[95] Val d'Oise n°1 sep/oct 2019
[95] Val d'Oise n°1 sep/oct 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de sep/oct 2019

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Conseil Général du Val-d'Oise

  • Format : (190 x 250) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 9,7 Mo

  • Dans ce numéro : jeunes valdoisiens, bien dans leurs collèges.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
L.P.  : « La mise en service imminente de la 4 e voie à Cergy apportera des gains de robustesse sur la ligne L au départ de Cergy et donc du RER A. Nous poursuivons également le renouvellement des trains. Des nouveaux trains, c’est plus de confort, plus de qualité de vie, mais aussi plus de sécurité et de ponctualité. » 24 LE DÉBAT Ph.R.  : « Les correspondances entre le futur métro du Grand Paris et les lignes ferroviaires qui irriguent le territoire sont essentielles. » Comment répondez-vous à l’attente des usagers du RER A ? Laurent Probst  : Depuis 2017, nous avons entrepris un énorme travail de modernisation de l’ensemble des transports partout en Île-de- France. Nous devions revoir l’offre en profondeur et c’est ce que nous avons fait. Les premiers résultats concrets sont là  : Le taux de ponctualité du RER A était de 90% en 2018, soit 3,7 points de plus qu’en 2017. Sur les premiers mois de 2019, il dépasse 92%. Sur la branche de Cergy, nous sommes passés de 71,5 à 86,5 points entre 2017 et 2019. Nous poursuivons ce travail avec la 4 e voie à Cergy et en créant un lien direct avec la tour de contrôle de Vincennes pour améliorer l’information voyageur et l’exploitation commune avec la RATP. Nous sommes conscients des attentes des voyageurs qui sont légitimes. Tout cela peut paraître long mais nous menons un travail de fond qui nécessite du temps ; nous ne relâchons pas nos efforts, bien au contraire. Photographies  : Vincent Colin Où en est-on du prolongement du T11 Express ? Philippe Rouleau  : Le Tram 11 express est une liaison en rocade entre Epinaysur-Seine (gare RER C) et le Bourget (gare RER B), exploitée en tram-train, mise en service en juillet 2017. La deuxième phase du projet est attendue pour prolonger la ligne à l’ouest vers Sartrouville et à l’est vers Noisy-le- Sec. C’est la seule ligne de rocade de moyenne couronne permettant de se connecter aux trains (RER B,C, D et E et Transiliens J,H et K) et de renforcer les liaisons de banlieue à banlieue. Le Département est inquiet de ne pas voir ce prolongement se concrétiser sur la section ouest d’Epinay à Sartrouville, soit 12 km de voie nouvelle. Le projet est déclaré d’utilité publique mais la deuxième phase est en attente de financement. Comme la plupart des lignes de transport, le tram T11 concerne plusieurs territoires. Il pourrait donc s’inscrire dans les projets soutenus par le FS2i, le Fonds de solidarité et d’investissement interdépartemental.L.P.  : Le montant d’investissement prévisionnel de la phase 2 du Tram 11 express est estimé à plus d’1 milliard d’euros au stade des études d’avantprojet (AVP) par la SNCF. Nous sommes donc en discussion dans le cadre des prochains contrats de plan Etat Région (CPER), entre tous les financeurs et partenaires du projet  : l’État, la Région Île-de-France, les Départements de Seine-Saint-Denis, du Val d’Oise et des Yvelines, la SNCF et Île-de-France Mobilités. Les choses avancent, nous y veillons. Par ailleurs, d’autres projets d’infrastructure sont prévus pour désaturer le RER A. Le métro du Grand Paris avec la ligne 15 Sud et Est. Île-de-France Mobilités travaille pour un bouclage rapide de cette dernière. De plus, EOLE ouvrira en 2022 puis 2024 et déchargera beaucoup la ligne.
Photographies  : Vincent Colin Le magazine du Département VAL D’OISE Pourquoi cette mobilisation du Département pour un arrêt de la ligne H à Saint Denis-Pleyel ? Ph.R.  : Effectivement, c’est une demande récurrente des élus valdoisiens. Comme l’ensemble de l’Ile-de-France, les habitants et les entreprises du Val d’Oise contribuent financièrement au projet de métro du Grand Paris. Le Val d’Oise n’ayant qu’une seule gare (au Triangle de Gonesse), l’existence et la qualité des correspondances entre le futur métro et les lignes ferroviaires qui irriguent le territoire sont essentielles. Or, l’absence de correspondance entre la ligne H, qui transporte quotidiennement 250 000 usagers, et le futur pôle de métro (ligne 14, 15, 16/17) à Saint Denis-Pleyel, serait dommageable. Elle affaiblirait les avantages attendus de la ligne 17 pour notre territoire. Comment favorisez-vous le covoiturage ? Ph.R.  : Nous l’encourageons pour les déplacements quotidiens, pour en faire un mode de transport collectif, car c’est une solution pour réduire la congestion automobile  : il n’y a qu’1,08 personne par véhicule en moyenne. Nous n’avons pas encore l’équivalent pour les trajets du quotidien de courte distance de Blablacar pour les trajets longue distance. Nous avons soutenu plusieurs expérimentations, dont Covoit’ici. Par ailleurs, les voies dédiées ou les Un peu plus sur Laurent Probst Ph.R.  : « Le Département veut faire du co-voiturage un mode de transport collectif courant pour les déplacements quotidiens. » places de stationnement réservées aux co-voitureurs sont des solutions. Nous avons créé des aires de covoiturage avec le soutien financier de la Région.L.P.  : Depuis 2017, nous avons décidé de soutenir les nouvelles mobilités dont le co-voiturage pour encourager toujours plus de Franciliens à la mobilité partagée pour leurs trajets quotidiens domicile-travail. Depuis le 1er mai, nous avons décidé d’aller plus loin dans notre action avec les principaux acteurs du covoiturage afin d’encourager les automobilistes à ouvrir leur portière en proposant une indemnité kilométrique aux conducteurs, des trajets aux passagers, jusqu’à 150 euros par mois pour les conducteurs covoiturantL.P.  : « Nous finançons 18 000 places de parking relais afin de faciliter le passage de la voiture au train. » chaque jour sur le trajet domiciletravail, etc. Les trajets de covoiturage disponibles sont consultables sur vianavigo via la recherche d’itinéraires. Alors laissez-vous tenter ! Laurent Probst est directeur général, depuis 2016, d’Île-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports en Île-de- France. Ancien élève de l’école Polytechnique, Laurent Probst est ingénieur en chef des Ponts, Eaux et Forêts, et titulaire d’un master de la London School of Economics. Il a été conseiller auprès de Valérie Pécresse, au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, puis directeur adjoint de cabinet, chargé de la réforme de l’État au ministère du Budget. 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :