fin du mouvement des « gilets jaunes ». A Rennes, Camille Allain
V. Hache/AFP ActuAlité..LL:n.Ep-mer.Ar ep'.Ems. leTAL- Témoignages A l’heure du grand débat national, nos internautes ne sont pas sûrs d’y prendre part Le grand débat national va-t-il mobiliser les foules ? Emmanuel Macron se rend, ce mardi, à Grand Bourgtheroulde (Eure) pour lancer la consultation. « Je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d’entre nous, puisse participer », a écrit le chef de l’Etat dans une lettre envoyée dimanche. Sera-t-il entendu ? 20 Minutes a demandé à ses lecteurs s’ils comptaient prendre part au débat. Emmanuelle Wargon, 47 ans. 7L. Marin/AFP  : =1. Cr4) r I CAHIE TEXTES là151eninc% - « Je suis persuadé que cela ne mènera à rien d’autre qu’à un brouhaha de revendications qui resteront lettre morte », témoigne d’emblée Majuro, qui n’y participera pas. De nombreux internautes regrettent que certains sujets soient exclus de la concertation. « Un débat où on refuse de revenir sur les hausses de la contribution sociale généralisée ou la suppression de l’impôt sur la fortune, c’est du temps perdu », assure Zorbagreek. Déplorant que « les vrais sujets » soient « tabous », Folken prédit que, après le débat, « le président pourra se targuer d’un faible intérêt de la population et l’assimilera à un désaveu envers les « gilets jaunes » ». Pour Stéphane, cette consultation n’est que « de la poudre aux yeux en attendant les élections européennes ». enbii Deux ministres méconnus aux manettes du grand débat national Après la polémique et le départ de Chantal Jouanno, l’exécutif a désigné deux personnalités méconnues du grand public pour animer le grand débat national  : Emmanuelle Wargon, 47 ans, et Sébastien Lecornu, 32 ans. Ils auront pour mission d’organiser la logistique de la consultation et de se mettre à la disposition de tous ceux qui souhaitent y participer. Et pour garantir l’indépendance du débat, un collège de cinq « garants » sera désigné, vendredi. Emmanuelle Wargon est arrivée sous le feu des projecteurs le 16 octobre 2018, jour où elle a quitté son poste de Et lb t é x farmillairtz& 4:111,meitiieteu el.Citeziyeerememe. -_r, D’autres se veulent plus optimistes. « Ce débat permettra de remonter les vrais problèmes des gens au quotidien, et non ceux d’une minorité qui crie plus fort que les autres, assure Cédric. Boycotter ce débat me semble être un acte de lâcheté démocratique. » Pour Impasse, c’est « même un devoir » d’y prendre part. Martine abonde en ce sens  : « Les « gilets jaunes » veulent des réponses instantanées, comme si le gouvernement avait une baguette magique. Emparons-nous directrice générale des affaires publiques et de la communication de Danone pour devenir secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Son ancien statut de lobbyiste passe mal après le départ fracassant de Nicolas Hulot. A 32 ans, Sébastien Lecornu, lui, est presque un « professionnel de la politique ». Maire d’une commune normande puis président du conseil départemental de l’Eure, il trace sa voie dans le sillage de Bruno Le Maire. En octobre, il est promu ministre en charge des Collectivités territoriales. H.S. _-.-e..e.c1..m -.. 4...I.VFatillm...M.N. LU minutes -v nixe minenocuive Lin 1 3 Mardi 15 janvier 2019 la consultation citoyenne est attendue par certains, qui veulent faire entendre leurs idées, et crainte par d’autres, qui mettent en doute son efficacité. La participation fait débat « Pour que ça devienne une foire d’empoigne, ce n’est pas la peine. » Laurence, internaute du débat et ceux qui n’y participent pas n’auront pas le droit de se plaindre. » Enfin, il y a ceux qui hésitent encore. Parmi eux, Laurence, qui appréhende tout particulièrement l’atmosphère des échanges  : « Pour que ça devienne une foire d’empoigne, ce n’est pas la peine. » Républicain-Pacifiste met d’ores et déjà en garde le pouvoir  : « Il faudra une vigilance absolue sur la collecte des doléances, le traitement des sujets et les propositions que fera le gouvernement. S’il y a des embrouilles, cela risque de déclencher des manifestations bien pires encore ». Laure Cometti et Thibaut Le Gal F —) Sébastien lecornu, 32 ans. — avec vous E. Feferberg/AFP

1 2-3 4-5 6-7 8-9 10


Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :