[Limousin] La Lettre du Limousin n°114 sep/oct 2015
[Limousin] La Lettre du Limousin n°114 sep/oct 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°114 de sep/oct 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Régional du Limousin

  • Format : (297 x 400) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : demain, la grande région...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16  |  Aller à la page   OK
16
PORTRAIT Une histoire brodée de fil noir Martine Lafon, artiste-auteure, est invitée en résidence à Aubazine afin de mettre en évidence les influences cisterciennes sur l’œuvre de Coco Chanel qui résida sept ans dans l’ancien orphelinat de la commune. Un travail passionnant mêlant grandes et petites histoires où il n’est pas toujours aisé de démêler le vrai du faux… Même petite silhouette fine et brune, mêmes yeux charbonneux... Pourtant, la ressemblance entre Martine Lafon et Chanel s’arrête là. L’artiste est aussi discrète que Mademoiselle était flamboyante, mais surtout, elle s’impose comme une véritable dénicheuse de souvenirs et de mémoire, là où Coco n’a cessé toute sa vie durant de brouiller les pistes de son passé. Contactée par les associations L’aura des arts et Harpau (histoire et archéologie en pays d’Aubazine), Martine Lafon a pour mission d’observer l’influence du vocabulaire cistercien et plus largement aubazien dans la création de la couturière qui a passé sept années (de 12 à 18 ans) à l’orphelinat de la congrégation du Saint Cœur de Marie installé alors dans le monastère d’Aubazine. « On part souvent de pas grandchose » reconnaît-elle en ajoutant veiller à « ne pas faire un transfert personnel » car « avoir du recul est le plus difficile ». Sa méthode ? Plonger au cœur des lieux, s’en imprégner jusqu’à « aimer la brume et l’obscurité » sur la 16 La lettre du limousiN N°114 SEPTEMBRE 2015 vallée corrézienne. « Je prends des photos, je note beaucoup de choses explique-t-elle. Et mon QG c’est le café-croissant ! Là on peut parler avec les gens de manière détendue, ils se lâchent un peu… ». C’est ainsi qu’elle glane des anecdotes dans lesquelles il faut faire la part du vrai et du faux, comme toujours avec Coco. « Un monsieur m’a raconté un jour que jusqu’à ce que l’orphelinat ferme dans les années 60, on voyait tous les ans une Rolls arriver sur la place de l’église. Un chauffeur en descendait et déposait quelque chose, raconte-t-elle amusée. On disait bien sûr que c’était mademoiselle Chanel qui aidait le monastère financièrement mais il n’y pas une seule preuve. » Au fil de ses recherches, elle rencontre également une ancienne religieuse de l’abbaye qui met en doute la présence même de celle que l’on nommait Gabrielle, tout en ajoutant avoir trouvé étrange à l’époque qu’on lui donne une si belle aube brodée le jour de sa communion… « On part sur de l’existant mais il y a toujours le mystère et le doute. Il y a un côté assez excitant » reconnaît Martine. Commencé au printemps 2014, le travail qui se prolongera dans quelques mois au sein des ateliers parisiens et gardois de l’artiste, a été grandement nourri de ces semaines passées dans les lieux fréquentés jadis par Coco Chanel. « Je recherche ce qui a pu l’influencer consciemment ou inconsciemment » explique-t-elle. Et quand on suit la plasticienne sur les traces de la couturière, les références à l’adolescente corrézienne sont indéniables  : l’élégante sobriété de l’abbaye, le beige des pierres, le noir et le blanc des uniformes, les dessins des vitraux évoquant les fameux C entrelacés… Rassemblées et disséquées, ces étonnantes correspondances font l’objet de plusieurs productions de la part de l’artiste. « Le fil devient un élément graphique en se mélangeant au dessin, détaille Martine. Il s’agit également de constituer une petite matériauthèque en recherchant des éléments de la On part sur de l’existant mais il y a toujours le mystère et le doute. Il y a un côté assez excitant. » nature. Le travail d’écriture a la forme d’un conte pour adultes qui reprend tous les éléments qui ont influencé son travail tels que les sculptures de lion, le blé etc. ». Dans quelques mois, un portfolio pourrait également voir le jour et intéresser le conservateur du patrimoine de la maison Chanel que Martine a rencontré en novembre dernier. De cette aventure corrézienne, reste la rencontre de deux artistes. L’une solaire qui dissimule scrupuleusement sa part d’ombre et l’autre plus effacée qui a grandi « à Roanne devant des entrepôts de charbon ». La confrontation de ces deux parcours artistiques aura notamment permis à Martine Lafon de « découvrir un personnage beaucoup plus profond que ce qu’on imagine. Une personnalité pas du tout superficielle qui a conçu des costumes de théâtre et qui entretenait une relation forte avec de nombreux artistes tels que Picasso, Cocteau ou, plus étonnant, Pierre Reverdy. » a Valérie Faret Bio express 1980 Diplômée de l’ÉCOle des Beaux-ARTS de Paris en techniques de l’eSTAmpe. 1994 Voyages dans les PAys de l’est dans le CAdre d’un TRAvail sur la réuNIFICATION. 2010 1 re résidence d’ÉCRITure à Nohant pour un ouvRAge sur George Sand. 27, boulevard de la Corderie CS 3116 - 87031 Limoges Cedex 05 55 45 19 00 Directeur de la publication Gérard Vandenbroucke Responsable de la rédaction Sybille Mangin Rédactrice en chef Valérie Faret Rédaction Murielle Babin, Valérie Faret avec la collaboration des services et agences de la Région Photos Région Limousin Sauf mention contraire conception graphique Agence Cinquième Colonne 04 73 87 15 27 Mise en page Graphik Studio 05 55 32 06 32 Impression Rivet Presse Édition 05 55 04 49 50 L’entreprise Rivet Presse Édition est labellisée Imprim’vert. Elle respecte un cahier des charges strict sur le recyclage de ses déchets et la composition de ses encres. La Lettre du Limousin est imprimée sur du papier recyclé avec des encres végétales. ISSN N°0151-2587 375 000 exemplaires Recevez La Lettre du Limousin Vous n’habitez pas en Limousin mais vous voulez recevoir La Lettre du Limousin, abonnez-vous sur simple demande en précisant nom, prénom et adresse postale à  : lalettredulimousin@cr-limousin.fr ou par courrier à  : Abonnement La Lettre du Limousin 27, boulevard de la Corderie CS 3116 - 87031 Limoges Cedex facebook.com/regionlimousin twitter.com/regionlimousin SORTIE DU NUMÉRO 115 en novembre 2015 Région Limousin



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :