[94] Val de Marne n°371 novembre 2019
[94] Val de Marne n°371 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°371 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Val-de-Marne

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 14,0 Mo

  • Dans ce numéro : handicap, l'affaire de tous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
46 CULTURE BOUGER EN VAL-DE-MARNE JEUNE PUBLIC La mécanique de l’amitié Olivier Letellier signe la mise en scène de La Mécanique du hasard, l’histoire d’un jeune garçon qui se croit victime du mauvais sort. L’amitié et l’entraide vont l’aider à triompher des difficultés. Fiona Chauvin et Guillaume Fafiotte, interprètes de La Mécanique du hasard. Le héros de La Mécanique du hasard, création récente du Théâtre du phare, s’appelle Stanley Yelnats, un jeune garçon qui a le don d’être souvent « au mauvais endroit au mauvais moment ». Injustement accusé d’un vol, Stanley est expédié dans un camp de redressement pour adolescents, au milieu du désert texan. Là, il doit creuser des trous au fond d’un lac asséché. Pour rien, simplement parce qu’un éducateur un brin sadique l’a décidé. De quoi désespérer et lui faire croire dur comme fer qu’il est frappé par la malchance qui accablerait sa famille depuis des lustres ! La rencontre et la naissance d’une solide amitié avec le jeune Zéro, condamné à la même punition absurde, vont aider Stanley à voir les choses différemment et l’encourager à prendre son destin en main. Cette fable initiatique, tirée d’un roman pour la jeunesse de l’écrivain américain Louis Sachar et mise en scène avec bonheur par Olivier Letellier, rappelle que l’entraide et la solidarité nous aident à traverser les épreuves. Que rien n’est écrit et qu’il faut se battre pour s’affranchir tant du déterminisme social que de la voie tracée par les parents. Le texte est rempli de symboles, truffé d’humour et de clins d’œil. Deux interprètes, Fiona Chauvin et Guillaume Fafiotte, au jeu intelligent et sensible, incarnent tous les personnages, les sympathiques comme les exécrables. Les deux conteurs déroulent l’histoire en multipliant les points de vue et en se projetant dans le temps et l’espace avec, pour seul décor, un vieux réfrigérateur qui change de fonction au gré du récit. DIDIER BERNEAU † LE 15 NOVEMBRE au centre Jean-Vilar à Champigny. 01 48 85 41 20 et champigny.fr † LE 17 NOVEMBRE au Nouvel espace culturel Charentonneau à Maisons-Alfort. 01 41 79 17 20 et theatredemaisons-alfort.org † LE 30 NOVEMBRE au théâtre Romain- Rolland à Villejuif. 01 49 58 17 00 et trr.frC. RAYNAUD DE LAGE M. LUMBROSO DR CINÉMA Le Géant égoïste, premier film de Clio Barnard. La crème anglaise On croit connaître l’Angleterre, ce pays voisin qui pourrait quitter prochainement l’Union européenne, mais on est toujours surpris de découvrir la diversité de sa création cinématographique. La 38 e édition du festival L’Œil vers, journées cinématographiques du Val-de-Marne contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples, a sélectionné quatorze films, la crème de la production d’Outre-Manche qui donne un aperçu de ce cinéma et reflète ses préoccupations sociales et sociétales, sa longue tradition de l’art dramatique et son appétence pour les genres populaires. D.B. † DU 19 NOVEMBRE AU 3 DÉCEMBRE dans douze villes et cinémas du Val-de-Marne. 01 45 13 17 00 et loeilvers.org LITTÉRATURE Une trentaine d’écrivains participent au Festival du roman noir et social. Noire et sociale La littérature ressemble parfois à l’agriculture intensive  : certaines de ses productions sont faites hors sol, sans lien avec la vie réelle. Mais il y a aussi, fort heureusement, une littérature bio qui s’enracine dans le concret. Le roman noir et le roman social se rattachent à cette catégorie et, chacun à leur manière, auscultent la société. Pour mettre à l’honneur cette littérature souvent contestataire, la librairie associative Livres en luttes, la librairie Les Mots retrouvés et le centre culturel de Vitry organisent un Festival du roman noir et social. Une trentaine d’écrivains (Gérard Mordillat, Roger Martin, Chantal Montellier, Didier Daeninckx, Jean- Bernard Pouy…) participent à cette première édition. Trois jours de rencontres-dédicaces, de débats, conférences et spectacles. D.B. † LES 6, 7 ET 8 DÉCEMBRE au centre culturel de Vitry. 01 43 91 92 29 et ccv-vitry.fr
DANSE Le tourbillon Kalypso Le chorégraphe Mourad Merzouki fête, cette année, ses dix ans de présence à la tête du Centre chorégraphique national du Val-de-Marne et de Créteil dont il a fait l’un des bastions de la danse hiphop en France. Cet anniversaire irradie le prochain festival Kalypso dont il est le maître d’œuvre. La soirée du 15 novembre, à la Maison des arts de Créteil, met ainsi à l’honneur le projet d’une décennie  : la danse comme fenêtre ouverte sur le monde. Une ambition illustrée de la plus belle façon par huit jeunes artistes venus du Maroc, interprètes de Danser Casa, une pièce née de la collaboration entre deux amis de longue date, Kader Attou (directeur artistique du Centre FESTIVAL Partages poétiques Quelque part au milieu de l’infini, d’Amala Dianor, le 15 octobre à Créteil. chorégraphique national de La Rochelle) et Mourad Merzouki, tous deux originaires de la région lyonnaise. Cette 7 e édition du festival se déploie dans dix-huit villes d’Île-de-France, dont cinq en Val-de-Marne  : Ablon, Choisy, Créteil, L’Haÿ-les-Roses et Vitry. Avec, au programme, une trentaine de compagnies, un concours Jeunes talents, des battles, des conférences, des programmes en direction du jeune public… Un véritable tourbillon artistique qui laisse exploser la diversité et la créativité d’une danse effervescente. D.B. † DU 6 NOVEMBRE AU 17 DÉCEMBRE en Île-de-France dont cinq villes du Val-de-Marne. 01 71 33 03 35 et ccncreteil.com/kalypso La poésie se partage. Le Conseil départemental et trois structures culturelles du Val-de-Marne – Anis gras, Musiques au comptoir et le Générateur – se sont associés pour offrir un week-end de poésie, les 16 et 17 novembre, premier acte d’un festival de plus grande ampleur qui aura lieu en mars prochain. La programmation, variée et éclectique, décline les liens de la poésie avec les autres formes artistiques  : danse, musique, lectures, vidéo et numérique… Chaque lieu valorise son propre capital culturel. Le Comptoir fait ainsi une grande place à la musique avec Sylvain Daniel, bassiste de l’Orchestre national de jazz, pour une interprétation originale de textes de Victor Hugo tirés des Contemplations. Au Générateur, le poète Charles Pennequin, complice du lieu depuis plusieurs saisons, est le maître d’œuvre de performances au cours desquelles de nombreux artistes viendront prêter main-forte. Anis gras réunit le duo Vanessa Bell, poétesse québécoise, et Barthélémy Antoine-Loeff, vidéaste, et consacre son traditionnel Café des enfants à la poésie sous toutes ses formes. D.B. † LES 16 ET 17 NOVEMBRE à Anis gras à Arcueil, 01 49 12 03 29 et lelieudelautre.com à Musiques au comptoir à Fontenay, 01 48 75 64 31 et musiquesaucomptoir.fr au Générateur à Gentilly, 01 49 86 99 14 et legenerateur.com V. FROISSARD A. WEIL AFP THÉÂTRE Manifestation en faveur de l’IVG, le 8 novembre 1972. Un procès à Bobigny En 1972, le procès, à Bobigny, de Marie-Claire Chevalier et de sa mère pour l’avortement de la jeune fille, enceinte à 16 ans à la suite d’un viol, bouscule la société française. Les audiences deviennent une tribune en faveur du droit des femmes à disposer de leur corps. L’avocate Gisèle Halimi, qui obtient la relaxe des deux accusées, sollicite le soutien de nombreuses personnalités à cette cause. Deux ans plus tard, en décembre 1974, la loi Veil sur l’interruption volontaire de grossesse est votée à l’Assemblée nationale. À partir des archives du procès et de témoignages contemporains, Émilie Rousset et Maya Boquet proposent une lecture originale d’un événement emblématique. Cette Reconstitution du procès de Bobigny entre en résonance avec les combats féministes actuels contre les régressions législatives à l’œuvre dans certains pays. D.B. † LE 16 NOVEMBRE au Pôle culturel à Alfortville. 01 58 73 29 18 et lepoc.fr † LE 30 NOVEMBRE au théâtre de Rungis. 01 45 60 79 05 et theatre-rungis.fr Sylvain Daniel s’inspire de Victor Hugo. CULTURE 47 BOUGER EN VAL-DE-MARNE LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT N°371 NOVEMBRE 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 1[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 2-3[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 4-5[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 6-7[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 8-9[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 10-11[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 12-13[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 14-15[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 16-17[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 18-19[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 20-21[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 22-23[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 24-25[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 26-27[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 28-29[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 30-31[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 32-33[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 34-35[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 36-37[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 38-39[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 40-41[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 42-43[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 44-45[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 46-47[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 48-49[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 50-51[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 52-53[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 54-55[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 56