100% Esprit Auto n°11 mai/jun 2011
100% Esprit Auto n°11 mai/jun 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de mai/jun 2011

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : One4All média

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 10,7 Mo

  • Dans ce numéro : PGO Hemera, le premier « shooting-break » français à moteur central

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
42 Le premier prototype de la voiture fut terminé le 5 février 1936. Sa ligne ovoïde était une nouveauté pour l’époque. Le châssis avait des suspensions indépendantes avec barres de torsion et amortisseurs à friction ; et bien que le système de freinage hydraulique n’existait pas encore, le freinage était assisté mécaniquement grâce à un levier de contrôle correspondant dans le câblage du système de freins. Le montage du moteur sur des blocs en caoutchouc constituait une avancée considérable pour la technologie automobile. Quant aux moteurs refroidis par air, disponibles en version 2 temps ou 4 temps dans le programme d’essai, ils atteignaient une puissance de 22.5 ch ! Les V3, dont trois exemplaires ont été construits, ont couvert une distance de 50 000 kilomètres au cours d’un test d’endurance conduit entre octobre et décembre 1936. L’expérience ainsi acquise a été réinjectée dans les 30 spécimens d’essais suivants, qui ont subi un test d’endurance à grande échelle sous l’abréviation VW30. La vraie question à cette époque résidait dans le choix du moteur. Finalement, un bloc quatre-cylindres à plat l’emporta. La 2ème Guerre Mondiale terminée, les autorités militaires britanniques, mandatent en août 1945 l’usine Volkswagen pour la production de 20 000 voitures. En décembre, la production de masse de la Coccinelle débute avec 55 véhicules assemblés. 1946, marque la 10 000ème Volkswagen assemblée. En 1948, l’effectif de l’usine VW s’élève à 8 400 employés pour près de 20 000 véhicules assemblés. L’exportation débuta en août 1947. Les frères Pon des Pays-Bas employés en tant qu’importateurs en chef de Volkswagen reçurent 56 Coccinelle à leur première livraison. Un an plus tard, les exportations étaient étendues à la Belgique, au Danemark, au Luxembourg, à la Suisse et à la Suède. Les premières devises étrangères affluèrent : 4464 Coccinelle avaient rapporté la jolie somme de 21 millions de marks. Même si le pouvoir d’achat affaibli par la réforme monétaire ne permettait pas un commerce florissant, il était certain que cette voiture était bien la « voiture du peuple ». A une époque où les chaînes à neige ou les pneus d’hiver n’existaient pas, la Cox était capable de grimper sur des routes gelées, grâce à son moteur à l’arrière procurant une propulsion parfaite aux roues motrices. 1948, c’est aussi la mise au point de la version décapotable, reprenant le plus de pièces possibles de la berline, mais à l’agencement intérieur repensé. Le 8 janvier 1949, une Coccinelle quitte les Pays Bas via l’océan pour arriver aux Etats Unis, devenant ainsi l’ambassadrice à la fois de l’Allemagne et de l’usine Volkswagen, et débarque avec succès dans le nouveau monde. 6 mois plus tard, Karmannprésente un modèle à la carrosserie ouverte qui suscite des vocations chez les carrossiers indépendants fanas des « customisations », particulièrement aux Etats Unis. Les exigences allemandes à propos d’un service client irréprochable, dès 1950, sont toujours de mise aujourd’hui. Il donnait déjà au service client la priorité absolue. Cette même année, la 100 000ème Coccinelle quittait la chaîne de montage, alors que la 500 000 ème sera fêtée 3 ans plus tard et la 1000 000 ème en 1955 ! Le 17 février 1972, le 15 007 034ème exemplaire sortait d’usine, battant ainsi le précédent record de production détenu par le Modèle T de Ford. Après presque 30 ans d’histoire de production, l’année 1974 vit la fin d’une ère à Wolfsburg. La dernière Coccinelle produite dans l’usine d’origine quittait la chaîne. La Coccinelle était à présent produite à Emden, Bruxelles et sur d’autres continents. En totalité, près de 3 300 véhicules étaient produits chaque jour. En 1981, une étape encore plus importante dans l’histoire de la compagnie fut franchie au Mexique : le 15 mai, la 20 000 000ème Coccinelle sortait des chaînes à Puebla. Juillet 2003, la production prenait fin avec près de 21 529 464 voitures construites ! L’ « Ultima Edicion », représente la fin d’un cycle complet de développement, et simultanément, d’un siècle automobile. Telle une véritable citoyenne du monde, la Coccinelle n’a pas seulement été achetée dans tous les pays imaginables, elle a également été produite dans 20 pays. Les besoins et les progrès du monde actuel ont fait que la Coccinelle est désormais dépassée. Des millions de gens ont connu leur première expérience en voiture en tenant un volant portant l’emblème Wolfsburg. Des millions ont naturellement acheté une Coccinelle comme première voiture, neuve ou d’occasion. Et miracle, elle reste une amie fidèle aux yeux de la génération de conducteurs d’aujourd’hui et de demain … Classic
43 45



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :