[Limousin] La Lettre du Limousin n°111 mar/avr 2015
[Limousin] La Lettre du Limousin n°111 mar/avr 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°111 de mar/avr 2015

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Régional du Limousin

  • Format : (297 x 400) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : dossier... l'agriculture fait vivre le territoire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
Kamax projette d’embaucher au moins deux personnes en 2016. On est loin de 1992. À l’époque, lorsque Bruno et Olivier Bianchi se lancent dans la production de pleurotes sur le plateau de Millevaches, à Saint-Yrieix-la-Montagne (Creuse), Champicreuse ne compte que trois serres. Aujourd’hui, leur groupement agricole d’exploitation en commun (Gaec) possède une vingtaine de tunnels de production : 200 tonnes par an, vendues 100% en frais en France et à l’étranger, en limousin… et pas ailleurs ! Jérôme Desroches, directeur général de Kamax et Olivier Baudet, président de la société, ont levé 400 000 euros pour commercialiser un système d’analyse de biopsies. Champicreuse appuie sur le champignon Qualité La société, deuxième producteur français de pleurotes, pense embaucher au moins quatre personnes en cinq ans. 2 La lettre du limousiN N°111 MARS 2015 jusqu’au Japon. Et surtout, il est le seul producteur français qui fabrique son propre substrat pour faire pousser les champignons. « On a beaucoup travaillé, mais aujourd’hui, c’est ce qui nous permet de faire des projets », annonce Bruno Bianchi. Champicreuse a beaucoup investi aussi. Environ 350 000 euros, avec l’aide de la Région et de l’Europe. « Nous visons une augmentation de 30% de la production fin 2016 », La fibre optique contre le cancer Excellence La société limougeaude Kamax développe un outil innovant de diagnostic et de traitement des tumeurs par voie endoscopique. Le concept est prometteur. La société Kamax Innovative System mènera cette année les premiers tests qui doivent déboucher, d’ici à 2020, sur la création d’un endoscope « intelligent ». Objectif : permettre de détecter des cancers à un stade précoce et améliorer leur traitement grâce à une intervention rapide et non invasive. Une action ciblée contre les tumeurs Ce procédé très innovant repose sur l’identification en temps réel de zones tumorales. Grâce à la technologie d’impression 3D, des fibres optiques fonctionnalisées équipées de biomarqueurs sont capables de reconnaître spécifiquement les cellules tumorales des voies aéro-digestives explique Bruno Bianchi, l’un des co-gérants du Gaec qui s’appuie pour cela sur un investisseur privé. La société projette aussi d’installer un atelier de conditionnement pour mieux valoriser ses champignons et « jouer la carte des pleurotes du Limousin ». Elle souhaite aussi développer sa production de substrat. À la clé, quatre à six emplois dans les cinq ans. supérieures et du colon. Certes, le projet Théranostic n’en est qu’à ses balbutiements, mais il pourrait, à terme, offrir un nouvel outil diagnostic permettant aussi un nouveau mode de prise en charge thérapeutique de ce type de tumeur. « Les premiers tests sont satisfaisants. On est aux confins de l’électronique, de l’optique, de la mécanique, de la biologie et de la chimie des matériaux », observe Jérôme Desroches, chercheur et directeur général de Kamax aidée à hauteur de 52 000 euros par la Région. Le projet associe deux laboratoires de l’université de Limoges : celui d’homéostasie cellulaire et pathologies (HCP) de la faculté de médecine et celui spécialisé dans la science des procédés Bruno Bianchi, co-dirigeant de Champicreuse, mise sur les pleurotes du Limousin. céramiques et de traitements de surface (SPCTS). Sur le marché l’an prochain Kamax Innovative System, créée en 2013, est déjà une start-up d’excellence. Accompagnée par l’agence de valorisation de la recherche universitaire du Limousin (Avrul) pendant deux ans, lauréate 2013 du concours du ministère de la Recherche dans la catégorie « émergence », elle a l’an dernier de nouveau été distinguée dans la catégorie « création développe ment » pour son nouveau système d’imagerie temps réel à fibre optique K-Probe. Le dispositif fournit des images à forts contrastes grâce à la polarisation de la lumière. Il doit permettre aux praticiens d’ana- lyser les biopsies, ces prélèvements de tissus potentiellement cancé reux, en scannant la surface de l’échantillon. « La résolution optique est très importante, de l’ordre du micron », précise Jérôme Desroches le directeur de l’entre prise qui termine sa levée de fonds en vue d’une commercia lisation du procédé l’an prochain. « Nous atteignons l’objectif de 400 000 euros, avance Olivier Baudet le président de la société. Les 200 000 euros d’investisseurs privés doivent être doublés grâce au fonds régional Dynalim. » Aujourd’hui composée de quatre salariés, Kamax projette d’embaucher au moins deux personnes d’ici 2016 pour la commercialisation de son dispositif d’imagerie. n
Le limousin INNOVE… POUR L’EMPLOI Bientôt des végétaux au bout du pinceau Avance Obbia, une entreprise Corrézienne, met son expérience au service du développement d’une gamme innovante de produits pour le bois sans solvants pétroliers. L’exemple est parlant. À l’heure où le Limousin se rapproche de l’Aquitaine et de Poitou-Charentes, certaines entreprises ont déjà des projets industriels communs. Obbia, une société installée à Aubazine, à mi-chemin entre Brive et Tulle, projette de développer Végépin, une gamme de vernis, lasures et de peintures pour le bois, composée à 90% d’éléments issus de résidus de végétaux. Elle s’appuie sur deux partenaires girondins : la PME Lixol, installée à La Teste, pour son expertise dans le domaine des polymères, et le centre de ressources technologiques Iterg, à Pessac, pour les tests spécifiques. Un troisième acteur, Unikalo, spécialiste des colorants, basé à LA RÉGION EN ACTION La cosmétique Limousine côtoie la crème de l’innovation La Région a conclu un partenariat avec le pôle de compétitivité Cosmetic valley qui réunit 800 entreprises du secteur cosmétique en France, soit 70 000 emplois. Il s’agit en particulier de développer un projet industriel, de recherche, et d’innovation porté par le centre de valorisation des agroressources (CVA) inauguré l’an dernier à Brive et l’entreprise limougeaude ID Bio, spécialisée dans la création de parfums. Le Limousin fera ainsi référence dans un domaine d’excellence stratégique territorial sur les procédés d’éco-extraction des actifs cosmétiques. www.limousinentreprise.fr Mérignac, développera les vernis et peintures, spécifiquement pour le secteur du bâtiment. Trois ans de recherche L’entreprise Obbia, elle, vise l’industrie, la distribution professionnelle et le grand public. « Les produits d’entretien pour le bois qui ne sont pas fabriqués à partir de la pétrochimie correspondent à une demande. Mais ils n’existent pas sur le marché », remarque Lars Nielsen, le directeur de la société. La gamme innovante Végépin développée en Corrèze grâce au soutien de la Région Limousin, sera selon lui « normalement prête pour une commercialisation en 2018 ». Une formule de base du produit Le conseil régional des jeunes fête ses dix ans Le conseil régional des jeunes célébrera, le 4 avril, à l’hôtel de région, ses dix ans d’existence sur le thème de l’engagement. Tables rondes et ateliers rythmeront la journée qui rassemblera notamment les élus jeunes du forum citoyen et leurs homologues de Poitou-Charentes et d’Aquitaine, des conseils municipaux et généraux de jeunes, un représentant du CRJ de la région du Plateau central du Burkina Faso. Une exposition sera également présentée. Elle retracera dix ans d’engagement, de projets et de manifestations menés à bien. www.belim.fr doit être disponible en début d’année prochaine. « Obbia utilise déjà des procédés pour que ses produits soient le plus possible respectueux de l’environnement », explique Gils Nevers, chargé de mission en recherche et développement. Cependant, privée des solvants pétroliers, la gamme Végépin nécessite de travailler sur le temps de séchage, la viscosité et la tenue. Première étape : la fabrication d’une lasure transparente qui servira de test. Pour mener à bien son projet, Obbia envisage déjà de recruter. « Il nous faudra un ingénieur », annonce Lars Nielsen qui songe également à embaucher un technicien de laboratoire et, à terme, des techniciens de production. n Désignez votre artiste préféré C’est fait. On connaît maintenant les neuf jeunes artistes ou groupes limousins qui se produiront dans le cadre du festival Vache’ment Jeune organisé par la Région. MJ Bodson (alternatif), Mama’s gun (rock) et Annagrame (rap) se produiront au centre culturel municipal John-Lennon à Limoges le 4 avril. Le 10 avril, ce sera à Followin’ones (punk rock), Manas (chanson française) et Swany’sDJ (électro) d’investir la scène du centre Yves-Furet de La Souterraine. À Tulle, la salle Des Lendemains qui chantent accueillera More Than Words (acoustic pop rock), Brothers Black (pop rock) et The Laughing Blues (hard rock) le 18 avril. Tous les concerts sont gratuits. www.belim.fr La mise sur le marché de Végépin est prévue pour 2018. Éditorial Arts plastiques : le Limousin à la pointe C’est une première nationale. La Région Limousin et l’État ont signé le mois dernier une charte pour le développement des arts plastiques. Un modèle du genre qui témoigne d’une vitalité culturelle et vise, non seulement à maintenir le soutien à l’excellence artistique et à l’innovation, mais aussi à renforcer les liens entre l’art et le territoire. Il s’agit également de soutenir l’économie créative qui unit recherche, métiers d’art et entreprises pour ouvrir des perspectives d’évolution pour un secteur professionnel qui reste fragile en raison du relatif isolement de ses acteurs. www.regionlimousin.fr GÉRARD Vandenbroucke président du conseil régional du limousin en bref THIERRY LAPORTE Traditionnellement, les premiers mois de l’année sont l’occasion de mettre un coup de projecteur sur l’agriculture en Limousin. La participation de tous les acteurs de notre région au Salon International de l’Agriculture démontre l’étendue de leur talent et de leur savoir-faire. Mais au-delà de cette vitrine internationale, l’agriculture se vit au quotidien. Elle constitue un pan entier de notre économie locale, facteur de vitalité de l’ensemble du secteur rural. Cette vitalité doit s’inscrire dans le temps et c’est bien le rôle du Conseil Régional d’aider à pérenniser et développer cette activité essentielle. Susciter des vocations via les lycées agricoles du Limousin, faciliter l’accession au foncier agricole pour les jeunes, accompagner les mutualisations en soutenant les CUMA, accompagner les investissements des exploitants, encourager les productions de qualité et l’agriculture biologique, réagir aussi lorsque des crises touchent le monde agricole... voici, entre autres, nos missions. Ces actions seraient sans doute suffisantes si l’on résumait l’espace rural aux seules activités agricoles. Mais nous allons plus loin : conscients qu’un sentiment d’abandon gagnait parfois nos campagnes, nous avons pris ce problème à bras le corps, et depuis longtemps ! La désertification médicale menaçait, nous avons créé un réseau de maisons de santé. Le lien social se délitait, nous avons lancé les emplois associatifs. Les services à la population s’amenuisaient, nous avons signé des contrats de territoires pour aider les communautés de communes à mener à bien leurs projets. Sur ce dernier point, les discussions sont d’ailleurs en cours, au plus près des élus de terrain, pour finaliser de nouvelles contractualisations sur l’ensemble du territoire régional. Enfin, parce que nous sommes au plus proche de nos concitoyens, nous savons que de nombreux propriétaires de logements, notamment en zone rurale, connaissent de réelles difficultés pour régler leurs factures d’énergie. Le Conseil Régional à donc lancé le dispositif « Énergie Habitat + » pour accompagner concrètement les Limousins dans leurs travaux, leur redonner du pouvoir d’achat et favoriser la relance de l’économie locale. Etre au contact direct des acteurs socio-économiques, des élus et surtout de la population pour mettre en place des politiques qui améliorent le quotidien de nos concitoyens, voilà comment nous entendons défendre notre territoire, et faire de la ruralité du Limousin un véritable atout pour la future grande Région ! n Olympiades des métiers : cinq médailles pour le Limousin La sélection limousine peut rentrer satisfaite des finales des 43 e Olympiades des métiers qui se sont tenues à Strasbourg (Haut-Rhin) fin janvier. Brayan Berger (tailleur de pierre) et Raphaël Bigaud (soudeur) ont décroché l’or. Henry (ébéniste) est reparti avec une médaille d’argent. Ils sont potentiellement qualifiés pour les finales nationales qui se tiendront à São Paulo (Brésil) du 10 au 16 août. Florian Précigout (graphiste) a aussi obtenu l’or et pourra participer aux finales Abilympic à Bordeaux les 25 et 26 mars. Quant à Armand Dubois (charpentier), il est reparti avec le bronze. Une réception aura lieu à l’hôtel de région le 21 mars. www.regionlimousin.fr N°111 MARS 2015 La lettre du limousin 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :