[95] Val d'Oise n°5 mai/jun 2013
[95] Val d'Oise n°5 mai/jun 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mai/jun 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 22,1 Mo

  • Dans ce numéro : budget 2013... protéger les Valdoisiens... préparer l'avenir.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Rencontres christiaN Niard, machiniste receveur à la RAtP Val dOisieNNes aux commandes du t5 d epuis quelques mois, la fin des travaux lourds d’aménagement et de construction de la ligne du T5 a laissé place aux essais techniques des rames et à la formation des conducteurs. « Conduire un tramway nécessite rigueur, vigilance mais aussi un bon sens du relationnel », témoigne Christian Niard. Agent RATP depuis 25 ans, il fait partie des 82 conducteurs de bus formés à la conduite du nouveau tramway. « Ma mission est de transporter les gens sur leur lieu de travail ou de faciliter leurs déplacements. Je suis impatient de conduire le T5 parce que c’est vraiment génial de se dire qu’on va pouvoir améliorer le quotidien de milliers de personnes. » Les usagers bénéficieront, dès l’automne, du confort du premier tramway sur pneus en Île-de-France. « Très silencieux et accessible à tous, il permet une bonne adaptation au tracé. Et question pilotage, la conduite est agréable, souple et fluide. » Dans sa loge de conduite, il y a un tableau de bord bénéficiant d’une ergonomie innovante, conçue pour assurer une sécurité optimale des usagers et un confort de conduite : « Le tramway s’arrête automatiquement quand je relâche ce bouton plus de trois secondes ». Au-delà d’être un moyen de transport sûr et écologique, le tramway offre aussi un nouveau cadre de vie aux riverains. Aux abords du tramway, le conseil général du Val d’Oise, qui a consacré à ce chantier majeur un budget de 32,2 millions d’euros, a repensé l’espace urbain afin d’assurer la sécurité et la mobilité des piétons, cyclistes et automobilistes : élargissement des trottoirs, création de pistes cyclables et aménagement des stationnements. 30 Val d’Oise #05/MAI - JUIN 2013 Voir l’interview de Christian Niard sur valdoise.fr À saVOir Longue de 6,6 kilomètres, la ligne du tramway T5 desservira, en moins de 22 minutes, 16 stations, de la gare de Garges-Sarcelles à Saint-Denis, en offrant de nouvelles correspondances. Quatre partenaires financent l’opération du tramway pour un montant de 163 millions d’euros : la RATP est maître d’ouvrage coordonnateur, le STIF finance le matériel roulant, et les conseils généraux du Val d’Oise et de la Seine-Saint-Denis, en tant que maîtres d’ouvrage, réalisent, sur leur territoire, les aménagements de voirie qui permettent l’insertion du futur tramway.
À saVOir COMMENT DEVENIR ASSISTANT(E) FAMILIAL(E) ? • Il faut déposer une demande d’agrément auprès du service de Protection maternelle et infantile (PMI) le plus proche de son domicile ou au conseil général du Val d’Oise.• La PMI évalue les demandes au regard de critères tels que l’espace d’accueil, la disponibilité, les capacités éducatives…• Les titulaires d’un agrément, délivré par le président du conseil général, adressent leur candidature au service départemental d’accueil en famille, 2, avenue de la Palette, 95024 Cergy-Pontoise Cedex. Patricia lissOrgue, assistante familiale aider les enfants à grandir a près avoir été assistante maternelle, Patricia Lissorgue a opté pour la fonction d’assistante familiale. « En ayant les enfants 24 heures sur 24, assure-t-elle, une assistante familiale joue un plus grand rôle dans l’évolution des enfants qu’on lui confie. C’est une vraie responsabilité. » Patricia a un agrément pour quatre enfants. Cet engagement ne peut être que familial ; son mari et ses trois enfants, jeunes quand elle a commencé, ont accepté et partagé son choix. « Avec neuf personnes à la maison, il faut avoir le sens de l’organisation ! », ironise-t-elle en souriant. « Les enfants qui nous sont confiés ont généralement leurs parents. Nous ne nous substituons pas à eux. Il faut trouver le juste équilibre entre la dimension professionnelle et affective. » La professionnalisation s’est affirmée depuis les années 2005-2007 et Patricia Lissorgue l’a appréciée : elle intervient elle-même auprès des assistantes familiales débutantes, qui reçoivent 300 heures de formation. « Je ne suis pas isolée, je fais partie d’une équipe. Mon rôle d’encadrement, les contacts avec le référent de l’enfant sont très importants, notamment pour apprendre à gérer les situations plus difficiles. En quinze ans, j’ai connu de très belles relations, avec des enfants et avec des professionnels. J’espère avoir pu faire de même pour eux. » 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :