[Pays de la Loire] Pays de la Loire n°60 mar/avr 2015
[Pays de la Loire] Pays de la Loire n°60 mar/avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°60 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Région Pays de la Loire

  • Format : (277 x 362) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : ce que trouvent les chercheurs en Pays de la Loire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
22 UNE JOURNÉE EN PAYS DE LA LOIRE Sur le toit du Grand Ouest 15H Champfrémont : les greniers colorés du Turet Un délicieux parfum floral nous accueille en entrant aux Greniers du Turet, dans la campagne de Champfrémont. Depuis 30 ans, la famille Cholet cultive sur sa ferme plus de 50 variétés de fleurs, qui sont ensuite séchées, par centaines de bottes et têtes en bas, dans ses greniers. Bouquets, coloquintes peintes ou plantes aromatiques : toutes les créations sont en vente pour embellir les intérieurs. Au cœur du Parc naturel régional Normandie-Maine, le nord-est de la Mayenne offre d’étonnants paysages d’altitude. Massifs forestiers, collines rebondies et vallées encaissées dessinent un territoire méconnu, que domine à 417 mètres le Mont des Avaloirs, sommet des Pays de la Loire. 1 Vue depuis le Mont des Avaloirs 10H Mont des Avaloirs : panorama à 360° sur un océan de verdure Depuis la commune de Pré-en-Pail, la route serpente et s’élève à travers une forêt dense de chênes et résineux. Paysage soudain de moyenne montagne en forêt de Multonne… Sur les hauteurs de sa crête, le belvédère futuriste du Mont des Avaloirs élance ses 18 mètres vers le ciel blanc hivernal. 108 marches plus tard, nous voici sur le toit du massif Armoricain, mais aussi de tout l’Ouest français. 11H Pré-en-Pail : randos, vieilles pierres et spécialités fromagères Au pied du belvédère, un petit paradis du randonneur, avec départ de sentiers balisés. On pourra rejoindre le promontoire rocheux de la Corniche de Pail et ses paysages préservés, uniques dans la région, de landes et tourbières, riches écosystèmes où poussent DIAPORAMA © S. Bourcier même des plantes carnivores ! Ou bien se diriger vers Sainte-Annede-Champfrémont, au pied du Mont des Avaloirs. Jolie chapelle du 17 e siècle, verger conservatoire et petite fontaine : idéal pour une pause piquenique ! L’occasion de déguster un des fromages locaux, la tomme de Pail lavée au Poiré (produite uniquement au GAEC de la Trinité, à Pré-en-Pail). 14H Belvédère des Toyères : gare au vertige Attention, panorama enchanteur ! Au belvédère des Toyères, sur la commune de Saint-Pierre des Nids, le vertige nous saisit en surplombant de 70 mètres un canyon verdoyant creusé par la Sarthe. La rivière trace ses méandres entre d’imposantes falaises de granit très prisées des grimpeurs. Le spectacle de ces gorges naturelles est une véritable rareté dans la région et imprègne longtemps la rétine. 16H Averton : au rendez-vous des VTTistes Petite escale à l’étang des Perles à Averton, lieu incontournable pour les VTTistes novices ou confirmés. Cette base VTT est unique en Mayenne et la 2 e des Pays de la Loire à se voir labellisée par la Fédération française de cyclotourisme. Près de 220 km de sentiers balisés sillonnent les reliefs tourmentés des Avaloirs et des Alpes Mancelles. Avis aux plus aguerris : un circuit de 70 km, avec pas moins de 1 300 mètres de dénivelé positif ! 17H Villaines-la-Juhel : la petite histoire du lait Toute la mémoire des fermes laitières est restituée au Pot au lait à Villaines-la- Juhel. Plus de 1000 pièces de collection (barattes, écrémeuses, moules à beurre…) ornent ce musée ouvert par un passionné. Le lieu propose aussi des stages sur réservation pour s’initier au travail du cuir. Les plus jeunes apprécieront quant à eux les balades en attelage ou à dos d’âne bâté, au départ du Pot au lait. Au trot, à pied, ou à vélo, les beautés de ce bocage vallonné finissent toujours par se dévoiler. Parcours réalisé par Yoan Le Blévec ©Région des Pays de la Loire-Ouest Médias-P. Minier ©Région des Pays de la Loire-Ouest Médias-P. Minier ©Région des Pays de la Loire-Ouest Médias-P. Minier ©Région des Pays de la Loire-Ouest Médias-P. Minier ©Région des Pays de la Loire-Ouest Médias-P. Minier 10H 11 H 14 H 15 H 16 H DAYS aLORE MAGAZINE BIMESTRIEL DU CONSEIL RÉGIONAL / N°60 / MARS-AVRIL 2015
HISTOIRE(S) 23 LE PNR NORMANDIE-MAINE )) À la croisée de deux régions, la Basse- Normandie et les Pays de la Loire, le Parc naturel régional (PNR) de Normandie-Maine représente une multitude de paysages entre forêts et bocages, de grands sites naturels, hauts lieux et curiosités touristiques. Un territoire à l’équilibre fragile, qui s’est constitué en PNR depuis 1975 et ouvre ses chemins aux amoureux de la nature. www.parc-naturel-normandie-maine.fr En Vendée, la lutte des filles de la conserve Le soir du 11 juin 1914, la crise éclate dans le port des Sables-d'Olonne : 700 à 900 ouvrières des quatorze conserveries sablaises réclament leur « cinq sous ». Retour sur une lutte vendéenne méconnue. o4 LA CHAU M E. -- Lip mikee en boite' de i sera EN SAVOIR PLUS • Communauté de communes du Mont des Avaloirs Tél. 02 43 30 11 11 • Office de tourisme intercommunal du Mont des Avaloirs Tél. 02 43 03 78 88 accueil@cc-montdesavaloirs.fr ALLEZ-Y ! )) • À SAINT-MARS-DU-DÉSERT : Festival Country les 25 et 26 juillet Spectacle son et lumière « À la conquête de l’ouest », reconstitution d’un campement, spectacle western équestre, concerts, bal et initiation à la country. Réservation : 02 43 03 27 64 • À VILLAINES-LA-JUHEL : Randonnées Paris-Brest-Paris du 16 au 20 août Villaines-la-Juhel est ville-étape depuis 1979. Tous les quatre ans, elle se mobilise pour plus de 5300 cyclotouristes qui parcourent les 1260 km. Toute la ville s’anime et vit au rythme du vélo ! Nombreuses animations et restauration sur place. • À CHAMPFRÉMONT : La maison du Maquis de Courtemiche Lieu de résistance en 1944, la maison est aujourd’hui restaurée et se situe à 2 km au sud-est du Mont des Avaloirs. 17 H ©Région des Pays de la Loire-Ouest Médias-P. Minier Ce jour-là aux Sables-d'Olonne, les femmes en colère brisent les portails de leurs usines. De cette lutte, elles obtiendront la révision de leur salaire horaire de 0,20 à 0,25 francs. Une victoire pour ces espoirs refoulés et nourris à l'huile de coude... L’appel des conserveries Au 19 e siècle sur la côte vendéenne, le sort des femmes est lié au règne de la sardine. La technique de conservation en boîte métallique est à peine inventée, que ce produit rare et cher fraie vers le succès. 25 conserveries se mettent à cracher leur fumée noire et appellent de leurs sirènes, au retour de pêche, femmes et jeunes filles sur les bancs de l'usine. Dix heures de travail d'affilée, souvent de nuit : une cadence infernale où les chansons, cantiques de messe ou refrains de bals, adoucissent les premiers cahots de la révolution industrielle. La machine tourne à plein régime. À ce prix, quelque 1 500 Vendéennes découvrent le salariat. Ainsi que la lutte pour leurs droits : c'est à l'Ile d'Yeu que le premier conflit éclate en mai 1889 chez « les filles de la conserve », lorsque les usines Saupiquet, Amieux et Bouvais-Flon décident de réduire les salaires au prétexte que la sardine vient à manquer. Le mouvement se répand au fur © Collection privée Florence Regourd et à mesure que les bruits courent d'une usine à une autre. En 1896 à Croix-de-Vie, les rapports de grève évoquent des femmes plus enragées que des hommes. « Elles ne parlaient rien de moins que de brûler les usines, joli moyen en vérité de donner de l'ouvrage à leurs maris et à elles-mêmes », ironise à l'époque le journal Le Vendéen. Quelques années plus tard en 1912, les mêmes femmes crient « Il ne vendra pas » à l'approche du premier bateau à pétrole, en solidarité avec leurs marins-pêcheurs hostiles aux nouvelles techniques. La crise menace toujours sur toute la côte.... Que reste-t-il de cette lutte ? Peu de choses. Dans les années 1960, le mouvement s'éteint au fur et à mesure que le consommateur se détourne de la conserve et que les usines ferment leurs portes. Seulement quelques firmes subsistent, avec un savoir-faire orienté sur la sardine millésimée, le travail à l'ancienne... qui n'est plus exactement la même affaire de femmes. Annie Rapin Sources : La Vendée ouvrière. Grèves et ouvriers vendéens de 1840 à 1940, Éd. Le Cercle d’or, Les Sables d’Olonne, 1981, de Florence Regourd ; cahiers de l'association La Concorde à Saint-Gilles-Croix-de-Vie. WWW.PAYSDELALOIRE.FR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :