[94] Val de Marne n°371 novembre 2019
[94] Val de Marne n°371 novembre 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°371 de novembre 2019

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Val-de-Marne

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 14,0 Mo

  • Dans ce numéro : handicap, l'affaire de tous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
28 D. ADAM DOSSIER HANDICAP  : ALLER PLUS LOIN DANS L’ACCUEIL DES DIFFÉRENCES L’inclusion commence par l’accès aux droits Pour mieux répondre aux besoins des personnes en situation de handicap et leurs proches aidants, le Département et la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) font évoluer leurs accueils. Reçue à la permanence d’accueil dédiée à l’autisme, à la MDPH à Créteil, Karima Diffalah, mère de deux enfants qui rencontrent des troubles du développement, en sort réconfortée. « On connaît mal nos droits et c’est difficile de savoir quelles sont les bonnes démarches à effectuer car nos enfants nécessitent une présence constante et tout notre quotidien est écrasé par cela. On n’a ni weekend, ni vacances. » Renseignée sur le parcours à effectuer, elle vise dans un premier temps à faire établir un diagnostic établissant que ses enfants relèvent de troubles du spectre de l’autisme (TSA). « Le plus jeune, Naïm, a un retard global mais il est calme. En revanche, le plus âgé, Illian, a en plus des troubles du comportement, explique la mère. Je voudrais qu’il puisse accéder à une place en internat. » Chargée d’un autre accueil spécifique, pour les personnes relevant des troubles psychiques et leur famille, Alexandra Veloso, psychologue de l’association Vivre, confirme la méconnaissance des personnes reçues sur leurs droits. « Nos rendez-vous durent 1 h 30 car il y a un gros travail d’orientation. Ces personnes sont heureuses de pouvoir rencontrer quelqu’un qui prend le temps de les écouter. Elles n’en ont pas l’habitude. » DES LIEUX D’ACCUEIL TERRITORIALISÉS Pour faciliter l’accès aux droits, « le Département a transformé depuis 2016 les centres locaux d’information et de coordination L’institut Le Val-Mandé a ouvert un accueil temporaire pour jeunes autistes âgés de 3 à 20 ans. (CLIC), qui n’accueillaient que les personnes âgées, en espaces Autonomie [ouverts aux seniors, aux adultes en situation de handicap et leurs aidants, NDLR] pour prendre en charge les demandes des adultes en situation de handicap, retrace Aline Guérin, responsable du pôle Information et Coordination des accueils. Début 2020, deux nouveaux espaces Autonomie ouvrent à Vitry et Créteil, ce qui portera à sept leur nombre dans le Val-de-Marne. » Si la MDPH ne délivre pas de prestations, qui relèvent d’intervenants dont le Département (infographie page 33), elle permet d’accéder à un ensemble de droits *. « En 2018, nous avons reçu plus de 27 000 personnes dont près de 4 400 en accueil approfondi, précise Marie Deutsch, cheffe du
Plusieurs clubs sportifs dans le Val-de-Marne proposent des sections sport adapté. « Nous devons répondre à un gros volume de demandes tout en ayant une réponse personnalisée. » Marie du Bouëtiez de Kerorguen, directrice de la MDPH. service Accueil et animation du réseau. Ce qui explique le délai entre le dépôt de la demande et la décision prise par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). » En partie seulement, car toutes les MDPH de France sont engagées dans un processus de refonte de leurs systèmes d’information exigé par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA). « Notre défi est double. Nous devons répondre à un gros volume de demandes tout en ayant une réponse personnalisée pour chacune d’entre elles, résume Marie du Bouëtiez de Kerorguen, directrice de la MDPH. La MDPH n’évalue pas les besoins en fonction d’un diagnostic mais des répercussions de la pathologie sur la vie de la personne. » Pour améliorer le service, « certaines démarches ont été simplifiées. Des droits sont ouverts pour plusieurs années, voire à vie, rappelle Nadia Laporte-Phoeun, directrice de l’Autonomie au Conseil départemental, qui souligne qu’en matière de places d’accueil pour les enfants autistes, l’Îlede-France a un retard de 20% sur la moyenne nationale. Au-delà de l’obtention des droits, il faut aussi s’interroger sur leur effectivité. « Le virage inclusif est un impératif mais tout le monde doit s’y mettre. Si l’État assume ses responsabilités, nous pouvons créer avec lui des centaines de places pour les jeunes autistes dans les années à venir, affirme Brigitte Jeanvoine, vice-présidente du Conseil départemental chargée des Solidarités en faveur de l’autonomie des Personnes âgées et Personnes handicapées. * Allocation aux adultes handicapés, carte mobilité inclusion, reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé, aides et orientations scolaires… HANDICAP  : COMPÉTENCES DE L’ÉTAT ET DU DÉPARTEMENT État/Assurance Maladie Paiement de l’allocation aux adultes handicapés (AAH) et de l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) par la Caisse d’allocations familiales (CAF). Recrutement et formation des aides humaines à l’école. Ouverture des unités locales d’inclusion scolaire (ULIS). Autorisation et tarification de certains établissements sociaux et médico-sociaux  : maisons d’accueil spécialisé, établissements et services d’aide par le travail (ESAT), établissements pour les enfants… Département Chef de file des parcours d’accès aux droits sociaux et médicosociaux. Coordination des actions sociales et médico-sociales menées sur le territoire départemental. Création, transformation et contrôle des établissements et J. PAISLEY AIDE à DOMICILE Vers un service dédié à l’autisme De septembre à fin octobre, les bénéficiaires atteints de troubles du spectre autistique et leurs proches aidants ont été invités à remplir un questionnaire en vue de définir ce que pourrait être un service d’aide et d’accompagnement à domicile (SAAD) spécialisé dans la prise en charge des personnes présentant des troubles du spectre autistique (TSA). « Nous partons du constat d’une pénurie de dispositifs de relais pour ces familles et d’un manque de personnel formé dans les structures qui interviennent à domicile dans le cadre de la prestation de compensation du handicap (PCH), pointe Laurence Planchais, cheffe du service de l’offre médico-sociale au Conseil départemental. Environ 2 700 personnes, dont 1 100 familles avec enfants, ont reçu le questionnaire élaboré par la direction de l’Autonomie, en collaboration avec la MDPH. « À partir des réponses, nous allons bâtir un cahier des charges en direction des prestataires déjà présents mais l’idéal serait que des établissements du secteur du handicap participent à cet appel à candidatures car ils disposent de l’expérience et du personnel qualifié », souhaite Sarah Cardoso responsable de l’unité des services d’aide à domicile au Département. « Dès janvier 2020, nous serons sans doute en mesure de lancer un appel à candidatures pour répondre aux attentes exprimées dans le questionnaire, assure Fabiana Sammaritano, référente technique de l’offre médico-sociale. services sociaux et médico-sociaux fournissant des prestations relevant de la compétence du Département  : foyers d’hébergement, foyers de vie, foyers d’accueil médicalisé (FAM)… Paiement de la prestation de compensation du handicap (PCH), de l’allocation compensatrice, de l’aide sociale (aide-ménagère et accueil en établissement et services). DOSSIER 29 4 151 Val-de-Marnais ayant des droits ouverts à la MDPH relèvent de l’autisme dont deux tiers d’enfants. LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT N°371 NOVEMBRE 2019



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 1[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 2-3[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 4-5[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 6-7[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 8-9[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 10-11[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 12-13[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 14-15[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 16-17[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 18-19[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 20-21[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 22-23[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 24-25[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 26-27[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 28-29[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 30-31[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 32-33[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 34-35[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 36-37[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 38-39[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 40-41[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 42-43[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 44-45[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 46-47[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 48-49[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 50-51[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 52-53[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 54-55[94] Val de Marne numéro 371 novembre 2019 Page 56