[95] Val d'Oise n°11 mai/jun 2017
[95] Val d'Oise n°11 mai/jun 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de mai/jun 2017

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 12,5 Mo

  • Dans ce numéro : le Val d'Oise sur le devant de la Seine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
ÇA FAIT DÉBAT EN PLUS Un peu plus sur André Yché Ancien pilote militaire diplômé de l’Ecole de l’Air et de l’US Air Force Academy de Colorado Springs, André Yché est contrôleur général des armées. Licencié en droit et en administration publique, il est diplômé de l’Institut d’administration des entreprises et lauréat de l’Institut d’études politiques de Paris.lla été directeur adjoint du cabinet civil et militaire d’Alain Richard, ministre de la Défense. Il dirige la SNI depuis 1999. Il a assuré divers enseignements de droit et d’économie à l’Université de Paris II – Assas ainsi entre autres au Collège Interarmées de Défense. Il est auteur de plusieurs ouvrages dont Logement  : nouvelle donne (Economica, 2015). 18. VAL D’OISE Le magazine du Conseil départemental Pouvez-vous nous présenter le groupe SNI ? André Yché  : Le groupe SNI est la filiale immobilière à vocation d’intérêt général de la Caisse des Dépôts. Nous sommes le premier bailleur de France avec un parc de 348 000 logements sociaux, intermédiaires et libres gérés sur l’ensemble du territoire. Nous commençons à nous déployer dans les départements d’outre-mer. Nous concevons notre action autour de l’habitat, c’est-à-dire l’intégralité de l’offre locative couplée à une réflexion autour des services à nos résidents, que ce soit en termes de transport, d’environnement ou d’accès à l’emploi. Le groupe SNI comprend enfin l’opérateur Grand Paris Habitat dédié à la production de logements et à la revalorisation du patrimoine sur le territoire du Grand Paris pour le compte des entités franciliennes du Groupe et d’adhérents externes dont fait partie Val d’Oise Habitat. Que représente Val d’Oise Habitat après l’absorption des logements de l’OPIEVOY ? Xavier Haquin  : Notre office départemental devient, fort de ses 20 000 logements, le premier bailleur public du Val d’Oise et l’outil de la politique du conseil départemental Avec l’intégration du patrimoine de l’OPIEVOY situé sur le Val d’Oise, Val d’Oise Habitat devient, fort de ses 20 000 logements, le premier bailleur public du Val d’Oise. Xavier Haquin Conseiller départemental délégué au Logement et président de Val d’Oise Habitat en matière de logement. Nous renforçons notre implantation sur certaines communes et nous nous « installons » sur d’autres. C’est à chaque fois une relation de partenariat à réaffirmer ou à créer, car n’oublions pas qu’en tant qu’office public départemental, nous avons un rôle à jouer auprès des collectivités. L’intégration de ce patrimoine nécessite une profonde restructuration interne de nos services. Nous nous y sommes attelés depuis quelques mois maintenant et notre nouvelle organisation commence à se dessiner. Quelles sont les perspectives du logement social en Ile-de-France ? A.Y.  : Aujourd’hui répondre aux grands défis du logement social dans la métropole, c’est réfléchir à élargir l’offre de places. Le groupe SNI se positionne avec un plan de relance du logement très ambitieux de 35 000 logements sociaux et intermédiaires neufs d’ici à 2020. Nous sommes aussi dans une dynamique prospective  : le Groupe sera présent dans plus d’une vingtaine de groupements pour la seconde phase de Réinventons la Métropole. En dehors des constructions, nous travaillons sur des réhabilitations thermiques à grande échelle, notamment grâce à des prêts de la Banque européenne d’investissement.
Accession à la propriété, révision des modes de financement, instauration du parcours résidentiel sont autant de pistes à explorer si l’on veut que le logement social réponde aux besoins actuels. André Yché Président du directoire du groupe SNIX.H.  : L’année 2016 a été historique en production de logements sociaux en Ile-de-France et notre département y a pris sa part avec la création de près de 3 700 logements… bien au-delà des objectifs fixés par l’État ! C’est bien sûr toujours insuffisant au regard des 53 000 demandeurs de logements inscrits. 42 communes sont toujours soumises à l’obligation de rattrapage de la loi SRU, car inférieures à 25%, mais nous notons que plus de la moitié d’entre elles sont désormais dans une dynamique vertueuse de production de logements sociaux. Val d’Oise Habitat accompagne et encourage ces communes. Pourquoi avez-vous adhéré à Grand Paris Habitat, le groupement d’intérêt économique créé par la SNI ? X.H.  : En préparant l’intégration du patrimoine de l’OPIEVOY, nous savions que nous aurions à faire face à des opérations lourdes de réhabilitation, à Sarcelles ou à Persan, et que nous ne disposions pas des ressources internes capable d’absorber cette charge de travail supplémentaire. L’offre de service de Grand Paris Habitat s’est vite imposée comme LA solution nous permettant de répondre efficacement et dans des délais courts à ces projets ambitieux. Et puis, au-delà de ces opérations, il me semble pertinent de tisser des relations inter-bailleurs ; nos résidences respectives sont parfois tellement imbriquées que nous avons tout intérêt à coopérer pour trouver des solutions communes. Comment doit se traduire le contrat d’objectifs que vous allez signer ensemble ? A.Y.  : Grand Paris Habitat prend en charge pour le compte de Val d’Oise Habitat les opérations que son plan de Photographies  : Neway Partners charge actuel ne lui permet pas de réaliser en interne. Notre partenariat permet à Val d’Oise Habitat de confier à nos équipes les opérations de construction neuve et de réhabilitation en surplus, en profitant du savoir-faire d’une équipe expérimentée. Souscrivez-vous à la déclaration de L’Union sociale pour l’habitat « Le logement social est une chance pour notre pays face aux défis de notre temps » ? A.Y.  : Je salue une déclaration qui interpelle les candidats quand le logement est le grand absent de la campagne présidentielle. Si je suis intimement convaincu qu’il ne faut pas faire table rase du modèle français, je plaide pour une évolution du logement social  : accession à la propriété, révision des modes de financement, instauration du parcours résidentiel sont autant de pistes à explorer si l’on veut que le logement social réponde aux besoins actuels.X.H.  : L’image négative du logement social est en train de s’atténuer grâce aux efforts conjugués de toutes les parties prenantes  : les élus locaux mais aussi l’Etat, les associations représentant les locataires, le secteur du bâtiment et de l’urbanisme, les syndicats. Même si ces différents acteurs poursuivent des logiques différentes, il y a un consensus qui se dégage pour affirmer, d’une seule voix, que le logement social est l’un des outils de la solidarité nationale permettant à la France de faire face aux mutations sociales et économiques, actuelles et futures. Je me réjouis de cette unanimité ! Le magazine du Conseil départemental VAL D’OISE.19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :