[Limousin] La Lettre du Limousin n°115 nov/déc 2015
[Limousin] La Lettre du Limousin n°115 nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°115 de nov/déc 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Régional du Limousin

  • Format : (200 x 267) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : paroles de limousins.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
DOSSIER Paroles de Limousins ENSEMBLE Certains sont nés ici, d’autres ont eu un véritable coup de foudre pour la région mais tous ont choisi de s’y établir. Souvent méconnus du grand public, ces femmes et ces hommes œuvrent au quotidien pour le territoire. Artisans, sportif, scientifique ou encore artiste, dix d’entre eux nous parlent du Limousin où a pu éclore leur talent. Maud Mayeras Écrivain, Limoges (87) « Limoges est dans mes romans un personnage à part entière » Méfiez-vous de cette jeune femme ! Sous une allure délicate et réservée, se cache un redoutable talent pour faire frissonner les amateurs de polars noirs. Très noirs. En 2008, elle crée la surprise en sortant son premier roman « Hématome » publié chez Calmann-Lévy (excusez du peu !). Un thriller haletant, sombre et étouffant qui n’était pas censé avoir de suite. « Un one shot » comme l’affirme Maud. Pourtant, cinq ans plus tard, paraît « Reflex » chez Anne Carrière et là, la limougeaude fait un véritable carton. « Je ne pensais pas que cela marcherait autant, reconnaît-elle. Aujourd’hui, j’en 8 LA LETTRE DU LIMOUSIN N°115 NOVEMBRE 2015 suis à plus de 50 000 exemplaires. C’est un rêve de gosse ». Une gosse qui passait ses journées sur les bords de Vienne, dans le quartier des Ponticauds, à lire les ouvrages du maître du thriller fantastique Stephen King. « Ca a été le déclencheur, se souvient-elle. Ensuite, je suis partie à Bordeaux. J’ai voulu occuper mon temps et j’ai écrit mon premier roman. Je l’ai fait pour m’éclater. Je ne pensais pas être publiée un jour. J’ai envoyé quinze manuscrits et j’ai retenu l’attention d’un éditeur. » En dépit de ce succès aussi fulgurant qu’inattendu, la jeune femme garde la tête froide et n’envisage pas le moins du monde de quitter le Limousin. « Je me plais ici, j’y ai toutes mes attaches. Limoges est dans mes romans un personnage à part entière. Même si je ne cite pas la ville, il y a de nombreuses références comme le four à porcelaine abandonné dans Reflex par exemple. » Actuellement attelée à la rédaction d’un troisième livre, Maud Mayeras ne changera rien à ce qui fait sa marque de fabrique  : un style vif, précis qui emprunte à l’imaginaire des films d’horreur et à la culture rock sans oublier « des clins d’œil plus précis sur la ville » et sur le quartier de son enfance. Forcément.
Pierre Marquet Chercheur, Limoges (87) Directeur du laboratoire INSERM pharmacologie des immunosuppresseurs et de la transplantation. À la pointe de la recherche médicale Pierre Marquet a la modestie de ceux qui sont confrontés chaque jour aux mystères du corps et de la biologie humaine. L’humilité de penser que chaque pas, même le plus petit, compte, surtout en recherche médicale. Directeur du premier laboratoire limousin labellisé INSERM, pharmacologie des immunosuppresseurs et de la transplantation, ce chercheur limougeaud est actuellement le spécialiste européen de la greffe d’organes. Sa vie, il la partage entre son activité au sein du Centre de biologie et de recherche en santé et ses nombreux déplacements à Brayan Berger Tailleur de pierre-marbrier, Felletin (23) L’élite mondiale des artisans du bâtiment Champion de France de taille de pierre ! À 20 ans Brayan Berger a remporté l’édition 2015 des Olympiades Métiers. Apprenti en bac professionnel au Lycée des métiers du bâtiment de Felletin, il a bataillé pour se hisser sur la première place du podium national. « Je ne m’étais pas suffisamment entraîné admet-il, le niveau était très relevé. J’avais dix-neuf heures pour tailler une pierre, réaliser une gravure et un bas-relief sur le thème de la cigogne. Je ne m’attendais pas du tout à gagner ». Sélectionné pour le Mondial au Brésil en août, l’étranger où il présente les derniers travaux de son équipe. « Désormais, Limoges est parfaite ment identifié dans tous les congrès internationaux, se réjouit-il. D’ailleurs, quand on me présente on ne dit plus « Pierre Marquet de Limoges, France » mais simplement « Pierre Marquet, Limoges » ! Depuis le départ j’ai essayé de créer quelque chose de nouveau ici. Je l’ai fait bien sûr pour avoir un outil de recherche mais également afin de faire venir l’INSERM en Limousin. » C’est ainsi qu’après le laboratoire de pharmacologie, c’est au tour de celui de bactériologie virale puis de médecine tropicale Brayan a défendu avec brio les couleurs de la France et du Limousin à Sao Paulo. Durant trois jours et demi, les onze tailleurs de pierre ont dû apprendre à gérer leurs efforts. « Ce fut vraiment très intense avec quelques blessures, j’ai terminé cinquième avec un médaillon d’excellence, seulement trois finalistes l’ont obtenu. Je n’étais pas content à l’annonce des résultats mais j’ai compris après que je faisais partie de l’élite mondiale. Grâce à ce concours, j’ai gagné en maturité, acquis une expérience professionnelle et émotionnellement, ce fut juste incroyable ! ». Originaire de Jarnac, d’être labellisé. « Notre force a été d’avancer ensemble » souligne-t-il. La chaire d’excellence pharmacologie de la transplantation qui vient d’être lancée par l’université de Limoges, a pour objectif de favoriser le développement de la recherche en Limousin en finançant deux projets de recherche mais également en offrant les conditions propices à l’accueil du Professeur Uwe Christians, homologue américain de Pierre Marquet. Son arrivée permettrait alors au laboratoire limougeaud actuellement reconnu au plan européen, de devenir une référence mondiale en pharmacologie de la transplantation. VALÉRIE FARET Brayan a choisi de terminer sa formation dans ce lycée qui bénéficie d’une notoriété nationale. « Je n’aurais pas participé à ce concours si je n’avais pas été élève dans cet établissement. Le LMB a été un bon choix, je vais garder contact avec mes professeurs, mes camarades et la filière pierre régionale. Le Limousin m’a donc beaucoup apporté pour lancer ma carrière ». Brayan vient de signer un CDI avec son maître d’apprentissage en Charente-Maritime, où il aura davantage l’occasion de tailler le calcaire que le granit. Zoé Bourdin Créatrice de Églantine et Zoé, Tudeils (19) « J’aime travailler local » Zoé Bourdin a créé son entreprise Églantine et Zoé, en mars 2015, et propose des kits de vêtements prêts à coudre. L’idée est de faciliter l’accès à la couture pour tous en proposant dans une boite tous les éléments  : les morceaux de tissus découpés à la taille choisie, le fil assorti, la fermeture éclair et une notice pour assembler son vêtement correctement. À quinze ans Zoé a commencé à coudre seule dans sa chambre « en bidouillant » puis, des études de marketing lui permettent d’acquérir les outils de gestion pour lancer son projet. « Ce que je faisais plaisait autour de moi et j’ai eu envie de tenter quelque chose. » Zoé développe son idée dans le loisir créatif, un domaine en plein développement. Pour monter son entreprise elle opte pour le financement participatif sur internet et récolte prés de 9000 euros. Installée à Tudeils en Corrèze, tout près de Beaulieu-sur- Dordogne, elle commercialise désormais ses boîtes sur la toile. « Avec un projet d’e-commerce, on peut allier travail et lieu de vie. » Si les tissus proviennent de toute la France, d’Espagne ou de Grande Bretagne, la jeune femme conserve un lien fort avec le territoire en confiant la gestion de son site ainsi que la logistique à une entreprise briviste et en faisant travailler une société guéretoise pour la coupe des étoffes. Dès la rentrée elle entamera une collaboration avec les enseignants et les élèves de bac professionnel métier de la mode, du lycée Mas Jambost à Limoges. À partir des dessins de Zoé, les terminales réaliseront des patrons pour leur examen de fin d’année. « J’aime travailler local, rencontrer les gens. On avance bien plus en direct, c’est plus convivial et plus efficace » affirme-t-elle. TINA PAULI CORINNE MÉRIGAUD N°115 NOVEMBRE 2015 LA LETTRE DU LIMOUSIN 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :