[Nord-Pas-de-Calais] Mon Nord-Pas de Calais n°23 sep/oct 2014
[Nord-Pas-de-Calais] Mon Nord-Pas de Calais n°23 sep/oct 2014
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de sep/oct 2014

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Régional du Nord-Pas de Calais

  • Format : (230 x 300) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 11,3 Mo

  • Dans ce numéro : la région soutient l'apprentissage.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
DOSSIER En mars dernier, les apprentis du CFA horticole de Lomme ont participé à l’installation d’un décor végétal à l’Opéra de Lille. PHOTO JEAN-LUC CORNU Formation Du CAP au BTS, les 34 établissements agricoles de la région préparent leurs élèves à 120 métiers différents, en s’adaptant à la demande et aux besoins locaux. Découverte d’une filière qui bouge. LYCÉES AGRICOLES  : NOS JEUNES POUSSES ONT DE L’AVENIR ! n Un dossier réalisé par Éléonore Papeghin Perrine veut devenir océanographe. En juin dernier, elle a passé avec succès son bac STAV (Sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) au lycée agricole de Douai-Wagnonville. « J’ai toujours voulu travailler dans l’environnement, raconte-t-elle. Ce bac m’a permis d’approfondir mes connaissances. Comparé aux autres lycées, ici, les profs sont plus accessibles, les classes sont plus petites et on a beaucoup de projets, d’activités et de sorties, on est vraiment sur le terrain, c’est très concret ! » Comme Perrine, ils sont 10 500 jeunes, 8300 lycéens 12 MON NORD-PAS DE CALAIS N°23, SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 et 2 200 apprentis, à étudier dans l’un des 34 lycées agricoles (dont neuf publics) de la région. Ces établissements, qui dépendent du ministère de l’Agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, sont bien plus que de simples lycées. Ils forment des jeunes par voie scolaire et par apprentissage, du certificat d’aptitude professionnelle (CAP) au brevet de technicien supérieur (BTS) en passant par les baccalauréats professionnels, technologiques et scientifiques. Ils accueillent aussi des adultes en formation continue. Ils préparent à des métiers très variés — exploitant agricole, conducteur d'engins, soigneur
animalier, architecte paysagiste, technico commercial, technicien d’exploitation de l’eau, technicien agroalimentaire, éleveur…— et offrent aux élèves la possibilité d’étudier en grandeur nature dans des serres, des champs, des élevages ou des laboratoires. S’ADAPTER AUX BESOINS DES PROFESSIONNELS Dans le Nord-Pas de Calais, les secteurs agricole et agroalimentaire emploient environ 85000 personnes, qui exercent 120 métiers différents dans les secteurs de la nature et du vivant. Une des particularités de l’enseignement agricole est la liberté offerte aux établissements de créer des modules de formation en fonction du territoire sur lequel ils se trouvent, et des besoins des entreprises locales. Au lycée horticole de Raismes, les futurs jardinierspaysagistes ont droit à des cours de pavage à l’ancienne, une prestation de plus en plus demandée et PHOTO DOMINIQUE BOKALO m qui nécessite des compétences spécifiques. Chaque année, les élèves mettent en pratique leur savoir-faire en restaurant un tronçon des célèbres pavés de Paris-Roubaix, les mêmes pavés qui ont accueilli le Tour de France cet été… Au lycée de Douai-Wagnonville, les étudiants en BTS Sciences et technologies des aliments (STA) travaillent par groupes sur des modules d’innovation. Quentin, Valentine et Célia ont suivi des cours de brasserie. « On a décidé de créer une nouvelle bière de A à Z. On a inventé une recette « cerise-fleur de sureau », mais on s’est rendu compte que la couleur ne correspondait pas au goût de notre bière, elle n’était pas assez rouge… Comme il n’était pas question d’ajouter un colorant artificiel, on a trouvé une solution naturelle  : la betterave ! C’est une vraie fierté d’avoir créé notre propre bière ! » Nicolas, qui prépare le même diplôme, a mis au point une nouvelle recette de soupe à partir des courgettes produites dans l’exploitation du DES ÉTUDES EN INTERNAT Antoine et Anaïs sont tous les deux en seconde professionnelle Conduite et gestion d’exploitation agricole au lycée de Radinghem, près de Fruges, dans le Pas-de-Calais. Et comme le rappelle Angéline Huguenin, directrice de l’exploitation… « Il n’y a pas de métro ici ! » Pour Antoine et Anaïs, comme pour 48% des élèves de lycées agricoles, TÉMOIGNAGES PIERRE-LOUIS (À GAUCHE), EN SECONDE AMÉNAGEMENT PAYSAGER AU LYCÉE PROFESSIONNEL AGRICOLE DE DUNKERQUE « J’ADORE ÊTRE DEHORS ET CRÉER » J’ai choisi ce métier car j’adore être dehors et créer des choses. Entre la façon de tailler les végétaux et les noms des plantes, il y a beaucoup à apprendre. La spirale à insectes (qu’on voit sur la photo, NDLR) est construite en pierres, et comme elle chauffe au soleil, ça crée un microclimat. Les plantes mellifères qu’on y a placées attirent les insectes pollinisateurs et on espère l’arrivée de grenouilles dans la mare qu’on a reconstituée. » l’internat est donc la solution. « C’est plus pratique, surtout quand on commence tôt. En plus, c’est plus familial, les profs nous connaissent tous ! » Les jeunes internes sont pris en charge du lundi au vendredi, et rentrent dans leur famille en fin de semaine. Au lycée de Douai, Célia (photo ci-contre), elle-même élève de BTS, est maîtresse au pair. En plus d’assister PHOTO DOMINIQUE BOKALO m les surveillants, elle a un rôle de guide pour les élèves. Elle les aide à faire leurs devoirs, les conseille, les écoute et parfois, les réconforte. « Quand j’étais plus jeune, ça m’a beaucoup aidée d’avoir quelqu’un de plus mature à qui parler, se souvient-elle. À l’internat, on est comme une grande famille et moi, je suis un peu la grande sœur. » n GUILLAUME EN SECONDE CONSEIL ET VENTE EN ANIMALERIE AU LYCÉE HORTICOLE DE LOMME « C’EST UNE PASSION AVANT TOUT » Pour moi, l’animalerie, c’est une passion avant tout ! En cours de zootechnie, on apprend la classification des animaux, leur environnement naturel et plus de détails sur les animaux d’animalerie. Mais ce que je préfère, c’est les TP  : on change le substrat des rongeurs, on leur donne à manger et à boire, on change l’eau et on nettoie les vitres des poissons… On a une très bonne ambiance dans la classe et je suis très content d’avoir choisi cette option. » Pauline s’investit beaucoup dans les cours de conduite d’engin. PHOTO DOMINIQUE BOKALO Valentine, Quentin et Célia ont créé leur propre bière. PHOTO DOMINIQUE BOKALO CHIFFRES CLÉS I 85000 Le nombre d’emplois dans les secteurs agricole, para-agricole et agroalimentaire dans le Nord-Pas de Calais. 90% Le pourcentage de diplômés de l’enseignement agricole qui trouvent un emploi dans les trois ans. 120 Le nombre de métiers recensés dans les secteurs agricole, para-agricole et agroalimentaire. N°23 SEPTEMBRE-OCTOBRE 2014 MON NORD-PAS DE CALAIS 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :