[95] Val d'Oise n°21 jan/fév 2019
[95] Val d'Oise n°21 jan/fév 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°21 de jan/fév 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : le Val d'Oise des champs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
DOSSIER LE VAL D’OISE DES CHAMPS par Joël Godard 20. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental Le Val d’Oise des champs Au salon de l’agriculture, fin février, le Val d’Oise aura son stand particulier pour la première fois. Une vitrine pour les nombreuses filières agricoles et agroalimentaires du territoire et pour le Département l’occasion de montrer comment l’agriculture s’inscrit dans sa politique de développement durable. En préambule à sa description de Pontoise en 1587, Noël Taillepied consacre quelques phrases au Vexin. On les a souvent citées car elles sont dithyrambiques  : « c’est la terre la plus grasse et plus fertile qui soit en la France (…) le pays du Vequecin a chair et poisson, terre et eau, bleds et vignes, bois et prés, estangs et rivières, petites montagnes et doulces vallées ». L’esprit de clocher de l’auteur a sans doute joué mais il reste que les terres du Vexin ont de longue date cette réputation de fertilité. L’autre facteur qui a orienté la production locale depuis plusieurs siècles est la proximité de Paris. Il fallait alimenter ce gigantesque ventre affamé. Certains territoires se sont spécialisés. Dans la vallée de Montmorency, rappelle l’historien Florent Merot, « la culture viticole règne de façon impérieuse sur la composition du paysage » où elle s’accommode d’une large ceinture arboricole. Les fameuses cerises de Montmorency sont « les plus estimées à Paris » selon le Traité (1755-1767) de Duhamel du Monceau. Un autre agronome, Olivier de Serres contemporain de Taillepied, assurait pour sa part de la préférence des Parisiens pour le pain  : « le plus remarquable est celui de Gonesse. Il est fort blanc et délicat ». (Théâtre d’Agriculture et mesnage des champs) L’agriculture marque le territoire Depuis ces époques, les conditions ont bien changé — les robots et les drones arrivent dans les champs — mais l’agriculture marque toujours le territoire du Val d’Oise, encore très rural à l’ouest et au nord. Avec environ 55 000 hectares, les terres agricoles occupent environ la moitié du territoire départemental. Un peu moins de 600 exploitations, dont une poignée converties au bio, sont présentes et il s’agit surtout de grandes cultures, c’est-à-dire des céréales,
← 44% de la superficie du Département sont consacrés à l’agriculture Photographie  : Bruno Beucher Le Magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :