[Auvergne] Zap n°144 janvier 2016
[Auvergne] Zap n°144 janvier 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°144 de janvier 2016

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Zap éditions

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 8,6 Mo

  • Dans ce numéro : morts débiles...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Interviews Je me décris comme… solitaire. Ma rencontre avec le théâtre a changé… quand j’ai rencontré Alain Platel en 1998 [rôle de Tosca, mère de quatre enfants dans Tous des Indiens, Festival d'Avignon en 1999]. Quand je ne joue pas, je… VIS (oui, il y a d’autres choses que le théâtre). La dernière fois que je me suis sentie embarrassée… JAMAIS ! La dernière fois que j’ai pleuré… Hier, en pensant à ma mère. Comment vas-tu ? Je suis en forme, pas forcément comme j’aurais voulu mais il y a des choses de la vie qu’il faut savoir accepter, faire avec. Ton actualité ? J’étais en tournée en France jusqu’aux Fêtes, puis repos de deux semaines avant de reprendre en Suisse pour recommencer en France et en Belgique l’année prochaine. Décris-toi en 5 mots ? Travailleur, ordonné, bavard, empathique, honnête. Ton disque préféré ? Je peux me souvenir de la chanson Inchallah de Adamo, du musicien Bob Marley, de Madilu (un musicien Congolais). 8 Zap #144 JL Fernandez autoportrait Vanessa Van Durme Comédienne, danseuse et scénariste flamande transsexuelle, Vanessa Van Durme sera à La Comédie de Clermont du 5 au 8 janvier avec Avant que j’oublie, pièce qu’elle a écrite et qu’elle joue en solo, duel au sommet entre une mère et sa fille. Pour vous, elle dresse son autoportrait. La dernière fois que j’ai ri… Il y a une demiheure. Je ris énormément, j’ai beaucoup d’humour. La dernière fois que j’ai été séduite… Il y a 2 semaines, en découvrant Pio Marmaï sur scène dans le rôle de Roberto Zucco [mise en scène Richard Brunel, programmé à La Comédie en mars 2016]. Il a beaucoup de talent et la pièce est superbe. La dernière fois que j’ai eu peur… Il y a quelques jours dans un rêve… Ma vie était en danger. Le meilleur livre que j’ai jamais lu… Les Cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini. Le meilleur film que j’ai jamais vu… All or Nothing de Mike Leigh, j’adore ce réalisateur. Dis-nous tout Pie Tsibanda Le meilleur album que j’ai jamais écouté… Barbara. Mon plus grand vice… Le café ! J’en bois trop. La chose la plus précieuse que je possède…. Les trois alliances que je porte autour de mon cou, jour et nuit. Celles de ma maman, de mon père et de ma sœur, tous trois partis. Le verre est à moitié vide ou à moitié plein… Plein ! Mon plus grand regret… J’en ai trop, je ne sais lequel choisir. J’aimerais que l’on se souvienne de moi comme… d’une combattante ! Ecrivain, psychologue, conteur congolais, sa parole autobiographique drôle et féroce nous raconte son exil forcé et le regard que souvent nous portons sur ceux que nous ne connaissons pas. Il sera à la Baie des Singes le 30 janvier. Ton film préféré ? Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu. Ton livre préféré ? J’ai apprécié les livres de Simon Wisenthal… Confie-nous un secret que tu n’as jamais dit à personne ? J’ai justement comme défaut d’être transparent ! Ma femme m’a souvent dit  : « Tu te trahis toi-même ». Quel est le meilleur conseil que tu aies jamais reçu ? Chercher à se rendre justice, voire à se venger fatigue plus que de passer l’éponge et de pardonner. C’est la tournée de Zap, qu’est-ce que tu prends ? De l’eau, hélas ! Quelle est ta friandise favorite ? Dommage, je n’ai plus la liberté de mes choix. Ton expression favorite ? « Il y a des choses qu’on ne peut voir qu’avec des yeux qui ont pleuré ». Si tu n’étais pas Pie Tsibanda, qui seraistu ? Un avocat, pour défendre les gens. Qu’est-ce qui te tient éveillé la nuit ? Un projet d’écriture. À quoi es-tu allergique ? Au mensonge, à la calomnie. Quelle est ton idée du paradis ? Repos du guerrier, repos mérité. As-tu une sale manie ? Oui, si j’ai une remarque à faire à quelqu’un, je le fais, plutôt que de la garder pour moi. Si tu étais Dieu quelles seraient les 3 premières choses que tu ferais ? - Je ferais en sorte que les biens de la terre soient repartis équitablement. - Je ferais en sorte qu’il n’y ait pas sur terre la souffrance, la maladie, la solitude. - Je veillerais à la paix sur la terre.
Interview Baya Medhaffar 20 ans, née en Tunisie, vivant à Paris depuis un an pour suivre des études de cinéma, Baya Medhaffar est l’actrice principale d’À peine j’ouvre les yeux, premier film de Leyla Bouzid qui nous conte les joies et les peines d’une jeune fille insoumise dans une société muselée par les interdits. De passage à Clermont au cinéma les Ambiances, elle s’est confiée à Zap. Comment vas-tu ? Bien, même si je suis loin de mon pays où il se passe beaucoup de choses... Je pourrais donc aller mieux. Ton actualité ? Je suis en promo pour le film À peine j’ouvre les yeux. J’ai signé avec une agence, donc j’ai un agent ! Et puis il y a les César le 26 février où je suis nominée dans la catégorie « Révélations 2016 ». Décris-toi en cinq mots ? Amour, Passion, Poésie, Folie et Ivresse. Ton disque préféré ? Dur de choisir, mais en ce moment j’écoute deux albums de System of a Down  : Mezmerize et Hypnotize. Ton film préféré ? Le film qui m’a marqué c’est Head- On de Fatih Akin et un autre qui m’a scotchée et me scotche encore, c’est un documentaire syrien  : Eau Argentée de Oussama Mohammad. Ton livre préféré ? Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. Un secret que tu n’as jamais dit à personne ? Je ne le dis pas trop, car ça ne me définit pas, mais mon grandpère était un homme politique important sous Madiba (Nelson Mandelandlr). Le meilleur conseil que tu aies jamais reçu ? De zapper les gens qui empêchent d’avancer. C’est la tournée de Zap, que prends-tu ? Un petit verre de vin rouge. Ta friandise favorite ? Les choux à la crème. Ton expression favorite ? Mes amis me disent que depuis que je vis à Paris j’ai apparemment pris l’accent parisien, avec son lot d’expressions, mais moi je ne m’en rends pas compte. Si tu n’étais pas toi, qui seraistu ? Je ne peux pas expliquer pourquoi, mais je serais Leos Carax. Qu’est-ce qui te tient éveillée la nuit ? Mes angoisses. À quoi es-tu allergique ? Au snobisme. Quelle est ton idée de l’enfer ? Dante. Et du paradis ? Ca ne m’évoque pas grandchose, si ce n’est tout ce qu’on fait à tort pour y arriver, à savoir la religion, les vierges, l’alcool qui coule à flot… à vrai dire je n’y crois pas trop. As-tu une sale manie ? La paranoïa. Si demain tu croises un bon génie qui te donne tous les pouvoirs, quelles seraient les trois premières choses que tu ferais ? Je répartirais les richesses de manière équitable, j’ouvrirais la culture à tout le monde, et ça serait déjà pas mal. Ta position vis-à-vis de ce qui se passe en Tunisie ? Je suis très optimiste par rapport aux jeunes qui font des choses incroyables, et pessimiste par rapport à la classe politique, à l’état qui est une institution à laquelle je ne crois plus beaucoup. Interviews Zap #144 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 1[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 2-3[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 4-5[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 6-7[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 8-9[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 10-11[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 12-13[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 14-15[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 16-17[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 18-19[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 20-21[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 22-23[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 24-25[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 26-27[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 28-29[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 30-31[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 32-33[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 34-35[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 36-37[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 38-39[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 40-41[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 42-43[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 44-45[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 46-47[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 48-49[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 50-51[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 52-53[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 54-55[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 56-57[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 58-59[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 60-61[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 62-63[Auvergne] Zap numéro 144 janvier 2016 Page 64