[95] Val d'Oise n°3 jan/fév 2013
[95] Val d'Oise n°3 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 17,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'Asie plus proche du Val d'Oise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Libre expression grOuPe de la MaJOrité déParteMeNtale uNiON POur le Val d’Oise (uVO) une politique volontariste et ambitieuse au service de l’emploi des Valdoisiens La baisse du chômage ne se proclame pas, elle se prouve et se construit. L’état est le premier responsable des politiques économiques et de l’emploi. C’est à lui qu’il revient de créer un environnement législatif et fi scal favorable à la création, au maintien et au développement des entreprises sur notre territoire. Force est de constater que la nouvelle majorité gouvernementale n’est pas à la hauteur de la situation. Son manque de courage, de volonté et de stratégie éloigne durablement la reprise de l’activité économique. en tant qu’élus de terrain, nous sommes en première ligne pour constater la dégradation accélérée depuis plusieurs mois de la situation économique. Pour pallier le désengagement de l’état, nous avons engagé un dialogue avec les entrepreneurs valdoisiens, et développé une stratégie innovante en faveur du développement économique de notre département. Il s’agit de soutenir les entreprises dans leur création et leur développement. nous avons défi ni, dès l’année 2011, une politique renforcée au bénéfi ce de la compétitivité et de l’attractivité économique de notre territoire, axée sur les PMe/PMi, et la mise en réseau des entrepreneurs et des laboratoires de recherche. nous souhaitons, en parallèle, attirer de nouveaux acteurs, afi n d’étoffer le tissu économique départemental et ainsi créer de nouveaux emplois sur notre territoire. C’est tout le sens de notre partenariat avec l’asie, que nous avons revitalisé, et dont nous récoltons d’ores et déjà les fruits sur le terrain. nous soutenons également les jeunes Valdoisiens qui choisissent de prendre des risques et de s’investir dans la création de leur entreprise. Grâce à notre dispositif EVA (Entrée dans la vie active), près de 800 Valdoisiens ont à ce jour pu bénéficier d’un soutien financier, dont l’effi cacité est prouvée grâce au suivi individuel dont ceux-ci font l’objet. Concernant l’enseignement supérieur, nous sommes des partenaires de longue date de l’université de Cergy-Pontoise, du Carrefour de l’enseignement supérieur et des entreprises (CeSe95), et du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur de Paris Grand Ouest depuis sa création en février 2012. nous soutenons en particulier les démarches d’intégration professionnelle de leurs étudiants et favorisons la mise en relation directe entre le monde de la recherche et celui de l’entreprise par des rapprochements avec les acteurs économiques. Enfin, nous sommes conscients que la question des transports reste un élément crucial dans l’accès à l’emploi. il est ainsi capital de relier les emplois valdoisiens et franciliens aux bassins de population. Les transports en commun sont évidemment privilégiés, notamment le tramway dont nous avons fi nancé les lignes T2, inaugurée le 19 novembre 2012, et T5, qui sera mise en service cette année, à hauteur de 29,3 millions d’euros. L’effort doit être collectif, c’est pourquoi nous appelons jean-Paul Huchon, président du conseil régional, à replacer les politiques en faveur de l’emploi parmi ses priorités. La région Île-de-France, pourtant première collectivité compétente pour le développement économique, y consacre moins de 5% de son budget, soit le plus faible effort de toutes les régions de france ! Même constat pour la formation professionnelle et l’apprentissage, également sous compétence régionale : depuis 2007, alors que la situation se dégrade, les crédits qui y sont alloués ont diminué de près de 20%. enfin, que dire de la gestion par le STiF des transports en commun franciliens, et en particulier des rer a, B, C et D, qui pénalisent gravement le développement des territoires valdoisiens… en ce qui nous concerne, nous assumons toutes nos compétences et sommes déterminés à utiliser tous les outils dont nous disposons pour lutter contre le chômage dans le Val d’Oise. Nous vous adressons nos plus sincères vœux de bonheur et de réussite pour l’année 2013. À très bientôt suruvo.fr, et sur facebook.com/groupeuvo ! grOuPe d’OPPOsitiON Val-d’Oise utile et sOlidaire (VOus) suppression de la réforme territoriale version « sarkozy » … réforme tant plébiscitée par la droite départementale uMP-uVO… C’est un coup d’arrêt au démantèlement de notre département, un préalable à l’acte III de la décentralisation. relancer la décentralisation dans notre pays est d’abord affaire de conviction, car chacun voit que rapprocher les décisions de ceux qui les concernent est une demande démocratique, une priorité dans un contexte économique qui nous y contraint. À cet égard, la méthode retenue pour rétablir la confiance entre l’état et les collectivités locales dans le cadre du déroulement des états généraux des territoires au Sénat a été exemplaire. Il faut un pacte de confiance avec les collectivités, reposant sur une vision moderne de notre pays. La France doit se tourner vers l’avenir, en abandonnant des pratiques de pouvoir dépassées, paralysant les initiatives et génératrices de dépenses. Sans décentralisation, l’état ne pourra pas se réformer, et sans transfert clair de compétences, les collectivités ne pourront pas prendre leurs responsabilités. Or, notre pays souffre encore d’une gouvernance des politiques confuse dans les domaines de préoccupation des Français : emploi, développement économique, action sociale et solidaire, formation, logement. Cela passe par une clarification des compétences et des pouvoirs entre l’état et les collectivités, alors que les gouvernements se sont surtout attachés depuis 10 ans aux relations entre les collectivités, pour s’éviter une véritable réfl exion sur l’un des intérêts essentiels de la décentralisation : la modernisation de l’état, à laquelle a été préférée une rGPP dogmatique et ineffi cace. Il faut commencer par définir le partage des tâches entre l’état, les régions et les Départements qui ont fait leurs preuves, depuis 1984, dans leurs différentes responsabilités : ils ont ainsi ressuscité, modernisé les équipements scolaires, culturels, sportifs, les infrastructures de déplacements, le soutien aux PMe et à l’innovation. Pour ces raisons, cette nouvelle étape de décentralisation doit être ambitieuse. Il faudrait fusionner des régions pour avoir 10 grandes régions pertinentes. De même, la suppression de 80% des syndicats de collectivités, de toute nature, est une évidence. il n’est pas possible de rester dans cette situation qui consiste pour l’état à renvoyer des compétences sur les collectivités sans leur en donner les moyens. De la même façon, les compensations de l’état destinées à financer le transfert de nouvelles responsabilités aux territoires ne sont plus adaptées. ainsi, les compensations versées lorsque l’état a transféré le rMi (rSa), l’aPa et la PCH aux Départements en 2004 n’ont pas été compensées fi nancièrement, contrairement à ce que prévoit la loi. La dette de l’état à l’égard des conseils généraux concernant ces allocations est de 7 milliards. Cette clarification permettra à nos concitoyens et aux acteurs d’y voir clair, tout en économisant des doublons inutiles. elle permettra de s’adapter aux réalités locales, ce qui est un impératif en matière économique et sociale, dans un contexte où l’action publique doit être lisible et adaptée. Dès que ce cadre sera défini, sur une base de simplification et de plein engagement des régions et des Départements, au service des compétences structurantes et tournées vers l’avenir, qui leur seront confiées, nous disposerons de règles du jeu claires, adaptées à un service public moderne, de proximité et tourné vers les résultats. Les élus du groupe V.O.U.S vous présentent leurs meilleurs vœux. didier Arnal, président du Groupe Val d’Oise Utile & Solidaire. 42 Val d’Oise #03/janVier/FéVrier 2013
Le Conseil général à vos côtés nouveau découvrez l’e-mag du conseil général Abonnez-vous vite sur valdoise.fr/ConseilGeneralduValdoise/Valdoise valdoise.fr Vous voulez communiquer sur cette page ? Contactez le 01 40 02 99 03.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :