[95] Val d'Oise n°2 nov/déc 2012
[95] Val d'Oise n°2 nov/déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de nov/déc 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (210 x 265) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : bien vieillir... le Département agit pour les personnes âgées.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Dossier BIEN VIEILLIR EN VAL D'01 Favoriser le Tantien à do Tbb Le schéma gérontologique, arrêté cette année par le conseil général, affirme l'importance des actions qui permettent aux seniors de conserver une vie sociale active et vise à l'amélioration de l'offre favorisant le maintien à domicile. Catherine Renaud, directrice du développement de Val d'Oise Habitat ÉÉ Deux résidences intergénérationnelles sont en cours de réalisation à Menucourt et à Luzarches. Jeunes et personnes vieillissantes autonomes, désireuses de rester chez elles sans être isolées, y cohabiteront dans des logements adaptés. Ces résidences répondent aux critères ordinaires d'accès au logement social. Une salle commune favorise rencontres, activités et liens sociaux. Des services à la qualité contrôlée facilitent la vie quotidienne. Je Retrouvez l'intégralité de ce témoignage sur valdoise.fr 12 VAL D'OISE #02/NOVEMBRE 2012'ensemble des actions mises en oeuvre par le conseil général dans un domaine est répertorié dans un schéma départemental qui analyse les moyens, les besoins et fixe un programme. En mai 2012, les élus ont souhaité établir un nouveau schéma gérontologique, car le précédent, établi en janvier 2011 par l'ancien exécutif, regroupait personnes âgées et personnes handicapées sous le dénominateur commun de la dépendance, alors que leurs problématiques peuvent être différentes ; par exemple, la question de la solitude pour les premiers et de la scolarité pour les seconds. « Le soutien apporté aux personnes âgées les plus fragiles est au coeur des actions du conseil général », précise Monique Rossi, directrice des personnes âgées au sein du conseil général. En effet, même si le Val d'Oise est l'un des deux départements les plus jeunes de France, la population vieillit. Ainsi, favoriser les actions qui permettront aux seniors de rester en bonne santé et soutenir les aidants familiaux sont des axes forts de ce nouveau schéma 2012-2015. « Même si les compétences obligatoires ne visent que les personnes dépendantes, précise Monique Rossi, ce schéma élargit le champ d'actions aux personnes âgées en bonne santé, pour favoriser le bien-vieillir et, plus tard, le maintien à domicile. Un axe est également consacré au soutien des aidants familiaux. » SOUTENIR LES INITIATIVES SOCIALES Aide ménagère, téléassistance, portage de repas sont autant de dispositifs soutenus par le conseil général, qui permettent le maintien à domicile. Plus de 80 services agréés sont ainsi disponibles dans le Val d'Oise. Les soins infirmiers représentent plus de 1200 places. Toutefois, des difficultés de natures diverses : ressources, logement, isolement... affectent encore nombre de Valdoisiens. C'est pourquoi, le conseil général s'est engagé dans le soutien des initiatives sociales, comme celle de l'association ensemble2générations (voir encadré ci-contre). La mobilité est un autre élément utile à la vie quotidienne : outre le financement des cartes de transport, le conseil général a mis en place le PAM 95 pour favoriser les déplacements des personnes en perte d'autonomie. Pour simplifier les interventions à domicile enfin, il a introduit la télégestion, qui dégage la personne âgée des procédures administratives, en encadrant la réalisation de la prestation.
L'association ensemble2générations œuvre pour la colocation intergénérationnelle. Et si on cohabitait ? Déjà active en Île-de-France, l'association ensemble2générations intervient depuis cette année dans le Val d'Oise, grâce au soutien financier du conseil général. Son but est de constituer des binômes senior/étudiant, le premier mettant une partie de son logement à disposition du second, avec une participation financière inversement proportionnelle aux services rendus par l'étudiant. À Pontoise, Nicole, 74 ans, est une des premières Valdoisiennes à rejoindre l'association. « J'ai déjà eu l'occasion d'accueillir des étudiants, raconte-t-elle. Cette nouvelle expérience me séduit particulièrement, du fait de la philosophie de solidarité intergénérationnelle affichée par ensemble2générations. Je souhaite que les jeunes se sentent comme chez eux et qu'ils me prennent un peu pour leur grand-mère. Les services peuvent se rendre dans les deux sens : par exemple, je vais accompagner en voiture celui qui se trouve un jour sans transport en commun. Évidemment, il y a toujours une période d'adaptation réciproque et des petites contraintes, comme dans toute vie en collectivité, même réduite à deux personnes. » Timothée, 22 ans, élève ingénieur à Cergy, est l'autre membre de ce binôme. L'année dernière, précise-t-il, j'étais en colocation avec d'autres étudiants. J'ai entendu parler de la formule d'ensemble2générations par le bouche à oreille. Elle me permet de réaliser des économies sur le coût de mon logement, tout en conservant une convivialité. C'est un endroit tranquille, avec de bonnes installations, un paramètre intéressant quand on doit se concentrer sur les études. » ClPlus d'infos CI sur ensemble2generations.fr NIALAr"'ALZHEIMEP V Des maisons dédiées Correspondant chacun à un secteur bien délimité, tant par sa catégorie que par son action, les professionnels et les services qui peuvent intervenir auprès des personnes âgées en perte d'autonomie sont multiples : médecins, infirmières, réseaux gérontologiques, points conseil e âge, HAD, CCAS, CLIC, SSIAD, SSAD, SSD... De quoi se perdre ! A fortiori pour une personne fragilisée. La mise en place d'une Maison pour l'autonomie et l'intégration des malades Alzheimer (MAIA) consiste à intégrer tous les acteurs du secteur médical, social, médico-social, dans un même réseau. Elle coordonne la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer, ou maladies apparentées, dont la situation risque de remettre en cause leur maintien à domicile. Cela permet de diviser par deux le nombre moyen de contacts nécessaires à la prise en charge d'un patient, explique Thérèse Souchier, pilote de la MAIA mise en oeuvre depuis avril par le conseil général pour 32 communes de l'est du département. Deux gestionnaires de cas, travailleurs sociaux, assurent l'accompagnement de proximité. La MAIA doit être le bon endroit pour avoir la bonne réponse. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :