[95] Val d'Oise n°8 nov/déc 2016
[95] Val d'Oise n°8 nov/déc 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de nov/déc 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 7 Mo

  • Dans ce numéro : vive les associations.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
L’INVITÉ Clovis Cornillac Un vrai chef
« Je suis quelqu’un de très ancré dans la réalité mais j’aime les histoires folles. » Les Lyonnais sont irrésistibles. A fortiori, quand ils ont la carrure de Clovis Cornillac. A défaut de servir une carrière de boxeur, comme il l’imaginait ado, son allure lui a valu d’abord des rôles de voyou ; à l’instar de son premier film, Hors la loi. Et son tatouage de lion (l’emblème de sa ville de naissance mais aussi son signe astrologique) sur le biceps date d’un temps où les « people » n’en avaient pas encore fait un accessoire de mode. Mais aujourd’hui, avec une centaine de films et une cinquantaine de pièces de théâtre à son actif, il peut revendiquer une palette incomparable de personnages, du Mahâbhârata de Peter Brook à Astérix, et de Tchekhov ou Marlowe à Brice de Nice, où il est Marius, le compère de Jean Dujardin. S’il avait d’abord hésité à endosser la tenue d’un chef pour la série homonyme de France 2, les audiences, à 4 millions de spectateurs, ont vite montré la pertinence de son choix. La cuisine est le thème de multiples émissions mais là elle devient le ressort d’une fiction intense. La sourde violence de la brigade de cuisine du Paris, le restaurant de Chefs, est digne de la mythologie des Atrides  : amour, jalousie, trahison… La saison 2, en cours de diffusion, s’annonce avec de la vengeance au menu. L’air sombre et la veste noire du chef tyrannique en augurent bien. Pour le film Un peu, beaucoup, aveuglément en 2015, Clovis Cornillac est passé à la réalisation, « pas par envie, mais par besoin ». C’était devenu une obsession pour lui qui se dit « tombé amoureux » du métier de réalisateur. Même si le côté démiurge — « assumer tous les recoins » d’un film — l’amuse, il a surtout l’ambition de dépasser le cahier des charges du genre, faire rire dans une comédie ou faire peur dans un thriller, pour donner aux spectateurs l’occasion de réfléchir à leur propre vie. Clovis Cornillac a eu cette double casquette d’acteur et de réalisateur dans la nouvelle saison de Chefs. Il a dirigé la moitié des épisodes, dont une partie a été tournée dans le Val d’Oise. Il y a également dirigé sa mère, Myriam Boyer. Clovis Cornillac nous promet des rebondissements dignes d’un polar. On s’en délecte d’avance. Clovis Cornillac en 3 lieux EN PLUS Le Val d’Oise des tournages de Clovis Cornillac La filmographie de Clovis Cornillac dresse la carte des multiples sites valdoisiens choisis par les réalisateurs  : Theuville pour les Brigades du Tigre, où il incarne le commissaire Valentin ; la base aérienne de Taverny pour Les Chevaliers du ciel ; l’ex centrale de Champagne-sur-Oise censée être une usine de Marseille Dans la tourmente et le sanatorium d’Aincourt pour l’affrontement final du Serpent ; et diverses routes départementales pour Faubourg 36, La Grande Boucle ou Chefs. Photographies  : Christophe Charzat/FTV/CALT 1 site Le stade de football de Lyon. Clovis Cornillac est supporter de l’OL. 1 ville Paris, le nom du restaurant qu’il dirige dans Chefs 1 région Le pays des Miao en Chine où il a séjourné pour l’émission Rendez-vous en terre inconnue Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :