[94] Val de Marne n°328 novembre 2015
[94] Val de Marne n°328 novembre 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°328 de novembre 2015

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Conseil Général du Val-de-Marne

  • Format : (230 x 285) mm

  • Nombre de pages : 56

  • Taille du fichier PDF : 16,4 Mo

  • Dans ce numéro : le département se mobilise !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
30 DOSSIER LE VAL-DE-MARNE AGIT POUR LE CLIMAT M. LUMBROSO Un enjeu environnemental La Bièvre a retrouvé sa liberté dans son lit de galets et d’argile. Enfermée depuis 1950 dans un réseau d’assainissement, elle se dévoile en plein jour avenue Charles- Flouquet à L’Haÿ-les-Roses. Le long des jardins familiaux, le cours d’eau offre déjà un espace propice à la biodiversité sur 350 mètres. Un peu plus loin, le long du bassin de rétention interdépartemental à ciel ouvert, le lit de la Bièvre méandre sur 240 mètres. Au printemps 2016, la fin du Les « Incroyables comestibles » Parti d’Angleterre en 2008, l’élan de partage qui fonde les Incroyables comestibles fait des émules en Val-de-Marne. Un groupe de citoyens du Perreux-sur-Marne s’est autoproclamé Incroyables comestibles en transformant l’espace public en jardin potager. « En mars, nous avons organisé une « grainothèque », puis chacun a fait des semis chez soi. Le 6 juin, nous les avons plantés dans des bacs », explique Josée Rudier, de l’association Les Boucles de la Marne en transition. Au total, quatre bacs sont disséminés dans la ville. Chacun y plante et y cultive pour tout le monde. « Ce mouvement illustre la notion de résilience  : on peut résister à la crise par une action de proximité, insiste Josée Rudier. Il nous apprend aussi à envisager joyeusement notre avenir et à le construire ensemble. » POUR REJOINDRE LE MOUVEMENT  : lesincroyablescomestibles.fr. chantier permettra aux habitants de bénéficier d’un nouveau lieu dédié à la promenade et aux circulations douces. À Arcueil-Gentilly, les travaux destinés à faire remonter la Bièvre à la surface sur 610 mètres au niveau du parc du Coteau sont en phase d'étude. Le projet de réouverture de la Bièvre sur ces deux chantiers pilotes portés par le Département est une prouesse technique, écologique mais aussi démocratique. Ateliers citoyens, visites de chantiers… chacune de ces phases de concertation a réuni nombre d’habitants et d’associations. DES PROJETS MENÉS À L’INTERNATIONAL Cette forte mobilisation citoyenne val-demarnaise en faveur de la préservation de la ressource en eau se caractérise aussi par des projets menés à l’international. À Villejuif, l’association Nénétouti mène depuis début 2015 un projet de création de deux puits et de micro-jardins pour les femmes de Falokh Ouolof au Sénégal. La finalisation de deux puits dans le village en avril 2015 a libéré les femmes de la La Bièvre à ciel ouvert, à L'Haÿ-les-Roses. Le Val-de-Marne, département de l’eau, se mobilise avec les acteurs locaux pour agir en faveur de cette ressource. corvée d’eau. Cinquante d’entre elles ont pu bénéficier d’une formation au microjardinage en juin 2015. Elles peuvent désormais cultiver leurs petits lopins de terre familiaux. L’objectif est qu’elles cultivent collectivement de plus grandes parcelles pour s’assurer une autosuffisance alimentaire et vendre le surplus de leurs récoltes. En Val-de-Marne, les communes s’efforcent à leur échelle et dans le cadre de leurs domaines de compétence d’agir en faveur de l’eau. Elles jouent par exemple sur la diminution de leur consommation par le recyclage et la récupération. Ainsi, elles sont nombreuses à avoir fait le choix de doter leur piscine d’un système de récupération et de retraitement des eaux grises (douches, lavabo) et de baignade. À Vincennes, leur utilisation permet de procéder au nettoyage d’environ 10% de la voirie. La forte présence de l’eau sur le territoire départemental constitue une richesse que les acteurs locaux protègent. C’est aussi une culture qu’ils partagent en s’appropriant la devise « L’eau, notre bien commun », portée par le festival de l’Oh ! avec brio.
D.R. témoignages Damien Houbron Fondateur de D&M compost, Alfortville « Prêts à trier tous les jours » D&M compost est un bureau d’études qui propose aux producteurs de bio-déchets des solutions de gestion. En 2014, nous avons mis en place une série d’actions contre le gaspillage alimentaire au collège. Les élèves de Pierre-Brossolette au Perreux-sur-Marne ont trié leur plateaurepas et se sont rendu compte du gaspillage et de ce qu’ils pouvaient récupérer. En majorité, ils se sont dit prêts à trier tous les jours. Le Département compte 104 collèges et 4 millions de repas par an. La COP 21 est un bon prétexte pour sensibiliser sur la question du développement durable. C’est fondamental et ça passe par de petits gestes, comme trier ses déchets. D.R. Jean-Paul Grange Initiateur de Val-de-Marne en transition, Sucy-en-Brie « Autonomiser au maximum les territoires locaux » L’association Sucy en transition est née en 2009. C’est la deuxième initiative de ce type en France. Elle prône la résilience, c’est-àdire la minimisation des impacts des crises extérieures sur la vie locale. Nous allons manquer de certaines matières premières, nous devons donc autonomiser au maximum les territoires locaux. Notre registre d’action, c’est le concret et le positif. L’association collégiale Val-de-Marne en transition va fédérer les mouvements locaux et favoriser l’entraide. Nous allons créer une application avec des fiches pour soutenir les individus et les groupes dans la création d’initiatives locales. Daniel Breuiller Vice-président du Conseil départemental délégué au Développement durable et à la Transition énergétique « La COP 21 doit être un accélérateur pour agir ensemble en faveur du climat » L’action du Val-de-Marne dans la lutte contre le changement climatique est spécifique dans nombre de domaines. Le Département est, par exemple, porteur d’une gestion durable et solidaire de la ressource en eau. Il est le premier territoire d’Île-de-France à accueillir le Grand Paris Express et à construire un téléphérique urbain. C’est également le premier producteur d’énergie géothermique en France. Ces projets, il ne les porte pas seul mais avec les collectivités, les associations, les acteurs économiques et les citoyens. Cette logique partenariale constitue le socle de son engagement dans la COP 21. Et la participation des acteurs val-de-marnais est le moteur de la mobilisation « Le Val-de-Marne en mouvement pour le climat », lancée le 12 février par Christian Favier et Jacques Perreux. Elle a, non seulement, pour objectif de co-construire le programme des stands que le Département a réservé au Grand Palais et au Bourget du 30 novembre au 11 décembre, mais aussi de créer un réseau qui sera amené à poursuivre son action après la COP 21. Car si cet événement international est capital pour statuer sur la maîtrise des rejets des gaz à effet de serre, les leviers d’action sont aussi en grande partie entre les mains des collectivités locales et de la société civile. La COP 21, qui pour la première fois institutionnalise leur place, doit être un accélérateur pour agir ensemble plus fortement en faveur du climat et ouvrir des perspectives citoyennes plus optimistes. D.R. DOSSIER 31 Fabienne, Bartolomeo et Balthazar Participants au défi « Famille à énergie positive », Saint-Maur « Nous aussi, on est une famille écolo ! » Tout est parti de mes deux fils  : Bartolomeo, 10 ans, et Balthazar, 9 ans. À l’école, ils ont entendu parler du défi « Familles à énergie positive » et ils se sont dit  : « Nous aussi on est une famille écolo ! » Alors, nous avons décidé de nous inscrire à Saint-Maur. Nous avons d’abord fait un diagnostic pour évaluer quels étaient les leviers sur lesquels nous pouvions agir pour faire des économies  : se laver les mains à l’eau froide, éteindre les lumières, etc. Tous les mois, on relève nos compteurs pour vérifier notre consommation. Les enfants se sont pris au jeu et nous aussi. L’année prochaine, on recommence ! LE MAGAZINE DU DÉPARTEMENT N°328 NOVEMBRE 2015 A. BACHELLIER



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 1[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 2-3[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 4-5[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 6-7[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 8-9[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 10-11[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 12-13[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 14-15[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 16-17[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 18-19[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 20-21[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 22-23[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 24-25[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 26-27[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 28-29[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 30-31[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 32-33[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 34-35[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 36-37[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 38-39[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 40-41[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 42-43[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 44-45[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 46-47[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 48-49[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 50-51[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 52-53[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 54-55[94] Val de Marne numéro 328 novembre 2015 Page 56