[95] Val d'Oise n°9 jan/fév 2017
[95] Val d'Oise n°9 jan/fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de jan/fév 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,1 Mo

  • Dans ce numéro : le choc des dépenses sociales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
ET AILLEURS LE CROWDFUNDING, UNE SOLUTION CITOYENNE ? par Joël Godard Même en France, l’anglicisme a balayé les appellations comme financement participatif ou appel aux dons. Pour les artistes ou les entrepreneurs, c’est une manière supplémentaire de lever des fonds, en impliquant les financeurs. Le mot crowdfunding aurait été utilisé pour la première fois en août 2006. Mais sous ses autres appellations, le phénomène a d’illustres précédents. La plus connue est la statue de la liberté que la France avait offerte aux États-Unis. Ni la ville de New York ni le Congrès ne voulaient prendre en charge les travaux du socle. C’est la campagne d’un journal qui draina une multitude de contributions financières jusqu’à réunir 100 000 dollars. « Le crowdfunding, ce n’est pas que collecter des fonds. C’est faire naître quelque chose avec une foule de gens qui croient en ce quelque chose. » Aujourd’hui, cette forme de sollicitation bénéficie de toutes les possibilités des technologies numériques. Des centaines de plateformes se sont créées pour relayer les projets. Les principales sont les américaines Kickstarter, Indiegogo, ou d’origine française Ulule, KissKissBankBank. Créée en 2009, la première a dépassé en 2016 les 100 000 projets financés par plus de 9 millions de personnes qui ont apporté plus de 2 milliards de dollars. Alors que la crise financière 36. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental rendait le crédit plus difficile, le crowdfunding a donné accès à d’autres ressources. On parle ici des formules utilisées par les entreprises, celles qui consistent en prêt (crowdlending) ou en prise de participation (equity based) ; et parfois facilement. Pour son application à venir de gestion de compte bancaire, Mondo, startup anglaise, a battu le record de vitesse en récoltant 1,3 million d’euros en 96 secondes ! Mais dans le monde de l’économie, beaucoup de projets ne récoltent pas les fonds espérés. Mais « le crowdfunding, ce n’est pas que collecter des fonds. C’est faire naître quelque chose avec une foule de gens qui croient en ce quelque chose » assure Jozefien Daelemas créatrice d’un magazine. Ce crowdfunding-là consiste en don d’argent, avec éventuellement une contrepartie, comme le CD du musicien qu’on aura aidé à produire. Mais le désintéressement est d’abord nécessaire ou plutôt « l’investissement émotionnel », comme dit Vincent Ricordeau, un des fondateurs de KissKissBankBank  : « les donateurs ou prêteurs marchent à l’empathie et à la solidarité. » Alors, il n’y a plus de limites à l’originalité du projet ni aux chances de succès. Ainsi Zack Danger Brown. Ce jeune Américain ne demandait que 10 dollars mais il en a récolté 55 000 dollars pour réaliser… sa salade de pommes de terre !
Le crowdfunding, nouveau producteur de jeunes talents. La collecte sur les plateformes françaises de crowdfunding poursuit une forte croissance, passant de 152 millions d’euros en 2014 à près de 300 millions d’euros en 2015. (source barometre-du-crowdfunding-2015) EN PLUS ET CHEZ NOUS ? LES VALDOISIENS ONT DES IDÉES La start-up Prêt à Pousser a créé en 2013 des kits à champignons d’où sortent des pleurotes, puis, en 2016, LILO, un kit pour faire pousser des herbes aromatiques. La campagne de financement participatif pour développer ce nouveau produit a rapporté 171.000 euros à Prêt à pousser qui en demandait 50.000. Objectif triplé ! « Installé dans une de nos pépinières, Prêt à pousser a bénéficié des dispositifs de soutien du Département. Ses fondateurs sont issus de l’ESSEC. Son remarquable développement actuel, dont il faut les féliciter, montre aussi la valeur de l’écosystème valdoisien, au bénéfice des entreprises et de l’emploi. » Anthony Arciero Conseiller départemental en charge de l’emploi La plateforme des plateformes tousnosprojets.fr, mis en place par Bpifrance, regroupe les projets de 38 plateformes de don, prêt et investissement. Le moteur de recherches vous permet de trier par thème ou par code postal. Voyez ceux du 9-5 ! Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :