[95] Val d'Oise n°9 jan/fév 2017
[95] Val d'Oise n°9 jan/fév 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de jan/fév 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,1 Mo

  • Dans ce numéro : le choc des dépenses sociales.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 26 - 27  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
26 27
DOSSIER DÉPENSES SOCIALES Le Val d’Oise offrait début 2016 plus de 9800 places d’hébergement pour les personnes âgées répartis dans 119 établissements (81 EHPAD, 36 foyers-logements et 2 EHPA). Un chiffre en progression avec notamment l’ouverture du nouveau pavillon Langumier à Montmorency. 26. Le Val d’Oise tient le cap Malgré les coups de boutoir de l’Etat contre les Départements, c’est-à-dire contre les populations les plus fragiles qu’ils accompagnent, leur rôle de chef de file de l’action sociale ne faiblit pas. A force d’économies, le Val d’Oise a préservé ses missions. Mais l’ingéniosité a ses limites et une réforme profonde est attendue par les Départements. Ayant hérité en 2011 d’une dette colossale, confronté à une crise qui a multiplié le nombre de demandeurs d’emplois et d’allocataires du RSA, le Val d’Oise a été dans les premiers à constater la dégradation budgétaire et à réagir en conséquence. Toutes les économies possibles ont été identifiées et mises en œuvre. Cela représente 70 millions d’euros ; c’est considérable eu égard aux rares Christophe Guilluy Géographe, au congrès de l’Assemblée des Départements de France, où il a présenté un Atlas des départements VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental domaines qui échappent aux dépenses contraintes par les compétences obligatoires. Le recours à l’emprunt a été limité et la dette stabilisée. Elle avait augmenté de 60% en 3 ans, sous l’exécutif précédent. Elle dépasse le milliard d’euros. Le Val d’Oise fi gure toujours en bonne place dans les classements établis sur le critère du service au coût maîtrisé. Par exemple, dans celui de l’IFRAP, fondation qui veut éradiquer les Départements au motif notamment de la disparité de leurs coûts. EN PLUS « Il faut se battre pour le Département. C’est le dernier échelon visible de la France des invisibles qui peut répondre à une question qui n’est ni sociale ni économique mais qui est une question de cohésion nationale. »
Dans son étude de mars 2015, « Départements, la gestion passée au crible », on voit que le Val d’Oise est cinquième après la Moselle, les Yvelines et le Bas et le Haut-Rhin en charges de personnel rapportées à la population. Avec, alors, 3,4 agents pour 1000 habitants, le Val d’Oise était loin des 10,9 de la Corse du Sud. Les élus, qui sont à l’origine de cette gestion responsable, l’ont appliquée à eux-mêmes, en votant une diminution de leurs indemnités de 9%. Mais il a fallu aussi mettre les Valdoisiens à contribution à travers la taxe foncière. Simplifier et innover À côté des formules éprouvées comme la mutualisation des moyens sur des opérations communes, par exemple celles de l’association Axe Seine, le Val d’Oise explore de nouvelles pratiques et exploite de nouveaux savoirfaire au profit du service aux usagers. L’innovation est mise à contribution par le Département, y compris dans l’action sociale. Le Val d’Oise a été précurseur dans ce domaine avec le recours au design de service pour la conception de la MDPH (Maison départementale enlevés par l'État à la charge des aux personnes collectivitéshandicapées). La des place régions centrale sur accordée la période aux 2015-2017 attentes des usagers se traduit 11 milliard d'euros AU BUDGET DU VAL D’OISE EN 2016 112,7 millions d’euros pour l’enfance « Vous avez besoin de financements pérennes qui vous permettent d’avoir des perspectives. » -1,35 milliard finalement ici par une réduction de 40% des délais d’instruction des dossiers. La méthode a été utilisée avec le même succès pour l’offre de santé des jeunes dont l’absentéisme aux rendez-vous a pu baisser de 50%. Le gaspillage alimentaire dans les restaurants scolaires a été réduit de 25% sur certains produits. Autant de simplifications concrètes qui ont amélioré le service rendu sans augmenter son coût, voire l’ont réduit. 94,8 millions d’euros pour les personnes âgées GÉRARD LARCHER, président du Sénat Depuis 2011, le Département construit ainsi un écosystème de l’innovation reconnu à l’échelon national en 2016 à travers le prix du Manager de l’année, dans la catégorie Innovation participative, attribué à son directeur général des services. Les opérations MicroDon en novembre sont une formule originale pour soutenir les projets de solidarité des associations. Faisant preuve tous les jours de cette capacité à mieux répondre aux évolutions de la société et aux attentes des citoyens, les Départements veulent aujourd’hui sortir du rôle de simple financeur. L’ADF appelle à une véritable réforme institutionnelle permettant d’adapter les réponses à la variété des situations locales au-delà d’un socle national commun. C’est d’autant plus légitime que l’égalité de traitement nationale n’existe -3,49 pas. milliards Le rapport 2016 de l’Observatoire national de l’action sociale pointe les disparités importantes entre Départements à la chargeinégalement supportés couverts par le bloc de des leurs départements dépenses de RSA par l’État, communal 142 millions d’euros pour les personnes handicapées MDPH -6,16 milliards (35 800 communes) de moins de 50% à plus de 75%. « Or aucune corrélation, ajoute l’ODAS, n’a pu être observée entre le taux de couverture et le taux de pauvreté des Départements. En d’autres termes, les Départements les plus précarisés ne sont pas forcément ceux pour lesquels l’effort de l’État est le plus important. » 209,4 millions d’euros pour l’insertion Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.27



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :