02 n°92 déc 19/jan-fév 2020
02 n°92 déc 19/jan-fév 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°92 de déc 19/jan-fév 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Zoo galerie

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 7,8 Mo

  • Dans ce numéro : Teresa Margolles, Peter Friedl et Corentin Canesson invités de ce numéro.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
3 Interview Claire Le Restif 6 Eva Barto, Whistleblowers 1/2 (FR), 2019. Balise – appareil de signalement - dont les attributs dépendent de la juridiction nationale appliquée aux lanceurs d’alerte. Version Française. Non assurée par l’institution/Beacon – report apparatus – whose attributes depend on the national jurisdiction applied to whistleblowers. French version. Not insured by the institution. Courtesy Eva Barto. Vue de l’exposition/View of the exhibition « Le fil d’alerte – 21 e Prix Fondation d’entreprise Ricard ». Photo  : Aurélien Mole/Fondation d’entreprise Ricard. Jan Koppet Stefan Nikolaev. Aujourd’hui, Pauline Perplexe à Arcueil ou Le Wonder/Zénith à Nanterre sont aussi des modèles où se découvrent des artistes mais où le propos curatorial n’est peut-être pas aussi central qu’au DOC à Paris par exemple ? En France, il me semble que les artistes sont bien souvent invités à penser des expositions dans le contexte de la collection d’un FRAC ou d’un musée, c’est intéressant mais ça cadre l’invitation, non ? Je note que trois expositions qui ont fait l’actualité de la rentrée 2019 dans les centres d’art d’Île-de-France du réseau TRAM ont été organisées par des artistes  : MohamedBourouissa à la Galerie Edouard-Manet à Gennevilliers, Benoît Maire au Plateau-FRAC Île-de-France et Sarah Tritz au Crédac, donc. Toutes les trois sont intéressantes à plus d’un titre. Comment s’opèrent tes choix en général pour les expositions au Crédac, y a-t-il une ligne, une orientation affirmée, qui correspondrait par ailleurs à un engagement en faveur d’un rééquilibrage de la présence des artistes femmes par exemple ou encore au soutien aux minorités, sexuelles ou autres, ou bien te laisses-tu guider par des affinités purement esthétiques  : qu’est-ce qui prime ? Je suis bien entendue attentive à la parité, dans les invitations faites aux artistes, aux critiques d’art, aux résidents en milieu scolaire et autres penseurs et meneurs de projets au Crédac. J’y suis attentive également dans la composition de l’équipe et dans les instances de gouvernance. Une artiste siège au conseil d’administration. Pour te donner des chiffres, depuis 2013, par exemple, la programmation a été plus attentive à la diversité d’origine et de genre et a donné une place croissante aux femmes. Sur vingt expositions personnelles, douze ont été consacrées à des femmes  : Thu Van Tran, Alexandra Bircken, Ana Jotta, Estefanía Peñafiel Loaiza, Liz Magor, Caecilia Tripp, Lara Almarcegui, Lola Gonzalez, Louise Hervé et Chloé Maillet, Delphine Coindet, Nina Canell, Sarah Tritz, et huit à des hommes  : Michel Aubry, Bruno Pélassy, Koenraad Dedobbeleer, Shimabuku, Hugues Reip, Corentin Canesson, Friedrich Kunath et Benoît-Marie Moriceau. Pour répondre à ta question sur les affinités esthétiques, bien sûr je ne néglige pas la puissance plastique, mais ma programmation tente de traduire des positions précises, en invitant à la fois des artistes-anthropologues, des artistes-activistes, des passeurs, des chercheurs, des évocateurs, des poètes, des amoureux de l’histoire de l’art, pour lesquels l’oralité, l’écologie, la colonisation des territoires et/ou des corps, la vision cosmologique du monde, les identités, le féminisme, la théorie queer, sont parties prenantes de leur travail. Depuis que tu diriges le Crédac, qu’est ce qui a changé dans la manière de travailler dans les centres d’art, y a-t-il plus, moins de liberté, plus de contraintes administratives, routinières, qui grignotent le temps de la réflexion ? La directrice d’un centre d’art dans l’est de la France m’avait confié que depuis qu’elle dirigeait un lieu, elle ne consacrait plus que 5% de son temps à la recherche et à la découverte d’artistes et de nouvelles propositions et qu’elle en concevait une sorte d’amertume. Qu’en est-il pour ta part, as-tu encore le temps de prospecter hors des circuits balisés de la découverte ? La situation des centres d’art est incomparable d’un lieu à un autre, elle est très lié aux territoires dans lesquels ils s’inscrivent et les décisions politiques jouent. Le partenaire principal du Crédac est la Ville d’Ivry-sur-Seine qui soutient son action depuis trente ans. Le Crédac a beaucoup évolué. Bien qu’il reste modeste, son budget a augmenté, son équipe a été consolidée et elle est désormais composée de professionnels. C’est capital. Comme tu le sais, j’ai œuvré à l’installation du Crédac à la Manufacture des Œillets et le lieu comme outil de travail est opérationnel. Cette restructuration
3 Interview Claire Le Restif 7 Vue de l’exposition/View of the exhibition Alexandra Bircken, « STRETCH », Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac, 2017. Photo  : André Morin/le Crédac. m’a aidée à dégager du temps pour les visites d’ateliers d’artistes qui sont pour moi une ressource. Nous avons cette chance en Île-de-France. Grâce en partie à mon enseignement (je suis professeure invitée à Sorbonne-Université dans le cadre du Master professionnel « L’art contemporain et son exposition ») , je suis en contact permanent avec les écoles d’art et la jeune création, et nos actions au sein de d.c.a ont progressivement inscrit le Crédac plus encore dans les réseaux de création et de coopération internationale, en mettant en œuvre des coproductions qui permettent la réalisation d’expositions, la production d’œuvres et leur diffusion. J’écoute aussi le conseil des artistes et de mes collègues en France et à l’étranger pour découvrir toujours et encore des talents à faire émerger et réémerger. Mais c’est vrai que la direction d’un centre d’art est un exercice auquel on se dédie totalement. C’est exigeant, d’un point de vue administratif comme artistique. Il est très difficile voire impossible avec de faibles moyens de parvenir à remplir toutes les missions et certains de mes collègues se retrouvent dans des situations intenables. Tu as apporté de nombreuses nouveautés au Crédac, créé de nouveaux rendez-vous comme le projet en ligne Royal Garden, ouvert le CrédaKino en 2016, proposé 5 dans les murs (invitation faite à cinq curateurs à réaliser une exposition au Crédac  : Chris Sharp, Hélène Meisel, Brice Domingues, Catherine Guiral, Sarah Tritz), bientôt une résidence au sein du centre  : comment envisages-tu l’avenir des centres d’art en France ? Leur labellisation (à laquelle tu as participé en tant que rédactrice) ne va-t-elle pas contribuer au nivellement des propositions artistiques et curatoriales au détriment de l’aspect inventif es centres qui fait que l’on aime s’y rendre pour toujours y être étonné, interpellé ? Comme le dit l’artiste Pierre Joseph, « Les centres d’art ont un centre de gravité différent de celui



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


02 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 2-302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 4-502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 6-702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 8-902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 10-1102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 12-1302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 14-1502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 16-1702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 18-1902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 20-2102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 22-2302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 24-2502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 26-2702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 28-2902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 30-3102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 32-3302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 34-3502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 36-3702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 38-3902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 40-4102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 42-4302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 44-4502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 46-4702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 48-4902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 50-5102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 52-5302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 54-5502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 56-5702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 58-5902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 60-6102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 62-6302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 64-6502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 66-6702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 68-6902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 70-7102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 72-7302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 74-7502 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 76-7702 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 78-7902 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 80-8102 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 82-8302 numéro 92 déc 19/jan-fév 2020 Page 84