[95] Val d'Oise n°3 jan/fév 2013
[95] Val d'Oise n°3 jan/fév 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de jan/fév 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 17,7 Mo

  • Dans ce numéro : l'Asie plus proche du Val d'Oise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Dossier Inter national Des coopérations favorables à notre économie Les accords signés récemment par le président du conseil général avec la Chine élargissent l’ouverture du Val d’Oise vers l’Asie. Le développement à l’échelle internationale renforce l’attractivité et la compétitivité du Val d’Oise. Françoise Rey, directrice des programmes académiques de l’ESSEC L’ESSEC (1) s’est intéressée à l’Asie dès les années 80. Notre programme Hirakata entraîne nos étudiants au Japon depuis plus de 20 ans. À Cergy, ils apprennent le chinois et le japonais. Nous voulons leur faire aimer l’Asie dans toute sa diversité. Nous construisons d’ailleurs un campus de 6 500 m² à Singapour, et une vingtaine de nos 128 professeurs permanents sont originaires d’un pays asiatique. Nos étudiants sont de plus en plus nombreux à y trouver un emploi. Retrouvez l’intégralité de ce témoignage sur valdoise.fr (1) ESSEC : École supérieure des sciences économiques et commerciales. Arnaud Bazin, président du conseil général, a signé le 6 novembre un accord de coopération économique, technologique et culturelle avec le maire de Wuxi, un territoire chinois de 7 millions d’habitants à une centaine de kilomètres de Shanghai, et le lendemain un protocole d’échanges sur les questions aéroportuaires avec le maire de Pudong. « J’ai tenu, précise Arnaud Bazin, à rencontrer le gouverneur de la province de Jiangsu, dont dépend Wuxi, afin d’expliquer notre démarche, préciser nos objectifs et obtenir son soutien. Nous avons pu évoquer l’impact à venir du Grand Paris, qu’il connaissait, ce qui confirme nos atouts en terme d’attractivité. » L’objectif est de développer, avec la Chine, des partenariats sur le long terme, entraînant des retombées économiques Arnaud Bazin, président du conseil général, se félicite de l’accord de coopération économique, scientifique et culturel intervenu avec le maire de la ville chinoise de Wuxi. et des emplois pour le Val d’Oise. « Les projets du Grand Paris, ajoute Vanessa Sarron, directrice de l’attractivité économique et internationale au conseil général, permettront de donner un essor supplémentaire à nos activités dans des domaines stratégiques, créateurs des principaux gisements d’emploi de demain. Il était donc naturel pour nous de capitaliser sur la réussite de notre partenariat avec le Japon et de construire de nouvelles collaborations avec le continent asiatique, et en particulier avec la Chine. » En effet, le partenariat avec l’Asie a commencé il y a juste 25 ans, avec la préfecture d’Osaka au Japon. Aujourd’hui, 65 des quelque 400 entreprises japonaises présentes en France ont choisi le Val d’Oise comme lieu préférentiel d’implantation. Une des dernières est Daito Kasei, concepteur de matières premières pour les cosmétiques, qui a déjà installé ici ses bureaux commerciaux européens en 2010 et construit un site de production à Frépillon. Dans ce domaine, le Val d’Oise peut compter sur le CEEVO, l’agence de développement économique du conseil général. « Depuis 25 ans, précise Jean-François Benon, son directeur général, ce sont ainsi des dizaines de PME-PMI qui ont pu approcher des marchés stratégiques d’Asie, pendant que nous accompagnions des sociétés de ces pays dans leurs projets d’investissements en Val d’Oise. » Fort des résultats de ces partenariats avec le Japon, qui concernent également l’enseignement supérieur ou le tourisme, le Val d’Oise regarde aussi désormais du côté de l’immense potentiel chinois. En se dotant d’une nouvelle stratégie d’attractivité internationale, il agit pour la réussite de ses territoires. 12 val d’oise #03/janvier/FéVRIER 2013
Des étudiants globe-trotters Dans le domaine universitaire, les établissements sont engagés de longue date avec certains de leurs homologues étrangers. L’ESSEC affiche 140 partenariats avec 40 pays, et près de 40% de ses étudiants sont étrangers. Compte tenu de l’importance de la zone Asie-Pacifique, l’École a ouvert un campus à Singapour depuis 2005. Dans le Val d’Oise, la moitié des 3 000 étudiants étrangers proviennent de pays d’Asie. Le japonais est enseigné à l’université de Cergy-Pontoise (UCP), à l’EISTI, à l’ENSEA et à l’ESSEC. Les échanges concernent aussi les chercheurs, à l’instar de celui qui a été construit autour du diagnostic moléculaire entre les professeurs réputés, Pappini à l’université de Cergy-Pontoise, et Fuji à Osaka. À Cergy, l’École de biologie industrielle (EBI) forme des ingénieurs pour la cosmétique, l’alimentaire, la pharmacie, l’environnement, etc. « L’EBI a initié ses partenariats avec l’Asie en 2005, avec l’université de Sojo à Kumamoto au Japon, précise Valérie Lion, professeure de chimie. Ensuite, les possibilités d’échanges au niveau des élèves (études et stages) et des professeurs (recherche et enseignement) se sont multipliées avec l’université de Goa en Inde, l’université de Mahidol en Thaïlande, l’Institut technologique de Shanghai en Chine. Les derniers accords signés en 2012 avec l’université d’An Giang au Vietnam et l’université préfectorale d’Osaka au Japon permettent à l’EBI de renforcer ses liens privilégiés avec le continent asiatique. » Ils serviront à faire avancer la recherche dans les domaines de la sécurité alimentaire et de l’environnement. Enchantement Co Ltd/Takeharu Nou attractiVité grand roissy, une carte maîtresse dans la compétition exacerbée que se livrent les territoires pour promouvoir leur attractivité à l’international, le Val d’Oise a l’avantage de disposer d’une place aéroportuaire majeure double avec roissy et Le Bourget, dont la plus grande partie est localisée dans le Val d’Oise. Le conseil général, avec ses partenaires, a créé l’alliance « Hubstart Paris » comme outil de promotion à l’international et de développement du Grand roissy. Le secteur représente déjà plus de 200 000 emplois et chaque million de passagers (ou 100 000 tonnes de fret) supplémentaire entraîne la création de 4 500 emplois. En outre, avec 25 000 chambres, roissy est la seconde capacité hôtelière en Île-de-france, derrière Paris, et les projets comme l’International trade center (ItC), en cours de réalisation à roissy, développeront encore les capacités d’accueil. Plus d'infos sur hubstart-paris.com 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :