[95] Val d'Oise n°4 mar/avr 2013
[95] Val d'Oise n°4 mar/avr 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de mar/avr 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (211 x 266) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 18 Mo

  • Dans ce numéro : nos actions pour mieux se loger.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Dossier lOge MeNt lOgeMeNts sOciauX améliorer la qualité de vie la perception de l’habitat ne s’arrête pas à la porte du logement. Le cadre extérieur, celui de l’immeuble ou celui du quartier, participe de l’appréciation du cadre de vie. Les bailleurs sociaux ont ainsi engagé la résidentialisation de leurs programmes anciens. La résidentialisation désigne tous les travaux, surtout extérieurs, d’aménagement du logement social qui en améliorent la qualité résidentielle. Par exemple, aux Frances à Montigny-lès-Cormeilles, Val d’Oise Habitat a déjà réalisé la plantation de 250 arbres et 35 000 arbustes. D’autres opérations sont en cours à Bruyères-sur-Oise, à la Croix dorée, ou aux rougettes à Cergy, qui modifient les espaces pour la satisfaction des locataires. De plus grande envergure encore, sont les opérations inscrites dans les programmes retenus par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (AnrU). Plusieurs quartiers de garges-lès-gonesse – la Muette, les Doucettes ou Dame-Blanche –, sont concernés. à la Muette, au-delà de la construction de nouveaux logements, il s’agissait de désenclaver le quartier en ouvrant de nouvelles voies. Six ont été créées. Le remplacement des barres d’immeubles par de petits îlots et des pavillons s’est accompagné de mixité sociale. Les équipements communaux ont bénéficié du même traitement. Le conseil général apporte 14,5 millions d’euros aux différents programmes de la ville, dont 2,9 pour les réhabilitations, résidentialisations, et constructions du quartier de la Muette. Voir le diaporama sur valdoise.fr iNter VieW Georges Mothron, vice-président du conseil général en charge du développement urbain et du logement fédérer tous les acteurs Le Val d’Oise est le premier département francilien à réaliser un Plan de l’habitat. Que représente l’élaboration d’un tel plan ? C’est l’affirmation de la priorité reconnue à cette question par le conseil général. Les acteurs du logement sont nombreux et leurs objectifs multiples. Il n’est pas facile de les rassembler tous, mais leur diversité est une garantie de la richesse du plan, car nous devons prendre en compte toutes les formes d’habitat, tant privé que social, dans une perspective de mixité et de développement de l’offre. Il faut rappeler que le logement est une compétence de l’état, mais il revient au Département d’intervenir sur la base de ses responsabilités sociales. nous avons l’ambition de fédérer tous les acteurs avec ce plan. Quartier de la Muette à Garges-lès-Gonesse. 14 Val d’Oise #04/MARS 2013
NOUS DEVONS pRENDRE EN COMptE tOUtES LES fORMES D’HAbItAt, tANt pRIVÉ qUE SOCIAL, DANS UNE pERSpECtIVE DE MIxItÉ Et DE DÉVELOppEMENt DE L’OffRE. Dans ce cadre, quelle est la place de Val d’Oise Habitat ? Val d’Oise Habitat est le bailleur social du conseil général. Ce dernier en assure la présidence. Depuis 2011, j’ai été chargé de cette responsabilité, qui correspond à mon domaine de compétence comme vice-président du conseil général. J’ai toujours été sensible à la question du logement et j’ai souhaité renforcer l’action menée par Val d’Oise Habitat vis-à-vis de ses locataires. Il faut maintenant donner à cet organisme les moyens de sa croissance pour que, tout en restant à taille humaine, il dispose d’une vraie capacité d’action. Là encore, c’est une affirmation politique forte de l’exécutif en responsabilité du Département. Avec le Plan départemental, le conseil général s’adresse aux acteurs du logement ; avec VOH, il agit directement auprès des Valdoisiens. Quelle est l’action du conseil général dans le développement urbain ? La loi d’orientation sur la rénovation urbaine, d’où sort l’AnrU, aura dix ans en août 2013. quinze villes du Val d’Oise ont bénéficié de ces programmes considérables que le conseil général a fortement soutenus, car ils visaient la réduction des inégalités. Le conseil général a accordé à ces communes des financements supplémentaires. Il faut des programmes de cette ampleur pour changer les villes. Ainsi, la loi du grand Paris a fixé les objectifs de production de logements à 70 000 par an pour l’Île-de-France, dont 6 000 pour le Val d’Oise. Comme pour les autres projets du grand Paris, il y a là des conditions majeures du développement du Val d’Oise. Face à l’état, le conseil général ne les abandonnera pas. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :