[95] Val d'Oise n°2 nov/déc 2012
[95] Val d'Oise n°2 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : bien vieillir... le Département agit pour les personnes âgées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Dossier BIEN VIEILLI EN VAL D'01 Vlcux accucl lir es personnes c épenc antes Le Val d'Oise compte 119 établissements pour personnes âgées, dont 78 pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Le conseil général détermine et règle les tarifs journaliers liés à la dépendance et participe aux frais d'hébergement pour les personnes avec des faibles ressources. Il peut également subventionner les travaux au sein de ces établissements. Olivia Wermuth, chargée de mission aux plaintes à la direction des personnes âgées du conseil général É É Tout résident d'un établissement pour personnes âgées du Val d'Oise, ou sa famille, peut saisir le conseil général sur une difficulté d'ordre médical ou relative à l'hébergement. Nous recueillons 65 plaintes par an en moyenne. Elles peuvent conduire, dans les cas les plus graves, à une injonction auprès de l'établissement concerné. Et jusqu'à sa fermeture partielle ou totale. Nous voulons toujours mieux prendre en compte la dimension humaine. Retrouvez l'intégralité de ce témoignage sur valdoise.fr 16 VAL D'OISE #02/NOVEMBRE 2012 çç e Val d'Oise est un des départements les mieux équipés, indique Philippe Métézeau, du point de vue du rapport entre le nombre d'établissements et le nombre d'habitants. Mais les établissements aussi vieillissent, et les besoins des résidents évoluent. C'est pourquoi, tout en augmentant le nombre de places, nous insistons, dans le nouveau schéma gérontologique, sur la démarche qualité pour améliorer l'accueil et augmenter le confort dans les établissements. » Les EHPAD peuvent être publics, associatifs ou privés à but lucratif, ce qui entraîne des différences de coût pour les familles et des liens différents avec l'action sociale du Département. L'EHPAD de la fondation Chabrand Thibault, à Cormeilles-en-Parisis, a signé une convention tripartite avec le conseil général et l'Agence régionale de santé (ARS), ses deux principaux financeurs. Le Département lui a ainsi attribué 1,6 million d'euros en 2006 pour des travaux qui en ont fait un établissement très bien équipé. Arminda Turki travaille depuis plus de trente ans à la fondation. « Dans ce laps de temps, j'ai été témoin, dit-elle, de modifications importantes. Avec l'allongement de la durée de vie et l'intervention croissante des services d'aide à domicile, les personnes arrivent ici plus âgées et plus dépendantes. La moyenne d'âge de nos résidents est de 87 ans. Mais de son côté, l'établissement a su s'adapter au niveau croissant d'exigences de la société ; l'amélioration des compétences des personnels se traduit par un meilleur service aux résidents. » « Pour 109 résidents, précise Christophe Markiewicz, le directeur, nous avons 72 salariés, dont 6 infirmières, 24 aidessoignantes diplômées, 16 agents hôteliers spécialisés et 110 prestataires. Hormis la démence, nécessitant une unité protégée, nous pouvons accueillir tout type de dépendance. » Attentif aux résidents et déterminé, il considère ces exigences comme stimulantes. « Alors que nous devons faire face à des besoins médicaux plus grands et que nous raisonnons en terme de soins collectivement organisés, les familles attendent un confort hôtelier et une prise en charge la plus individuelle possible. À nous de fournir une réponse adaptée. Par exemple, les familles peuvent désormais déjeuner ici, avec un menu spécifique. La qualité et le temps du repas sont importants dans ces journées. » On rejoint là parfaitement la démarche qualité souhaitée par le conseil général.
INFOS PRATIQUES',111FRPA Le Comité départemental des représentants des personnes âgées, constitué de 55 membres répartis en trois collèges, rassemble : représentants des personnes âgées, élus, professionnels des structures sanitaires et sociales... Cette instance consultative est placée sous la présidence du conseil général, représenté par le vice-président chargé de l'action sociale, Philippe Métézeau. Le CODERPA a créé cette année quatre commissions, qui travaillent sur les thèmes de l'information, la vie sociale, la dépendance, les liens intergénérationnels. Le conseil général a attribué une subvention de fonctionnement à cette structure qui n'en avait pas reçu en 2009 et 2010. Elle servira notamment à l'organisation de manifestations comme la Semaine bleue. LA TÉLÉASSISTANCE Le service de téléassistance permet aux bénéficiaires d'être reliés 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à une centrale d'écoute, et donc de recevoir l'aide es secours d'urgence ou de l'entourage.onseil général prend en charge l'abonnement mensuel pour les personnes non imposables sur le revenu. Plus d'infos sur valdoise.fr/7024 TROUVER UN SERVICE D'AIDE À DOMICILE SUR VALDOISE.FR Vous pouvez découvrir les services en les sélectionnant par commune ou par nom d'organisme. Plus d'infos IM=0 sur valdoise.fr/9340 REGARD SUR LE GRAND ÂGE Sur le thème de l'entrée en maison de retraite, Gilles Sicard, Valdoisien et poète humaniste, offre une belle leçon de vie avec son premier roman Le Poirier du Pech. editions-harmattan.fr L'Allocation personnalisée d'autonomie est attribuée par le conseil général aux personnes âgées de 60 ans et plus, dont la perte d'autonomie, de moyenne à forte, nécessite le recours à une aide dans la vie quotidienne. La perte d'autonomie est déterminée par un médecin, selon une grille standard nationale. L'APA sert à compenser financièrement les coûts des aides, selon le plan personnalisé établi par l'équipe médico-sociale. Le conseil général a consacré 55,6 millions d'euros à l'APA en 2012. Les dossiers de demande sont à retirer en mairie ou au conseil général. Ei Plus d'infos CI sur valdoise.fr/7018 CONTACT É É LE CONSEIL GÉNÉRAL DU VAL D'OISE A ORGANISÉ EN SEPTEMBRE UN COLLOQUE SUR LA PLACE DES SERVICES D'AIDE ET D'ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES EN PERTE D'AUTONOMIE. PLUS D'UNE CENTAINE DE PROFESSIONNELS DU SECTEUR Y ONT PARTICIPÉ. NOTRE PRIORITÉ, POUR LES PERSONNES ÂGÉES OU POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES, EST DE FAVORISER LE MAINTIEN À DOMICILE. POUR CE FAIRE, NOUS DEVONS DÉVELOPPER ET OPTIMISER L'OFFRE DE SERVICES. 55 Thierry Sibieude, vice-président du conseil général en charge du handicap et de l'égalité des chancesonseil général du Val d'Oise Direction des personnes âgées Hôtel du département 2, avenue du Parc, Cergy 01 34 25 76 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :