[95] Val d'Oise n°3 jan/fév 2013
[95] Val d'Oise n°3 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 17,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'Asie plus proche du Val d'Oise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
Dossier inter national Voir le diaporama sur valdoise.fr interview croisee Développer nos relations avec l’Asie De quels outils le conseil général dispose-t-il pour favoriser le développement économique du département ? François Scellier : Le conseil général a créé son agence de développement économique, le Comité d’expansion économique du Val d’Oise (CEEVO) en 1973. Ses missions couvrent en particulier l’accompagnement des entreprises, aussi bien pour leur implantation dans le Val d’Oise que pour leur exportation, et pour la promotion du territoire… Il y a aussi l’ACCET-Val d’Oise Technopole, (Association pour la promotion de centres de création d’entreprises tertiaires), organisme associé au conseil général, spécialisé dans l’accompagnement des créateurs d’entreprise et le soutien aux PME en matière d’innovation, élément déterminant de la compétitivité des entreprises. Au sein du conseil général, nous avons créé en 2012 une nouvelle direction de l’attractivité économique et internationale, en charge de piloter notre action à l’international, en lien étroit avec le CEEVO et l’ACCET sur les questions économiques, et Val d’Oise tourisme, notre agence départementale du tourisme, sur la partie du développement touristique en lien avec nos clientèles asiatiques. Avec les pays d’Asie, les contacts directs sont-ils nécessaires aux bonnes relations ? Michel Montaldo : Ils sont fondamentaux. En Chine particulièrement, en raison de son passé et de son organisation, C’est dans une ouverture plus large au monde que le Val d’Oise trouvera des opportunités économiques. François Scellier, 1 er vice-président du conseil général, en charge du développement économique et de l’emploi les responsables politiques ont un rôle majeur jusque dans l’économie. Les responsables chinois intéressés par une coopération avec nos territoires accordent une grande importance au contact avec les élus français. J’ai ainsi été invité au « Davos » d’Asie en septembre et j’ai eu un entretien particulier avec M. Jifei Wan, président du China Council for the Promotion of International Trade, encore appelé « Chambre chinoise du commerce international ». La délégation valdoisienne, conduite par Arnaud Bazin en novembre dernier, était composée d’élus, de représentants des établissements d’enseignement supérieur (ENSEA, EBI, ESSEC), de représentants des entreprises du Val d’Oise, d’acteurs culturels en lien avec le développement du numérique. Une telle équipe, quand tous ses éléments visent le même objectif, a une force considérable. 14 val d’oise #03/janvier/FéVRIER 2013
Enchantement Co Ltd/Takeharu Nou Constance et opiniâtreté sont des qualités indispensables pour réussir dans les relations avec nos partenaires en Asie. Michel Montaldo, vice-président du conseil général, en charge des affaires européennes et du Grand Paris Quels sont les bénéfices pour le Val d’Oise ? Michel Montaldo : Les relations institutionnelles que nous avons établies avec le Japon ont eu une influence dans l’implantation des entreprises japonaises. C’est un bilan dont nous pouvons être très fiers. Lors de notre dernier déplacement, nous avons pu visiter plusieurs technopoles, symboles de compétitivité de l’économie japonaise par le croisement entre établissements supérieurs, laboratoires et entreprises. Les chiffres sont édifiants : 23 brevets au Japon pour 10 000 habitants, contre 2 pour 10 000 en France ! 28% de la population active dans l’industrie au Japon contre 14% en Île-de-France. En Val d’Oise, avec 16,2%, nous sommes sur la bonne voie, mais il faut poursuivre nos efforts. En élargissant maintenant nos relations avec la Chine, nous avons la même ambition de promouvoir l’attractivité du Val d’Oise. Nous ne sommes qu’au début de l’histoire avec la Chine. Un peu de temps est nécessaire pour arriver à se connaître parfaitement, mais certaines sociétés chinoises sont déjà installées, comme Broad Air Conditioning Europe, qui a localisé son siège européen chez nous. Des filières sont-elles identifiées ? François Scellier : Ce sont des activités qui correspondent aux filières identifiées dans le Val d’Oise, en particulier dans les pôles de compétitivité et dans les filières prioritaires du Grand Paris. La filière aéronautique est évidemment prioritaire. Des sociétés chinoises de ce secteur, comprenant aussi l’aérospatiale (AVIC, CASC, COMAC) viennent d’arriver en France ; elles ne peuvent qu’être intéressées par l’écosystème que Roissy/Le Bourget développe. Une entreprise comme SUNTECH, dans l’énergie solaire, pourrait apprécier la filière des éco-activités retenue par la démarche Hubstart Paris. Près de Roissy, au Thillay, le conseil général soutient la création, avec un investisseur chinois, d’un parc d’activités, « Les Grands Champs », destiné aux entreprises asiatiques. Nous ne sommes plus seulement dans des projets futurs, mais bien dans le concret pour l’économie valdoisienne. 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :