100% Esprit Auto n°2 nov/déc 2009
100% Esprit Auto n°2 nov/déc 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de nov/déc 2009

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : One4All média

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : X1 « Acces Premium by BMW »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 44 - 45  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
44 45
44 Dès 1911, AUDI se distingue par ses succès sportifs grâce à la type C 14/35 PS qui remporte le Rallye des Alpes autrichiennes 4 fois de suite. A gauche toute En 1921, la 14/50 PS type K devient la première voiture à conduite à gauche à être produite en Allemagne. En 1923, arrive la typeM, dotée d’un moteur à six cylindres, et c’est en 1927 qu’est présentée l’Imperator, première voiture AUDI à être équipée d’un moteur à 8 cylindres. En août 1928, J.S. Rasmussen, patron des usines DKW, devient actionnaire majoritaire de la société, et l‘intégre dans le giron de son groupe. Mais la crise de 1929 sonne la fin des gros modèles équipés de moteurs à 6 et 8 cylindres. Vient alors d’idée de développer une petite traction avant, lancée avec succès en 1931. Quatre anneaux – symbole du rapprochement Le 29 juin 1932, les usines AUDI, Horch, DKW et Wanderer s’unissent pour former la société Auto Union AG. Symbole de ce rapprochement : les quatre anneaux qui, aujourd’hui encore, constituent le logo d’AUDI. Auto Union AG devient le deuxième groupe automobile allemand. Chacune des marques se voit attribuer un segment : DKW – motocyclettes et petites cylindrées ; Wanderer – voitures de catégorie moyenne ; AUDI – voitures de la catégorie moyenne supérieure ; Horch – voitures luxueuses de la catégorie supérieure. En 1934, pour accroître sa notoriété, la jeune entreprise fait son entrée dans le sport automobile et s’illustre dans les années qui suivent grâce aux célèbres « Flèches d’argent ». AUDI, premier anneau du nouveau groupe L‘utilisation de la banque d’organes commune permet au groupe d‘exploiter les effets de synergie. En 1933, l’Audi Front UW, une traction avant de catégorie moyenne, utilise un 2.0 l 6 cylindres Wanderer, développé par Ferdinand Porsche ; la carrosserie est issue des chaînes de montage Horch. Deux ans plus tard, la Front 225, équipée d’un 2,3 litres plus puissant est présentée au Salon automobile de Berlin ; ce modèle sera fabriqué jusqu’en 1938, avant d’être remplacé par l’Audi 920 au lignes plus modernes : une propulsion dotée du même 6 cylindres W 23 avec un arbre à cames en tête (OHC) et un essieu flottant mis au point par DKW. Mais la 2nde guerre mondiale met brutalement fin à ce succès et le groupe est orienté vers la production d’armement. En avril 1940, la dernière AUDI sort de l’usine. Cet arrêt de la production durera un quart de siècle. Ingolstadt : la nouvelle donne En 1945, Auto Union AG, située dans la zone d’occupation soviétique, fait l’objet d’une expropriation ; les équipements de l’usine sont démantelés. Les dirigeants, déjà à Ingolstadt en Bavière, annoncent le 3 septembre 1949, la création de la société Auto Union GmbH. La production reprend avec des produits à moteurs 2 temps DKW éprouvés : des voitures et motocyclettes de conception simple, solides et fiables, qui collent parfaitement aux productions d’après-guerre. En avril 1958, la société Daimler-Benz AG rachète 88% des parts sociales du groupe Auto Union, pour devenir une filiale à 100% l’année suivante. 1960, la renaissance… Au début des sixties, le moteur 2 temps n’a plus la côte. Daimler-Benz charge l’ingénieur Ludwig Kraus de développer un moteur 4 temps et 4 cylindres pour l’adapter sur la nouvelle DKW F 102. Commercialisé en 1965, avec elle une nouvelle ère commence, et il devient nécessaire de trouver une nouvelle désignation : le nom AUDI, renaît de ses cendres. Le succès est au rendez-vous ; à cette même époque l’entreprise passe sous le giron de Volkswagen. En secret, Ludwig Kraus développe l‘Audi 100 présentée en novembre 1968. Succès immédiat ! L’avance par la technologie En 1969, l’entreprise fusionne avec NSU pour s‘appeller Audi NSU Auto Union AG ; elle dispose d‘une gamme complète, d’un large choix de motorisations et concepts d’entraînement. Elle adopte un nouveau slogan : « L’avancée par la technologie ». C’est dans cet état d‘esprit que sort, en 1972, l’Audi 80 (série B1). Produite à plus d’un million d’exemplaires, elle se caractérise par ses moteurs à arbre à cames en tête (OHC). En 1974, Ferdinand Piëch succède à Ludwig Kraus, scellant définitivement l’orientation novatrice d’Audi qui propose dans les années qui suivent : le moteur 5 cylindres (1976), la technique du turbocompresseur (1979) et la transmission intégrale quattro (1980). En 1985, la marque aux anneaux devient AUDI AG. La société porte désormais le même nom que ses voitures. L’innovation et la qualité restent les deux piliers sur lesquels elle repose : carrosseries entièrement galvanisées puis aluminium, ligne aérodynamiques, généralisation des moteurs essence suralimentés par turbocompresseur, développement des diesel à injection directe, véhicules hybrides, injection directe essence, retour aux voitures d‘exceptions avec des moteurs à 8 et 12 cylindres… Autant d’exemples qui témoignent de cette irresistible ascension qui conduit, aujourd’hui encore, AUDI au 1er rang des constructeurs premium. Classic
45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :