[95] Val d'Oise n°11 mai/jun 2017
[95] Val d'Oise n°11 mai/jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de mai/jun 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : le Val d'Oise sur le devant de la Seine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
DOSSIER AXE SEINE Les départements de l’Eure, de la Seine-Maritime, des Yvelines, des Hauts-de-Seine et du Val d’Oise unis pour développer le projet de l’Axe Seine. Ils ont été rejoints par le département du Calvados. « La Seine ignore les limites départementales, explique le président Arnaud Bazin. Pour traiter des problématiques communes, nous avons tout intérêt à rassembler nos moyens. Le Val d’Oise, les Hauts-de-Seine, l’Eure, les Yvelines et la Seine-Maritime parlent désormais d’une seule voix pour être mieux entendus. L’association permet d’harmoniser nos demandes communes vis-à-vis de l’État. Mais elle a vocation à s’élargir aux autres collectivités » Le Val d’Oise était déjà impliqué dans diverses collaborations avec la Normandie, mais sur des projets plus ciblés. C’est le cas par exemple du PEPITE Vallée de Seine. Cette structure associe le monde académique et les agences de développement économique du Val d’Oise à leurs homologues normands pour favoriser l’entrepreneuriat chez les étudiants. En ouvrant un espace de dialogue et de projets à tous les acteurs publics et privés de ces territoires, Axe Seine ambitionne de fédérer toutes les initiatives locales. 22. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental L’association a déjà recensé une quarantaine de grands projets à proximité de la Seine. De leur côté, Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France et Hervé Morin, président de la Région Normandie, ont signé en janvier un programme de coopération interrégionale « Vallée de la Seine » qui traduit aussi une volonté de mieux collaborer. « Il n’y a pas de développement possible de la région capitale sans un port sur la mer, affirme Valérie Pécresse. Nous plaidons pour un projet ambitieux de fusion des trois ports, Paris, Rouen, Le Havre, en un port unique. » Ces ports sont déjà regroupés dans le GIE Haropa, 1er système portuaire français et 5 e nord européen. Pour Antoine Berbain, son directeur général adjoint, Haropa « nous a permis de nous mettre d’accord sur les infrastructures nécessaires au développement de notre stratégie. L’axe Seine a déjà une existence, c’est une réalité. » Il était intervenu dans ce sens aux rendez-vous consacrés à la logistique par le conseil départemental du Val d’Oise lors desquels François Philizot, délégué interministériel au développement de la vallée de la Seine, avait observé  : « Le Val d’Oise est un territoire logistique important qui constitue un premier point de connexion entre la Normandie et l’Ile-de-France. »
La Seine a bon port À une taille plus modeste, les ports à vocation touristique connaissent l’embellie. À Vernon, la création d’un second quai répond à la demande des croisiéristes intéressés par la proximité de Giverny. Pas très loin, le port des Andelys va être désenvasé pour accueillir également les croisières. C’est dans le Val d’Oise, en tenant compte de l’Oise, qu’il y a le plus de projets. La halte fluviale de la Roche Guyon sera opérationnelle cet été pour accueillir les bateaux de croisières de 135 mètres. Le Département soutient financièrement cette réalisation bénéfique au tourisme valdoisien. Première marina d’Ile-de-France, Port Cergy va tripler son LE HAVRE ACHÈRES 365 km 100 hectares PARIS la distance entre Paris et la mer par la Seine « J’ai eu un rêve. La vallée de la Seine devenait le cadre d’une grande métropole mondiale où l’urbain et la nature seraient réconciliés. » nombre d’anneaux dans un projet d’aménagement urbain plus large comprenant logements, restaurants, hôtels. Une opération de même type se profile à L’Isle-Adam où la marina comptera 130 anneaux et plus de 300 logements et commerces. Le tout dernier projet est aussi le plus ambitieux. A l’horizon 2022, Cormeilles-en-Parisis espère disposer de son port de plaisance, avec 150 à 200 anneaux, et un millier de logements nouveaux. Plus largement, les berges sont réhabilitées en de multiples zones. Dans les Hauts-de-Seine, celles situées à proximité du port de Courbevoie ont été réaménagées avec jardin paysager pour des animations culturelles et des débarquements nautiques. Une boucle de la Seine plus loin, la zone de Bezons à Argenteuil est emblématique des nouveaux rapports entre le fleuve et ses villes. La réalisation de la ligne de tramway T2 a entraîné le réaménagement de la ANTOINE GRUMBACH, architecte et urbaniste EN PLUS & 100 millions € d’investissement le Port Seine-Métropole Ouest, à Achères, outil du développement de la Confluence. Début du chantier en 2018 Tête de pont à Bezons avec le souci de libérer des espaces en bord de Seine et de les renaturer. Le projet se prolonge en direction d’Argenteuil avec la transformation de la RD 311. Des pistes cyclables et piétonnes seront créées le long des berges. L’accès par des traversées sécurisées favorisera les échanges vers les bords de Seine. Les zones qui ont préservé leur faune et leur flore bénéficient du statut d’Espace naturel sensible (ENS). Celui de la tourbière d’Heurteauville, propriété du département de Seine-Maritime, est une zone humide emblématique reconnue au niveau national. Il sera aménagé d’ici 2018 pour accueillir et sensibiliser le public aux enjeux écologiques de la vallée de la Seine. ENS, l’Ile Fleurie à Bezons, pointe sauvage de l’île des impressionnistes et propriété du Département, voit ses milieux naturels être restaurés. La protection de la biodiversité est toujours prise dans les nouveaux aménagements de ces zones fragiles et rares. Par exemple, en compensation de la surface absorbée par le port de plaisance de L’Isle-Adam, une zone équivalente de plusieurs hectares est aménagée à destination des espèces protégées. Sur les bords de l’eau, les collectivités ont compris que le développement économique n’était pas incompatible avec la nature et ses diverses valorisations par le tourisme. la Vallée de la Seine 1/4 du PIB (produit intérieur brut) de la France Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :