[95] Val d'Oise n°19 sep/oct 2018
[95] Val d'Oise n°19 sep/oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°19 de sep/oct 2018

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 5 Mo

  • Dans ce numéro : l'innovation fait sa rentrée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
ÇA FAIT DÉBAT EN PLUS Un peu plus sur Olivier Couder Directeur du Théâtre du Cristal D’abord psychologue, Olivier Couder est devenu comédien et metteur en scène. Il a été un des premiers en France à concevoir une pratique artistique et des spectacles avec des personnes handicapées. Il a fondé la compagnie du Théâtre du Cristal en 1989 et a produit depuis cette date une trentaine de spectacles. Partenaire de l’ESAT La Montagne, association HAARP, la compagnie accueille à plein temps quinze comédiens handicapés. L’expertise d’Olivier Couder l’a amené à constituer un Pôle art et handicap, lieu ressources pour les milieux culturels et médico-sociaux qui souhaitent collaborer. Retrouvez l’interview complète sur valdoise.fr 18. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental Pourquoi développer des actions culturelles spécifiques au handicap ? Gérard Lambert-Motte  : Il ne suffit pas d’affirmer « La culture pour tous » pour qu’elle advienne. En particulier avec des publics qu’on dit éloignés de la culture ; à cause de multiples facteurs sociaux et économiques ou différentes formes de handicap. À nous alors de trouver les bons outils qui éliminent ou réduisent ces facteurs. Pour les personnes handicapées, cela avait été relevé par le Schéma départemental de 2012. Nous disposions alors notamment de l’étude réalisée en 2010 par le Théâtre du Cristal qui mettait cette problématique en évidence. Olivier Couder  : Comme metteur en scène, j’avais eu à travailler avec un groupe de personnes handicapées dès 1989. L’aventure m’a passionné parce que j’avais découvert des gens dotés d’une authenticité, d’émotions, et de potentialités formidables ; alors j’ai persisté. À l’époque, nous devions être une dizaine en France. Dans le meilleur des cas nous suscitions l’étonnement, dans le pire le mépris. C’est seulement dans un deuxième temps que j’ai réalisé qu’il y avait là un vrai facteur d’innovation sociale. Mais dans les directions d’affaires sociales, on nous disait que ça relevait de La culture est le levier essentiel de l’inclusion des personnes handicapées, en faisant tomber les préjugés, les a priori. Elle amène les gens à se rencontrer et à se comprendre. Olivier Couder Directeur du Théâtre du Cristal la culture. Et la culture nous renvoyait au social. Le Département du Val d’Oise a été le premier où j’ai constaté au contraire une symbiose des services ; avec la volonté forte et précoce de porter attention aux publics éloignés de la culture. Aujourd’hui encore, le Val d’Oise a des longueurs d’avance. Comment cela s’est-il traduit ? G.L.-M.  : L’objectif n°1, formalisé en 2015, était la mise en réseau des établissements ou lieux culturels et des établissements médicaux-sociaux. Nous en avons 150 à 200 dans chaque catégorie, généralement dans les mêmes communes et qui s’ignoraient pourtant. Avec des rencontres, des formations, des documents, nous avons permis le rapprochement, jusqu’à la conclusion de conventions. Depuis 2015, 35 ont été signées. O.C.  : Là encore, le Val d’Oise sert de référence ; nous avons exporté nos méthodes et les Yvelines ont signé une dizaine de conventions, Paris quelquesunes. Qu’attendez-vous de la prochaine plateforme de financement participatif ? G.L.-M.  : Le projet va être soumis à l’Assemblée départementale dans quelques semaines. Il consiste à lancer Photographies  : Neway Partners
Le Festival IMAGO est un événement majeur de la saison culturelle, par son volume – 100 spectacles – mais surtout par la créativité prodigieuse et bouleversante des artistes. un appel à projets sur ce thème culture et handicap dont l’originalité est de s’appuyer sur une plateforme de financement participatif, de crowdfunding autrement dit. Les porteurs de projets y gagnent en visibilité ; ils accèdent à d’autres sources de financement. Les financeurs, qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises, découvrent les divers projets de leur territoire et identifient celui qu’ils vont soutenir. C’est le circuit court appliqué à la culture, avec une plus-value sociétale. Les financeurs perçoivent mieux l’intérêt et l’efficacité de leur participation. En pilotant cette opération le Département démontre une fois de plus son intérêt pour les démarches innovantes au bénéfice des acteurs du territoire. Nous avons une responsabilité essentielle dans l’organisation des réseaux. Si l’appel à projets peut être lancé en septembre, les collectes auront lieu en fin d’année, après que les porteurs de projets auront été préparés à l’opération. O.C.  : Pour la diffusion et la fréquentation de spectacles, nous avons maintenant une bonne expérience. En revanche on bute sur la pratique amateur pour des raisons de budget. Le crowdfunding pourrait être une réponse adaptée à ce type de demande formulé par les personnes handicapées  : « Nous aussi, nous voudrions faire du théâtre, de la musique… » Présentez-nous le Festival IMAGO qui arrive O.C.  : Dans les Yvelines existait Orphée, depuis 2005, avec le soutien du Crédit coopératif ; dans le Val d’Oise nous organisions Viva la Vida avec le soutien du Département. Les 2 manifestations avaient la même ambition de valoriser la création artistique de personnes handicapées auprès du grand public. En 2016 on a mis côte à côte les 2 festivals, et en 2018 on les réunit Photographies  : Neway Partners Gérard Lambert-Motte Conseiller départemental délégué à la Culture, au Tourisme et au Patrimoine carrément ; avec l’objectif de rayonner sur toute l’Ile-de- France. On a 50 lieux et 100 représentations. Il y a des rencontres professionnelles, importantes pour dynamiser le réseau sur lequel Gérard Lambert-Motte insiste à juste titre. Le festival démarre très fort avec Dévaste-moi, le spectacle de chantsigne d’Emmanuelle Laborit, l’alliance exceptionnelle de la musique et du signe. On a essayé cette année de renouveler les formes et de créer des partenariats emblématiques. Par exemple, le musée d’art moderne de la ville de Paris nous permet d’assurer une visite décalée de l’exposition de Zao Wou-Ki par les comédiens du Théâtre du Cristal. Il y a du théâtre d’ombres autour des Travaux d’Hercule, avec de la musique sur le principe du ciné concert. Meet Fred, comme le titre l’indique, propose de rencontrer Fred, une marionnette. Le spectacle est surtitré car la compagnie est anglaise ; une ouverture européenne que nous aimerions amplifier. G.L.-M.  : L’élargissement du spectre des actions culture et handicap doit se faire par les deux bouts. D’un côté donner une dimension régionale, voire plus, aux événements à l’instar d’IMAGO. Mais de l’autre, pouvoir implanter une présence artistique au sein même des établissements médico-sociaux, y développer des petites formes, grâce au crowdfunding par exemple. Le Festival IMAGO et la plateforme de financement participatif des projets culturels sont finalement deux manières différentes et complémentaires d’avancer dans la même direction  : inclure les personnes handicapées un peu mieux, un peu plus dans la société. Festival IMAGO Du 6 octobre au 18 décembre 2018 100 représentations dans 50 lieux en Île-de-France Programme sur festivalimago.com Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :