[95] Val d'Oise n°7 sep/oct 2016
[95] Val d'Oise n°7 sep/oct 2016
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de sep/oct 2016

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,2 Mo

  • Dans ce numéro : attractivité des territoires.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
ÇA FAIT DÉBAT EN PLUS Un peu plus sur Valérie Pécresse Née un 14 juillet, Valérie Pécresse, diplômée de HEC et de l’ENA, s’est consacrée au service public. Elle a occupé notamment les fonctions de ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche en 2007 et de ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État. Conformément à ses engagements de non cumul, elle a quitté ses fonctions de députée des Yvelines pour se consacrer uniquement à son mandat de présidente de la région Ile-de-France, suite aux élections de décembre 2015. Avant les élections, elle avait démissionné de la fonction publique. 18. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental Comment se passe l’année 2016 alors qu’il a fallu construire des budgets soumis aux baisses des dotations de l’État ? Valérie Pécresse  : Pour cette année, l’Etat prive la Région Ile-de-France de 140 millions d’euros mais ce n’est pas la seule difficulté dont j’ai hérité. Il y a aussi la dette qui a explosé depuis 2010, plus 53%, et l’ardoise du Pass Navigo unique, mise en œuvre l’année dernière juste avant l’élection sans financement correspondant, qui nous oblige à trouver 300 millions d’euros. Pour redresser la situation, j’ai décidé d’un plan d’économies drastiques sur les dépenses de fonctionnement de 120 millions, en recentrant la Région sur ses compétences majeures. De l’autre côté, nous privilégions résolument les investissements  : plus 4,6%, qui concernera notamment les transports (en hausse de 9%), l‘éducation (+ 6%), la sécurité (dont les crédits vont tripler), … Arnaud Bazin  : Dans une configuration similaire d’endettement insupportable, nous avons appliqué dans le Val d’Oise, depuis notre retour aux responsabilités en 2011, exactement les principes que Valérie Pécresse met aujourd’hui en œuvre à la Région  : Les habitants de la Grande Couronne ont été maltraités par la politique des transports publics durant des années. Matériel roulant vétuste, insécurité, ponctualité oubliée, difficultés d’accessibilité… la « révolution » des transports doit changer leur quotidien. Valérie PÉCRESSE Présidente du conseil régional d’Ile-de-France économies, recentrage et sauvegarde des investissements. Mais nous devons en outre supporter une hausse constante des dépenses sociales transférées par l’Etat et non compensées. En début d’année, le Premier Ministre avait annoncé des mesures. Finalement ça consistait à tuer les Départements ; belle solution ! Nous sommes toujours dans l’impasse sur ce problème. Quelles sont les dernières réalisations soutenues par la Région dans le Val d’Oise ? A. B.  : Ces derniers mois, nous avons inauguré ensemble le tronçon du BIP Est, à Gonesse et Bonneuil-en-France, et ensuite les travaux à la Tête du pont de Bezons sur la RD 311. Près d’une trentaine de millions d’euros de budget au total financés à parité par le Département et la Région. Nous nous retrouverons dans quelques semaines pour l’inauguration de la ligne de Bus à haut niveau de service, la Ligne 20 qui relie le RER D, à Villiers-le-Bel, et le RER B, au Parc des Expositions. V. P.  : Sur les transports, je pourrais ajouter au bénéfice des Valdoisiens le prolongement en 2022 du RER E, Eole, entre Saint-Lazare et Mantes-la-Jolie, qui soulagera le RER A. Ou encore
Des projets labellisés Grand Paris comme la forêt à planter sur la plaine de Pierrelaye – Bessancourt ou EuropaCity ne peuvent qu’apporter une attractivité supplémentaire à notre territoire. Arnaud BAZIN Président du conseil départemental du Val d’Oise les 700 rames neuves ou rénovées pour l’ensemble des lignes RER et transilien d’ici 2021, et un renforcement de l’offre de bus en grande couronne avant la fin de l’année. Ma présence aux événements mentionnés à l’instant par Arnaud Bazin est une manière d’affirmer l’engagement de la Région pour améliorer le quotidien des Franciliens. Est-ce aussi une reconnaissance de l’importance de nos territoires dans le Grand Paris ? V. P.  : Mon discours de la séance inaugurale du nouveau conseil régional avait rappelé ma position sur deux points  : « aucun territoire de l’Ile-de-France ne doit plus se sentir oublié » et « Paris ne peut se construire sans la banlieue, ni contre la banlieue. » Avec un budget de près de 5 milliards d’euros et des compétences majeures en matière de transport, d’enseignement (les lycées), de développement économique, de logement, la Région a vocation à représenter l’ensemble des Franciliens. C’est ainsi que nous avons lancé au printemps un appel à projets innovants de développement urbain et rural à l’échelle du Grand Paris. Le Grand Paris, c’est la région ! A. B.  : Dans ce cadre, Valérie Pécresse et moi-même considérons qu’il est inutile et même contreproductif d’avoir ajouté un échelon territorial supplémentaire, un cinquième, celui de la métropole. La métropole regroupe Paris et la Petite Couronne, excluant la plus grande partie de la population francilienne. En revanche, des projets labellisés Grand Paris comme la forêt à planter sur la plaine de Pierrelaye – Bessancourt ou EuropaCity ne peuvent qu’apporter une attractivité supplémentaire à notre territoire. Photographies  : Neway Partners Quels autres grands projets vous semblent-ils les plus importants pour la décennie 2020 – 2030 ? V. P.  : Evidemment les deux grands projets qui ont l’Ile-de-France comme périmètre principal, l’un par nécessité, l’autre par choix. J’ai nommé les JO 2024 et l’exposition universelle de 2025, ExpoFrance. Pour les JO « Paris 2024 », n’oublions pas que la moitié des sites est hors de Paris à commencer par le stade de France. Concernant plus précisément le Val d’Oise nous soutenons le projet EuropaCity, mais avec une grande vigilance, en particulier sur les conditions d’accès à l’emploi pour les habitants du département. A. B.  : Le Département n’est pas moins attentif que la Région à la question de l’emploi ; surtout dans un territoire où le pourcentage des minima sociaux est le plus élevé. C’est pourquoi il faut voir l’implantation d’EuropaCity comme une chance. Qui aurait l’indécence de refuser un projet de plus de 10 000 emplois ? Nous regardons avec intérêt tout ce qui peut susciter de l’activité ici. Le Val d’Oise a été le premier Département à s’associer au projet d’exposition universelle évoqué par Valérie Pécresse. Il permettrait d’avoir peut-être un des sites dans le Val d’Oise. Sa conception, avec un anneau francilien et non plus exclusivement parisien, donnerait une visibilité bienvenue à nos territoires. Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :