20 Minutes France n°2526 27 sep 2013
20 Minutes France n°2526 27 sep 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2526 de 27 sep 2013

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : 20 Minutes France

  • Format : (230 x 305) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 6,5 Mo

  • Dans ce numéro : exclusif... Francis Heaulme parle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
P. Magnien/20 Minutes week end MARSATAC Jusqu’à dimanche, le festival prouve qu’il n’y a pas que le hip-hop dans la cité phocéenne Les Martiens de Marseille Le groupe d’électro-rock Nasser a souvent affaire à des réflexions comme : « Ah c’est dingue, vous avez des guitares à Marseille ? » Benjamin Chapon En quinze ans d’existence, Marsatac est devenu l’un des festivals musicaux qui compte. En cette année Capitale pour Marseille, l’événement est plus que jamais l’occasion de découvrir des musiciens du cru. Même si Dro Kildnjian, directeur artistique du festival, s’en défend par humilité, sa programmation éclectique, qui brouille les frontières entre rap, électro et rock, a sans doute contribué à légitimer les musiciens marseillais qui n’entrent pas dans les cases stylistiques. Raffinement undergroung C’est justement ces artistes-là qu’a voulu mettre en avant Agnès Fabre dans son film Mars#Melody, présenté en ouverture du festival. On y suit un Martien échoué sur Terre, qui découvre la scène musicale marseillaise méconnue. « Je voulais parler de ces artistes qui sont très rarement mis en avant, explique la réalisatrice. Ils ont en commun un raffinement, un goût de la mélodie et un amour de la musique recherchée. » A part ça, pas grand-chose à voir entre les champions du monde de beat-box, Under Kontrol, le rock de Date with Elvis ou la pop exotique de Johnny Hawaii. Des guitares à Marseille « Ici, les artistes ont l’habitude de se battre pour exister, parce qu’il y a peu d’infrastructures ou de dispositifs publics pour les aider. Il y a une culture de la contre-culture à Marseille », estime Agnès Fabre, pour qui, malgré l’adversité, la scène rock marseillaise est l’une des plus riches de France. « Mais ici, c’est difficile de se faire connaître quand tu ne fais pas du hip-hop. » Nasser, trio STYLE. Dans les coulisses d’un défilé de Guy Laroche. BIEN-ÊTRE. Les délires make-up de Manish Arora. CULTURE. La parodie musicale déjantée de « 50 nuances de Grey ». HIGH-TECH. Le compte-rendu du match entre « Fifa 14 » et « PES 2014 ». MÉDIAS. Où les acteurs de « Breaking Bad » vont-ils se recaser ? Et tout notre cahier week-end sur www.20minutes.fr. électro-rock qui sort son deuxième album, a fait les frais de ces lieux communs. « Les gens sont toujours étonnés quand on dit qu’on vient de Marseille. Ils nous disent : « Ah c’est dingue, vous avez des guitares aussi à Marseille ? » » Vitalité de la scène rock C’est d’autant plus dommage que le dynamisme n’est plus, et depuis longtemps, du côté du rap à Marseille, mais bien plus du rock. L’émergence du trio Vendredi 27 septembre 2013 power rock Dissonant Nation en est l’exemple parfait de la vitalité de la scène rock marseillaise. A tout juste 20 ans, ils ont déjà plus de 200 concerts à leur actif, signé chez un gros label et enregistré leur premier album à Londres. Pas mal pour les petits gars d’Aubagne. Avec la fougue de leur jeunesse, ils veulent croire en un avènement d’une véritable culture rock à Marseille : « Parce que vivre à Marseille, c’est rock’n’roll. » W Le programme du week-end Outre les Marseillais de Nasser, Marsatac est l’occasion de voir sur scène le meilleur passé, présent et à venir de la scène électro-rock. Ce vendredi soir, on verra de quel rock sont capables les gamins de Carbon Airways (un frère et une sœur de 16 et 17 ans) avant de s’enivrer de la techno house de Joris Voorn et l’électro noisy de Fuck Nuttons. Samedi soir, place aux têtes d’affiche Cassius et Kavinsky avant le set très attendu de Rone.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :