[974] La Réunion n°7 déc 12/jan à avr 2013
[974] La Réunion n°7 déc 12/jan à avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de déc 12/jan à avr 2013

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Conseil Général de La Réunion

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 4,2 Mo

  • Dans ce numéro : la magie de Noël au jardin de l'état.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Reportage le challenge des créateurs Encourager l’insertion des personnes en recherche d’emploi Avec plus de 120 000 demandeurs d’emplois dont 60% de jeunes, La Réunion est un des départements français les plus touchés par la conjoncture économique morose. Celle-ci perdure, s’aggrave conduisant notre île aujourd’hui vers une situation sociale particulièrement préoccupante. Compte tenu de ce contexte, il est certain que la question de l’emploi et de l’insertion reste plus que jamais, une des priorités du Conseil Général, malheureusement aux premières loges pour vivre l’aggravation de la situation sociale dans l’île. Notre politique est active, les dispositifs mis en place sont nombreux pour aider les Réunionnais à construire un parcours de vie et à s’épanouir socialement. C’est ainsi, que 180 millions d’euros annuels d’investissements sont mobilisés sur des secteurs viviers immédiats d’activités économiques et d’emplois, à travers la mise en œuvre du « plan départemental pour l’insertion des Réunionnais ». En tant que chef de file des politiques d’insertion, le Conseil Général a voté en 2012 une enveloppe de 50 millions d’euros permettant : - le financement des Contrats aidés, - l’octroi de subventions aux associations intervenant dans le cadre de l’économie sociale et solidaire, - le financement d’actions pour encourager la mobilité professionnelle, - le financement d’actions pour favoriser l’insertion des jeunes, - le financement d’actions pour développer la création d’entreprise. Inciter à la création d’entreprises est une des réponses pour générer de l’activité car c’est un levier, porteur d’emplois. Notre objectif est de soutenir des projets structurants pour le développement du territoire réunionnais. Pour ce faire, il est essentiel de redonner confiance aux Réunionnais, de les valoriser et de les encourager, parce que les richesses existent, parce que les volontés sont réelles et parce que les projets sont nombreux. Une des actions fortes et pérennes mise en place par le Conseil Général, avec le partenariat du réseau Point Chances, le Pôle Emploi Réunion-Mayotte et le Conseil Régional de l’Ordre des Experts Comptables (CROEC), est le Challenge des Créateurs. Ce concours est destiné aux personnes en difficulté sociale. Il sélectionne les projets les plus originaux et les plus viables, ceux qui valorisent les ressources locales et qui seront, à termes, créateurs d’emplois. Les lauréats se voient ainsi récompensés d’un prix d’un montant de 8 500 €, dont 7 000 € du Conseil général, 500 € de Pôle Emploi et 1000 € du CROEC. C’est véritablement une réponse pour encourager la solidarité économique et la création d’emplois. Chaque année, plusieurs centaines de dossiers sont déposés, ce qui traduit un dynamisme et une créativité certaine, Même si le contexte économique est difficile, à travers ce challenge, il s’agit de montrer le dynamisme de La Réunion et mettre en avant l’esprit d’initiative. Cette année, ce concours a soufflé sa 15ème bougie. Depuis sa création, il aura récompensé 58 créateurs d’entreprises dont 49 sont encore en activité aujourd’hui. C’est la reconnaissance de richesses humaines, porteuses aujourd’hui de valeurs plus qu’essentielles. Le Rendez-vous 8 citoyen.
Interview Gérard Rangama, 45 ans, gérant de « soleil créole » et lauréat du prix de l’innovation du Challenge des créateurs en 2009 « 1/Pouvez-vous nous retracer votre parcours ? Diplômé d’un BTS de management des unités commerciales, j’ai travaillé pendant plus de 20 ans dans l’agroalimentaire et la grande distribution. Originaire du Chaudron, je me suis toujours beaucoup impliqué, parallèlement, dans la vie associative en accompagnant les jeunes à travers des actions socioéducatives. Après une période de chômage, j’ai décidé de créer mon entreprise en m’appuyant sur ces jeunes, car beaucoup d’entre eux sont motivés et ont besoin d’un travail. C’est ainsi que « soleil créole » a vu jour. Notre activité est basée sur la transformation et la création de produits agricoles (confitures, achards, plats cuisinés,…). Une cinquantaine de producteurs locaux travaille avec nous. « 2/Que pensez-vous du challenge des créateurs ? Corinne Payet, 32 ans, gérante de « La Réunion de Chloé » et lauréate du prix de l’insertion du Challenge des Créateurs 2012 Qu’est ce qui vous a donné l’envie de prendre le pari d’entreprendre ? Depuis que mes enfants sont entrés à l’école, j’avais envie de retrouver un emploi. J’ai donc commencé à regarder les offres mais je n’ai rien trouvé d’intéressant. Je me suis donc dit que le seul moyen de m’en sortir et de trouver un emploi qui me correspond serait de créer ma propre entreprise. Je me suis donc lancée dans cette aventure avec « La Réunion de Chloé ». Comme une diplômée des sciences médico-sociales se retrouve-telle à la tête d’une entreprise de verrerie d’art ? C’est grâce à la formation dispensée par la chambre des métiers et de l’artisanat de Saint-Gilles. Mais à l’origine, ce n’est pas ce que je voulais faire. Lorsque je me suis décidé à faire cette formation, c’est la bijouterie-fantaisie qui m’intéressait. Mais je n’ai pas été sélectionnée pour cette formation mais j’ai été reçue à celle de verrerie d’art. J’ai vécu cela comme un échec mais j’ai quand même suivi cette formation. Et j’ai eu raison ! Qu’est ce qui a été le plus difficile pour concrétiser ce projet ? Le plus difficile, c’était de se faire entendre et de pouvoir acheter l’équipement adéquat pour exercer son métier. Heureusement, j’ai pu être accompagnée par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat ainsi que par l’ADI tout au long de ma création d’entreprise et j’ai pu avoir un micro-crédit qui m’a permis d’acheter les outils indispensables au démarrage de mon activité. Le challenge des créateurs m’a donné un vrai coup de pouce. Cela a permis de faire connaître « soleil créole ». Ce challenge valide une idée et la pertinence d’un projet. La création d’entreprise doit être encouragée. Le Conseil Général s’y emploie et c’est bonne chose. Notre jeunesse doit s’approprier le tissu productif local en tant que collaborateur et non pas uniquement qu’en tant que consommateur. 4/Avez-vous pu vous-même embaucher des jeunes ? En 2008, nous étions 3. Actuellement, 20 personnes travaillent à « soleil créole », qui a d’ailleurs reçu l’agrément d’entreprise d’insertion. Le savoir-faire s’acquiert ; seuls comptent la volonté et la motivation. Certains jeunes qui débutent chez nous sont illettrés. Nous leur apprenons à lire et à écrire. On leur fait passer le permis de conduire. Notre économie doit servir les jeunes et pas le contraire. Je crois beaucoup en la Réunion, à son développement, aux produits de notre île. Créer une entreprise, c’est un risque qu’il faut savoir mesurer. « Soleil créole », c’est un bon galop d’essai. Tant pis si je perds. L’essentiel c’est d’avoir pu former des jeunes, qui pourront chercher d’autres possibilités et se reconvertir. 5/60% des jeunes Réunionnais sont au chômage. Quels conseils donneriez-vous à nos jeunes, parfois désorientés et en recherche d’emploi ? Chacun doit prendre son destin en main en faisant ce qu’il aime. Les employeurs doivent être plus solidaires. En bref, nous devons faire preuve d’intelligence collective. Chacun doit aussi se contenter de ce qu’il a. C’est un état d’esprit à avoir à l’échelle de la société. L’esprit d’entreprenariat est plus que jamais d’actualité. 6/Que pensez-vous de la situation économique de La Réunion ? Les difficultés sont grandissantes dans l’île. Nous devons rattraper notre retard en prenant des initiatives au niveau de l’entreprenariat, à la recherche. Il faut que La Réunion se positionne sur des secteurs de pointe qui créent de l’emploi. Des jeunes créateurs d’entreprises surgissent des masses populaires. Cette tendance doit continuer à s’accentuer. C’est la création de petites entreprises innovantes qui donneront de l’emploi aux jeunes. C’est essentiel pour notre île. Nous devons former et professionnaliser nos jeunes Vous venez d’être récompensée du prix de l’Insertion du 15ème Challenge des Créateurs. Qu’est ce que cela signifie pour vous ? Ce prix me conforte dans l’idée que tout le chemin qui a été parcouru jusque là n’a pas été fait pour rien. Mes efforts ont été récompensés et j’en suis très fière. Désormais, grâce au prix attribué par le Conseil Général et ses partenaires, je pourrai vraiment commencer à travailler et à embaucher. A ce propos, quels sont vos projets ? En premier lieu, je vais acquérir un four professionnel pour mieux travailler mes produits. Je souhaite également utiliser des produits recyclés pour mes créations. Je veux aussi développer un de mes produits, les langues du Piton de la Fournaise sous la forme de plats ou d’objets de décoration. Je souhaite aussi œuvrer pour l’insertion des jeunes en proposer des ateliers d’initiation à la verrerie d’art. J’envisage même de propose à quelques jeunes une formation auprès d’un professionnel, meilleur ouvrier de France. Enfin, à plus long terme, je voudrais embaucher 2 ou 3 jeunes en contrat d’apprentissage. Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui hésitent encore à ouvrir leur entreprise ? Il ne faut pas hésiter ! Ne pas hésiter à bâtir son projet et à pousser des portes pour obtenir des aides ou des formations. Lorsque j’ai ouvert mon entreprise, je n’avais que des baguettes de verre comme seul outillage. Mais avec mes économie, j’ai pu m’équiper, acheter un four, un chalumeau et ainsi véritablement démarrer mon activité. Quand on veut, on peut ! Le Rendez-vous 9 citoyen.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :