[95] Val d'Oise n°12 jui/aoû 2017
[95] Val d'Oise n°12 jui/aoû 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°12 de jui/aoû 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 11,8 Mo

  • Dans ce numéro : indispensables bibliothèques !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
DOSSIER L’ART DES JARDINS Les pépinières Châtelain, reconnues pour leur savoir-faire, ont participé à la reconstitution du jardin à la française du château de Chambord. de leurs trottoirs fleuris. De son côté, la commune prend en charge l’achat des végétaux et leur renouvellement. Le potager comme outil d’insertion Entre un plan du XVIII e siècle conservé aux Archives départementales et la réalité du XXIe, de nombreux lustres nous contemplent… Si le dessin d’un jardin historique peut-être reporté sur le terrain de nos jours sans trop de difficultés, en assurer l’entretien sur le long terme est une toute autre histoire. Si les allées, les bosquets et les massifs retrouvent vie, les escouades de jardiniers qui s’y affairaient jadis ne sont plus disponibles pour les porter au quotidien. Restaurés en 2004, les trois hectares et demi du potager-fruitier du château de La Roche-Guyon ont eu la chance qu’un de nos plus talentueux jardinierpaysagiste s’intéresse à leur sort  : Gilles Clément. En quelques préconisations, il a su ré-enchanter cet espace labellisé « jardin remarquable » depuis 2011 par le ministère de la Culture. En outre, la gestion est réalisée sous la forme d’un chantier d’insertion financé par 22. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental le Département et confié à l’association Vie Vert. Une douzaine de personnes y sont initiées chaque année aux métiers de l’environnement et du paysage. Certifiés en agriculture biologique (AB), les produits du potager, frais ou transformés en confiture, soupes ou jus de fruits, se retrouvent à la boutique du château où ils font bon ménage avec les nourritures de l’esprit. Une autre association valdoisienne, Plaine de Vie, réunit de pareille manière maraîchage biologique et insertion. Les paniers de légumes bio cultivés sur les terrains d’Ezanville et de Saint-Brice-sous-Forêt ont ainsi un goût supplémentaire de solidarité qui motive les adhérents de l’association. À l’intention des élèves notamment, Plaine de Vie assure aussi l’accompagnement pédagogique et des animations sur les sujets du développement durable, de l’alimentation ou des jardins. Dans ce domaine plusieurs collèges valdoisiens se distinguent. Des collèges pas comme les autres Des enseignants intervenant dans des collèges où l’herbe des espaces extérieurs était sagement tondue à 5 cm ont décidé de changer les choses. Ils ont eu l’idée d’en travailler le sol, jusqu’alors infructueux, pour ouvrir grandes les portes à tous les possibles, le jardin devenant un terrain d’expérimentations et de travaux pratiques sans
limites. Ils sont soutenus dans cette dynamique par les dispositifs du Département en faveur de l’environnement et du développement durable ou de la culture, « artiste au collège ». Ainsi Agnès Charles, professeure de Sciences de la vie et de la terre (SVT) au collège Jean Bullant d’Ecouen, y peaufine depuis une douzaine d’années un jardin d’inspiration médiévale avec ses élèves. La garance voyageuse permet des essais de teinture sur tissu. Un banc d’herbe en plessis de châtaignier où s’enroule un rosier grimpant accueille les poésies courtoises de Pierre de Ronsard et les coassements des grenouilles de la mare pédagogique apportent une touche 7 Français sur 10 estiment qu’il n’y a pas assez de végétal en ville « Le jardin apparaît comme le seul et unique territoire de rencontre de l’homme avec la nature où le rêve est autorisé. » d’humour aux débats des conseils de classe… À Fosses, le collège Stendhal est construit en limite de champs. Y installer un jardin pour y cultiver des aromatiques s’est imposé naturellement à Cédric Leclère, professeur en section d’enseignement général et professionnel adapté (Segpa). Constitué de massifs surélevés, le jardin accueille des activités artistiques. Avec l’artiste Marianne Levexier, les élèves ont construit un papillon posé sur une structure métallique et portant sur ses ailes un hommage à la biodiversité. Au collège Evariste Galois de Sarcelles, les espaces verts constituent le poumon vert du quartier tant ils sont vastes. Haatim Benharata, professeur de SVT, mêle semis fleuris, légumes et petits fruits dans son jardin en prise directe avec la cour de récréation, sous le regard permanent des élèves qui s’habituent ainsi à ne pas voir que du béton dans leur environnement. GILLES CLÉMENT EN PLUS 61% ont un jardin Un secteur économique L’engouement pour les jardins se traduit aussi de manière économique. En France, le marché du jardinage représente plus de 8 milliards d’euros par an, entre les végétaux, les produits, le matériel ou les objets de décoration et d’ameublement, avec des milliers d’emplois à la clé.Ainsi, par exemple, les pépinières Châtelain, installées depuis 1967 sur les terres du Thillay, sont devenues en deux générations une des pépinières incontournables en Île-de-France. Sur une centaine d’hectares elles produisent des arbres, des arbustes et des conifères avec une spécialisation dans les arbres fruitiers formés et les sujets d’exception. L’entreprise emploie 35 personnes et produit plus de 25 000 sujets par an avec plus de 150 variétés différentes. Et l’affaire ne date pas d’aujourd’hui dans le Val d’Oise. Le développement de la villégiature en vallée de Montmorency dans la seconde moitié du XIX e siècle, en particulier avec la station thermale d’Enghien-les-Bains a donné du travail à de multiples entreprises de parcs et jardins. Rien qu’à Montlignon, il y avait 36 pépiniéristes en 1877. Les plus renommés, les Monneau, ont alimenté entre autres le bois de Boulogne ou les Buttes Chaumont au temps du Second Empire. 43% ont une terrasse 30% ont un balcon Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :