[95] Val d'Oise n°11 mai/jun 2017
[95] Val d'Oise n°11 mai/jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de mai/jun 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : le Val d'Oise sur le devant de la Seine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
36. ET AILLEURS L’ITALIE, L’AUTRE PAYS DE LA BEAUTÉ par Joël Godard En dépassant pour la première fois les 10 milliards d’euros en 2015, en particulier grâce aux exportations, la production cosmétique italienne confirme l’importance croissante de ce pays dans une filière où la France reste le leader mondial. Après tout, l’Italie retrouve une place qu’elle avait déjà dans l’histoire car la cosmétique antique réapparaît dans l’Europe médiévale via Salerne puis, à la Renaissance, à travers des traités originaires souvent d’Italie, si l’on excepte le Traité des fardements et des confi tures, publié par Nostradamus à Lyon en 1555, qui mélange allègrement le « vray et parfaict embellissement de la face » avec « la manière de faire toutes confi tures liquides tant en succre, miel, qu’en vin cuit. » « La filière cosmétique représente 200 000 emplois en Italie, 150 000 en France, dont 5 000 dans le Val d’Oise. » Renaissance et XXI e siècle se rejoignent en Emilie-Romagne. C’est de cette région du nord de l’Italie, dont Bologne est la capitale, qu’est originaire Girolamo Mercuriale, médecin auteur d’un des premiers traités médicaux sur ce thème. Et c’est aujourd’hui, avec la Vénétie et, surtout, la Lombardie, la zone qui concentre 80% des entreprises cosmétiques. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental Bologne, ville historique, accueille chaque année le Cosmoprof Worlwide. Business France observe que « l’Italie détient une position importante dans la production de cosmétiques pour le soin de la peau et du visage mais en particulier pour le soin des cheveux. » Au total l’Italie se place en troisième position au niveau européen comme exportateur de cosmétiques et au quatrième comme marché de consommation après l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France. Il n’est donc pas surprenant que le plus grand salon international de la filière se tienne chaque année à Bologne. Cosmoprof y attire plus de 2500 sociétés, dont les troisquarts étrangères, et 250 000 visiteurs. Depuis 2015, la France a aussi un salon international, Cosmetic 360, pour « remettre Paris au cœur du marché mondial de la parfumerie-cosmétique et positionner résolument l’industrie française sur le créneau de l’innovation. » Il est important de suivre ce marché qui a bien résisté à la crise. Paradoxalement croirait-on pour de produits considérés de luxe ou superflus, mais le soin de soi reste indispensable. « Ce qui est certain, dit le Dr Jacques Chevallier, médecin dermatologue et historien, c’est bien la quête de la jeunesse et de la beauté qui se perpétue depuis la nuit des temps ! »
Le Traité des fardements a connu à sa parution en 1555 un véritable succès et fera l’objet de neuf rééditions successives. Véritable carrefour d’échange et de découverte de l’innovation, à Paris, COSMETIC 360 est un lieu pour s’ouvrir aux dernières innovations et aux services de la beauté de demain. Photographie  : en bas Cosmetic Valley - A.Lombard EN PLUS ET CHEZ NOUS ? UN CONGRÈS INTERNATIONAL Les 6 et 7 juin, le Val d’Oise accueille à nouveau, à Cergy-Pontoise, COMET, le congrès international de la cosmétique spécialisé dans les tests et mesures. Sa localisation allait de soi dans le Val d’Oise où une centaine d’entreprises sont spécialisées dans ce domaine. « COMET est le rassemblement fructueux de chercheurs et d’industriels, d’universitaires et d’entreprises, de grandes sociétés et de start-up. Le Département a été le principal partenaire public de l’édition précédente, comme il a soutenu financièrement la mise en place en 2016 de la plateforme technologique Cosmétomic de l’Université. » Virginie Tinland Conseillère départementale déléguée à l’Enseignement supérieur Cosmetic Victories Le pôle Cosmetic Valley a accompagné la mise en place avec le Département de la plateforme technologique « Cosmétomic ». Plus récemment, il a concrétisé un accord avec l’ESSEC pour la création d’un appel à projets « The Cosmetic Victories ». Objectif  : valoriser les étudiants, chercheurs, entrepreneurs, startup ou PME portant un projet innovant en lien avec la filière parfumerie-cosmétique. Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :