02 n°65 mar/avr/mai 2013
02 n°65 mar/avr/mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de mar/avr/mai 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Association Zoo galerie

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 11,6 Mo

  • Dans ce numéro : dossier Los Angeles... Mark Hagen, Ali Subotnick, Sterling Ruby, Marc-Olivier Wahler.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 architecture précolombienne, par l’alternance des formes géométriques basiques et semblant gravées de motifs mystérieux. De près, reconnaissant des bribes de motifs des bouteilles plastiques moulées, l’on pense plus à une sorte de fossilisation des résidus de l’industrie contemporaine en un vestige du présent. Ce qui trouble ici, c’est que ces formes ne semblent pas spécifiquement datées, elles pourraient presque même, ainsi que le fait remarquer l’artiste, provenir du futur. Ou, comme le disait Frank Stella : « … il s’agit toujours d’éléments structurels. Les problèmes ne sont vraiment pas différents. Je dois toujours composer une image et si vous produisez un objet, vous devez en organiser la structure. Je ne pense absolument pas que notre travail soit radical parce qu’on ne découvre jamais de nouveaux éléments structurels. 6 » La continuité des formes au travers de l’histoire, leur répertoire relativement limité sont parmi les grandes questions qui fascinent Hagen qui se plaît aussi à rappeler que les Égyptiens utilisaient déjà une sorte de ciment plus de deux mille ans avant notre ère. De taille très variable, les screens reprennent néanmoins généralement les dimensions standards des matériaux de construction courants, par exemple celles des plaques de placoplâtre des cimaises des galeries, en un rapport d’homothétie avec le lieu où ils prennent place. Puisqu’ils sont modulables eux aussi, leur verticalité est sans cesse contrariée par la possibilité de leur reconfiguration, l’affirmation de leur érection se heurte à cette hésitation sous-entendue par leur mode d’assemblage. La question qu’ils soulèvent de la contingence de l’œuvre par rapport à son contexte d’inscription fait écho à celle de l’intervention du hasard dans la production que l’on retrouve dans les Additive Paintings. Revenu à la peinture – délaissée le temps de ses études à CalArts auprès de Michael Asher et Mark Hagen A place in time Guest Mark Hagen Douglas Huebler, entre autres – en 2004 parce qu’elle lui semblait anachronique et suffisamment impopulaire alors pour être digne d’intérêt, Mark Hagen s’est appuyé sur une découverte accidentelle pour en choisir le support. En effet, après avoir observé la décoloration de sacs de toile de jute restés longtemps dehors, il choisit d’utiliser ce textile dont il laissera de grandes toiles pliées et empilées dans son jardin pendant quelques mois avant d’en faire son subjectile. Chaque strate de toile laisse une empreinte sur celle du dessous à la manière d’un photogramme créant ainsi un réseau de liens entre les peintures à venir. Il procède ensuite presque à l’inverse d’un peintre « classique » en appliquant de la peinture acrylique blanche (pour extérieur) en couches successives de manière à ce qu’elle transperce la toile installée à l’horizontale. Lorsqu’il relève la toile et la décolle de la bâche sur laquelle elle était posée, les plis du plastique semblent gravés dans la peinture qui est comme moulée. Ils s’ajoutent aux traces aléatoires de décoloration de la toile et aux motifs géométriques simples, déduits de la toile elle-même, à partir de la division de ses dimensions. Le corpus d’œuvres que développe Mark Hagen oscille ainsi entre ordre et chaos, intentionalité et hasard, s’inspirant des métaphysiques non ethnocentrées comme des découvertes astronomiques les plus récentes mais aussi de la conception non linéraire de l’Histoire développée notamment par Manuel De Landa 7. Il vient d’ailleurs de publier un livre d’artiste intitulé 2013 ? : A Doomsday Day Planner sous la forme d’un agenda agrémenté de plus de cent cinquante prédictions historiques de la fin du monde, ce qui m’invite à laisser le mot de la fin au titre d’une de ses sculptures : We have seen the future and we are not going. – Temporal impossibility lies at the heart of Mark Hagen’s work. Be it through his use of unstable materials or his praxis involving anachronism, he provokes chance while at the same time contradicting it, and is fond of refuting chronologies by altering their order. And this applies even in the titles he gives to his works which, for the most part, open with a « To Be Titled » completed by a brief categorization in brackets. Similarly, his first solo show in France at the Almine Rech gallery 1 was titled : « TBA de nouveau », with TBA standing for « To Be Announced ». Which, followed by « de nouveau », verged on illogicality by putting us in a situation of cyclical expectation of something indeterminate, because no information about the content of what remained to be determined filtered through the set of words. Nevertheless, this title was not really nonsensical because « TBA de nouveau » was a reconfiguration of the pieces already shown in the earlier exhibitions titled « TBA » 2 and « TBAA » 3 (To Be Announced Again). In the works of this Los Angeles artist, and mainly in his sculptures, there is actually a dimension of impermanence resulting from the modulable structures and the recyclable elements which formthem. 6. Minimal Art, A Critical Anthology, sous la direction de Gregory Battcock, Berkeley, University of California Press, 1995, p.180. 7. Manuel De Landa, A Thousand Years of Nonlinear History, New York, Zone Books, 1997.
1. At the Galerie Almine Rech, Paris, from 13 January to 23 February 2012. 2. At the China Art Objects gallery, Los Angeles, from 21 May to 25 June 2011. 3. At the Marta Cervera gallery, Madrid, from 15 September to 12 November 2011. 4. Made in LA, the first Los Angeles Biennial organized by the Hammer Museum in conjunction with LAXART, at the Hammer, at LAXART and at Barnsdall Park from 2 June to 2 September 2012, curated by : Anne Ellegood, Ali Subotnick, Lauri Firstenberg, Cesar Garcia and Malik Gaines. 5. To be Titled (Additive Sculpture, Miami Screen), 2012, presented by the Galerie Almine Rech at Art Basel Miami in the public art section at the Bass Museum. Curated by : Christine Y. Kim. The series of works of interest tous here have some of their origin in a visit made by the artist to the Louvre, and in particular in a display of Neanderthal microliths which subsequently inspired him to produce Successin Every Direction (2007), a concentric assemblage of slivers of obsidian on a white wooden panel. Obsidian—which he learnt how to work for the occasion—is an extremely hard vitreous volcanic rock, with a dark but translucent colour. It is currently used in heart and eye surgery because its cutting edge is finer than that of steel scalpels, but it is also highly sought after by litho-therapists who attribute many mystical powers to it. More recently, Mark Hagen produced a series of Subtractive Sculptures, for which he used a modular aluminium and steel structure which has as much to do with Graham Bell’s tetrahedral kites as with Buckminster Fuller’s geodesic domes and Constant Nieuwenhuys’s principle of disorientation, on which he affixes sheets of polished obsidian. It helps to know that the chemical composition of obsidian is madeup of structural units formedby tetrahedra, in order to understand the relationship between the « black mirrors » which Hagen makes with it, and their support. It should be noted here—and without intending to utter some truism about the history of sculpture—that, through its modularity, the support is not presented like a stand, but rather like a component part of the work, just like the stones. Mark Hagen To be titled (Additive Sculpture, Screen #14), 2012. Bass museum, Miami. Courtesy the artist, Almine Rech Gallery Paris/Brussels. 49 Compositions made of obsidian heads arranged on panels and canvas, conjuringup as much the scientific classifications of archaeologists as the more folkloric collections of Indian arrowheads and other artefacts now salvaged by the tourist industry in more or less geometric displays on aluminium stretchers—like To Be Titled (Subtractive and Additive Sculpture #12), 2012 –develop very classical philosophical themes, such as man’s place in time and space, in a kind of perpetual questioning by way of, once again, the total modularity of the support and of the stones, and hence the many different possible ways of giving them form. The pieces which have brought Mark Hagen’s work most to notice in recent years, be it during Made in LA at the Hammer Museum 4 or at the latest Art Basel Miami Beach Fair, 5 are part of his series Additive Sculptures. Involved here are assemblages of cement elements moulded directly on the packaging of day to day consumer objects inserted on steel bars in the formeither of a simple column (stack), or of a pierced wall (screen). Seen from a distance, these arrangements evoke some kind of pre-Columbian architecture, through the alternation of basic geometric forms, seemingly engraved with mysterious motifs. Closeup, recognizing snippets of motifs of moulded plastic bottles, one thinks more of a sort of fossilization of the leftovers of contemporary industry, as a vestige of the present. What is disturbing here is that these forms do not seem to be 02 n°65 Printemps 2013



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


02 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 2-302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 4-502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 6-702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 8-902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 10-1102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 12-1302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 14-1502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 16-1702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 18-1902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 20-2102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 22-2302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 24-2502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 26-2702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 28-2902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 30-3102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 32-3302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 34-3502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 36-3702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 38-3902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 40-4102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 42-4302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 44-4502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 46-4702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 48-4902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 50-5102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 52-5302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 54-5502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 56-5702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 58-5902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 60-6102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 62-6302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 64-6502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 66-6702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 68-6902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 70-7102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 72-7302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 74-7502 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 76-7702 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 78-7902 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 80-8102 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 82-8302 numéro 65 mar/avr/mai 2013 Page 84